Après l’échelle nutritionnelle, l’échelle sensorielle : des curseurs révèlent au consommateur les caractéristiques organoleptiques.

Le 02 avril 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Alors que l’échelle nutritionnelle peine à s’imposer, les échelles de saveur semblent trouver leur place sur les packagings. Difficile d’imaginer les qualités organoleptiques que va révéler un produit ? Un indicateur d’intensité apporte la réponse grâce à une note relative aux sensations perçues, sur des critères de goût ou de texture…

 

The Fruit Lab : des jus de fruits frais aux saveurs bien identifiées.

Présente sur le salon Sandwich & Snack Show, la marque The fruit Lab du néerlandais Fruity king propose une variété de 11 références de jus et smoothies fraîchement pressés. Distribués pour la première fois en France en exclusivité par Teysti, les jus sont sans additifs ni conservateurs et ne sont pas pasteurisés dans un souci de préservation des vitamines et de respect des qualités organoleptiques des fruits.

 

 

curseur saveur3Mais au-delà de l’aspect fraicheur et naturalité, la marque a innové avec un système d’identification gustatif qui crée la distinction.

The Fruit Lab a imaginé une bouteille originale sur laquelle figure une série de trois chiffres formant une combinaison unique de fruits et de saveurs. Chaque chiffre est un indicateur d’intensité sur une échelle de 1 à 9 caractérisant, dans l’ordre respectif, la douceur, l’acidité et l’amertume de chaque boisson.
De cette manière, le consommateur est informé et orienté plus précisément vers les goûts qu’il recherche.

Saveurs disponibles : pomme, orange, melon, kiwi, pamplemousse, fraise, grenade, smoothie coco, mangue ou fraise et le jus favori de la saison.

curseur saveur2 

Curseur de goût et de texture pour GreenShoot dans l’univers des soupes fraîches.

curseur saveur4Egalement présent sur le salon Sandwich & Snack Show, Green Shoot revisite le plat de nos grand-mères autour de variations de recettes de soupes originales à base de légumes, sans colorant, ni conservateur :

  • chou-fleur, gorgonzola & noix,
  • carotte, miel & gingembre,
  • potiron, lait de coco & citronnelle,
  • courgette, parmesan & noisettes,
  •  petits pois, ricotta & basilic.

Le packaging est épuré et existe en version grandes briques à partager à plusieurs ou mini bol individuel à réchauffer directement au micro-ondes.

De la même manière, le packaging affiche une échelle, cette fois allant de 1 à 7, pour révéler la texture (de fluide à onctueux) et l’intensité du goût (de doux à relevé).

curseur saveur1

Kalios numérote ses huiles d'olives de chefs en fonction de l'intensité des saveurs.

curseur saveur5Présentées au SIAL 2014, les huiles d’olive Kalios proposent également un système chiffré correspondant à 3 types de goût :

  • Kalios 1 Caractère : arômes intenses ;
  • Kalios 2 Equilibre : richesse aromatique et belle longueur en bouche ;
  • Kalios 3 Douceur : légèreté et finesse en bouche.

 

 

L'agroalimentaire a plus que jamais besoin de miser sur la transparence.

A l’heure où l’étiquetage évolue vers plus de transparence, certains industriels avaient pris les devants quant à l’origine ou la composition des produits :

  • Les 5 ingrédients de Häagen-Dazs ou Fleury Michon, initiés dès 2009 ;
  • L'opération "venez vérifier" de Fleury Michon, invitant les consommateurs à aller voir sur les bateaux de pêche de ses fournisseurs en Alaska et dans son usine vendéenne comment s'élabore son surimi.
  • Le site, "Savoircequonmange.com", de la marque de produits laitiers bio de Danone "Les 2 Vaches" permet de découvrir la provenance des ingrédients. Pour chaque référence, il suffit de cliquer pour faire apparaître une carte détaillée.
  • Le site Internet sur "les coulisses de la qualité" de Thiriet parlant de l'élaboration des produits et des ingrédients utilisés, sous la caution de Julie Andrieu, et invitant le consommateur à venir voir sur place, dans les ateliers ou chez des fournisseurs.

Mais côté sensoriel, peu d’initiatives étaient jusqu’ici recensées, hormis dans les univers du café ou du chocolat, marchés qui nécessitent une certaine expertise pour décrypter les codes.

Ici, nul besoin d’être un fin connaisseur. Le système de curseur est visuel et très simple à comprendre. Il donne en outre une touche d’originalité complémentaire.

A lire également

Le petit-déjeuner : un moment de consommation propice à l'innovation...

Le 23/05/2017

Depuis quelques temps, les pays anglo-saxons revisitent l'offre de produits dédiés au petit-déjeuner. Exit les tartines au beurre, les plats considérés comme cœur de repas ont trouvé un relai de croissance au travers d'un nouvel instant de consommation : pizzas, wraps et burgers s'invitent sur le petit-déjeuner pour réveiller nos papilles…

Innover sur le segment de la minceur : Coca-cola Plus, le brûleur de graisses ?

Le 18/05/2017

Partout dans le monde, les politiques font la chasse aux calories, accusant divers produits, dont les sodas, de l’épidémie d'obésité. Charge aux industriels d'être proactifs et, avant toute coercition, de s'adapter tantôt par des stratégies de reformulation, tantôt par des actions de communication ou d'éducation nutritionnelle. Cas de la minceur...

L'art de découper les légumes : un atout pour des innovations de rupture ?

Le 15/05/2017

Le consommateur recherche la facilité et privilégie le prêt à cuisiner voire le prêt à manger. Si l'art de la découpe est mis à l'honneur au rayon boucherie et est source d'innovation, il est peu valorisé sur les fruits et légumes. Et si ré-enchanter la consommation de légumes passait par la manière de les découper à la façon "vegetable butcher" ?