Relancer le commerce de meubles : les propositions de l'Unifa

Le 24 mars 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La baisse du marché du meuble s'explique en partie par les difficultés du secteur de la construction et le ralentissement du marché de l'immobilier. Pourtant une étude de l'Unifa montre que les Français restent attachés à leur cadre de vie et propose des pistes pour relancer le commerce d'ameublement.


En baisse de 10% sur ces trois dernières années, le marché du meuble est descendu en 2014 sous son niveau de 1990. Fabricants et distributeurs se mobilisent pour inverser la tendance et relancer la consommation de meubles. Ainsi l'Unifa (Union Nationale des Industries Françaises de l’Ameublement) a commandé une étude dans le but de mieux comprendre le rapport qu'entretiennent les Français avec leur espace de vie. Cette étude a été réalisée en 2014 par le VIA (Valorisation de l'Innovation dans l'Ameublement).


L'étude "Courants de création dans le cadre de vie 2014" ouvre des pistes d'innovation pour les professionnels de l'ameublement, fabricants, distributeurs et spécialistes de l'aménagement des espaces de vie. On y apprend que les Français dans leur grande majorité (82%), accordent une attention particulière à l’ameublement, à l’équipement et à la décoration de leur logement. Ils attendent de l’aménagement et de l’ameublement qu’ils leur procurent émotion, bien-être et confort de vie.

Le critère esthétique apparaît déterminant pour comprendre les comportements de consommation : en effet 83% des personnes interrogées accordent une attention particulière au design du produit. L'étude s'intéresse aux différents styles de mobilier et aux tendances qui séduisent aujourd'hui ou devraient prochainement faire leur retour : bois, matériaux recyclés...

Partant des résultats de son enquête auprès des foyers français, le VIA formule une série de propositions à l'attention des professionnels du meuble :

  • ne pas raisonner uniquement en termes d'achat de nécessité alors que le consommateur pense décoration
  • ne pas se focaliser sur les premiers prix, un créneau arrivé à saturation, pour s'orienter vers une offre plus qualitative
  • mettre en scène les produits et vendre une ambiance avant même de vendre des meubles
  • ne pas sous-estimer les ventes d'accessoires qui créent du trafic et peuvent représenter une part significative du chiffre d'affaires (40% chez Ikéa)
  • s'attacher à réduire les délais de livraison
  • mettre l'accent sur le conseil, la personnalisation et le service (par exemple proposer la reprise des meubles anciens).

Enfin, à l'heure du numérique et de l'économie collaborative, le VIA invite les professionnels du meuble à intégrer de nouveaux modes de commercialisation en phase avec les comportements de consommation d'aujourd'hui : occasion, partage, recyclage ou location avec option d'achat.

A lire également

Passion Commerce : Les commerces du Pays de Rennes à l’honneur.

Le 30/09/2016

Quel commerce pour demain ? Renaud Sore-Larregain a apporté des clés de compréhension sur les évolutions des offres aux consom’acteurs. La dernière édition de Passion Commerce à la CCI Rennes mettait le focal sur ces nouveaux commerçants qui anticipent les exigences des consommateurs.

L'aide Stop essuyage

Risques professionnels en restauration : aide financière sèche-verres

Le 06/09/2016

Suite à une étude qui a été réalisée sur les TPE en 2013, il s’est avéré que le métier de la restauration était un métier à risque (chute dans les escaliers, chute en cuisine et en salle, des coupures avec des couteaux, des coupures avec du verre cassé).

Les français adeptes du commerce en ligne.

Le 26/08/2016

Le commerce en ligne des français ne cesse de progresser. Une étude de Journal du Net (JDN) fait ressortir une forte progression des commandes en ligne et de la valeur globale des achats.