Les boissons relaxantes se refont une jeunesse en détournant les codes des boissons énergisantes.

Le 03 avril 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
45 % de la population mondiale souffre de privation de sommeil. Comme un pied de nez aux boissons énergisantes, les tisanes, verveine et autres boissons relaxantes adoptent la canette pour rajeunir leur image. Angoissés, insomniaques, sportifs, étudiants, cadres surchargés ont leur boisson dédiée en version moderne et nomade.

 

En 2015, la canette fête ses 80 ans, avec une production toujours plus importante, la consommation française ayant été multipliée par 4,5 en une vingtaine d’années.

 

L’emballage canette a enregistré une série d’innovations ciblant tantôt la forme ou l’usage : canette écologique, canette à partager, canette anti-foot (qui éteint la télévision), canette refermable, canette ultra-légère…




Plus récemment ce sont les contenus qui interpellent : canette de lait et de yaourt bio à boire, canette de vin ou canette d’infusion…

boissons fonctionnelles3.png

Good Night Drink : la verveine en canette.

Venue de Slovaquie, la maque de boisson relaxante détourne les codes des boissons énergisantes pour un effet contraire. Goodnight se déclare comme la « tisane des temps modernes » et repose sur un mélange à base de valériane, de lavande, de rose et d’eau de source alpine légèrement gazeuse. Le produit annonce « réduire le stress, aider à trouver le sommeil naturellement, faciliter les nuits réparatrices, améliorer la mémoire et réduire les troubles de l’humeur ».

Récemment arrivée en France, cette boisson est au catalogue de Triomphe SNAT avec un lancement prévu ce mois-ci.

boissons fonctionnellesSlow Cow avait déjà ouvert la voie à la catégorie des boissons apaisantes.

En 2008, Slow Cow, marque canadienne, faisait son entrée sur le marché des boissons fonctionnelles avec son breuvage apaisant. Un segment de marché peu exploré comparativement à celui des boissons énergisantes, la Red Bull en tête.

La boisson est élaborée à partir de 8 ingrédients naturels : L‐théanine, camomille, valériane, tilleul, passiflore, houblon, potassium et sodium. Elle ne contient ni calories, ni caféine, ni sucre, ni conservateurs et, selon l’entreprise, « aiderait à améliorer la concentration, la mémorisation et les capacités d'apprentissage sans causer de somnolence ».

 

Des formulations attirantes pour les adeptes de naturalité qui ne seraient pas forcément tentés par l'offre pharmaceutique utilisant mélatonine, GABA ou L-tryptophane, des substances au potentiel de séduction bien moindre que celui des plantes.

Un bon moyen également d'investir un marché en bousculant les codes pour cibler une clientèle plus jeune et peut-être plus masculine...

A voir si les fonctionnalités promises sont au rendez-vous...

A lire également

Les nouvelles recommandations Anses, des impacts en IAA ?

Le 27/04/2017

L'Anses a publié les nouvelles recommandations nutritionnelles en terme de santé publique. De nouvelles catégories d’aliments, des contaminants alimentaires repérés et des habitudes alimentaires observées déterminent des objectifs de fréquence et de portions de consommation. Ces nouveaux repères ne seront pas sans conséquence pour le foodservice.

L’innovation dope le marché de la 4ème gamme : vers de nouveaux territoires et de nouveaux usages.

Le 25/04/2017

L'été approche et, face à la concurrence des produits frais non emballés ou des barquettes en flow pack, les marques de la 4ème gamme déploient leurs innovations. Entre saveur, présentation ou usage, les promesses marketing se multiplient pour une offre en mode séduction. En smoothie ou sur les barbecues, le segment élargit le champ des possibles.

Gamme classique Brasserie de l'Hermine

La Brasserie de l’Hermine affiche un ancrage régional… pour revendiquer son identité gustative !

Le 24/04/2017

Capitaliser sur son identité régionale, c’est le positionnement opté par de nombreuses marques. La Brasserie de l’Hermine, fière de porter certains attributs bretons, fait le choix d’un ancrage régional plus modéré, inscrivant ses origines dans une histoire plus large pour assumer la "belgitude" de ses bières et revendiquer son caractère gustatif !