L'efficacité énergétique est dans le viseur des services informatiques

Le 02 avril 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Explosion des besoins de stockage et des besoins informatiques font de l'efficacité énergétique une urgence pour les entreprises. La transition énergétique est dans le viseur de tous les data centers.
Il existe des programmes, référentiels et guides pour accompagner cette réflexion.

La transition énergétique est au coeur des préoccupations des data centers. Ils sont très consommateurs d'énergie et ce de plus en plus, que ce soit dans le secteur privé ou public, compte tenu d'une utilisation croissante des équipements informatiques.

Salle de serveurs, stockage de données, réseaux, équipements informatiques et logiciels, leurs consommations d'énergie explosent dans toutes les entreprises.

Pour trouver une parade à cette consommation galopante, le centre commun de recherche de l'Union Européenne a mis en oeuvre un programme sur les pistes d'économies d'énergie possibles aussi bien pour les propriétaires de data centers, que pour les exploitants.

Ce programme a pour appellation le "code of conduct". Il s'agit d'un code de bonne conduite pour répondre aux objectifs d'efficacité énergétique et pour développer des stratégies d'économies d'énergie.

Pour réaliser ces économies, un certain nombre de recommandations sont disponibles :  Les recommandations du projet international   "PrimeEnergyIt" mené dans le cadre du programme de l'UE "intelligent Energy Europe" ; ou l'indicateur du PUE "Power Usage Effective" qui a été mis au point par l'organisation GreenGrid (consortium d'industriels du monde informatique) pour mesurer l'efficacité énergétique d'un data center. D'autres indicateurs existent, mais aucune norme n'existe pour le moment.

A défaut de norme, on estime que la mise en place d'une gestion efficace des équipements informatiques, et une utilisation optimisée des data centers pourraient permettre une réduction globale de 50% des coûts et de la consommation d'énergie de ces structures, avec des différentiels en fonction des postes de consommation qui vont de 20 à 60%.

Comment faire de l'efficacité énergétique un code de conduite, avec ou sans norme ?

Le code de conduite européen a fait sa première apparition en décembre 2008, il n’est donc pas nouveau mais il n’est pas encore adopté par tous les centres informatiques qui n’y voient pas toujours le bénéfice financier qu’ils peuvent en retirer.

Il s'agit de mettre en évidence les économies d’énergie et de coûts sur les infrastructures informatiques, du data center aux équipements informatiques en passant par les outils informatiques et les logiciels.

Chacun des postes peut faire l'objet d'un état des lieux et permettre l'accès à une recherche d'efficience.

Les centres informatiques s’attachent souvent à deux phases pour commencer, à savoir : les solutions d’alimentation ou de refroidissement des data centers, mais ils existe d’autres sources d’économies d’énergie au travers des nombreuses mesures d’optimisation de l'ensemble du parc informatique et de son utilisation.

Une plus grande efficacité peut exister dès la conception, et  la gestion de l’énergie (du matériel au data center) et s’exerce grâce à des mesures de consolidation et de virtualisation.

Même les achats et la gestion des matériels donnent lieu à des préconisations.

Inclure le "code de conduite" dans sa stratégie globale.

Choisir d’introduire cette démarche dans sa stratégie globale, consiste à se poser les bonnes questions sur le choix ou la maîtrise de ses équipements au regard de leur efficience énergétique. Les directeurs des services informatiques réalisent  premièrement un bilan complet de la performance énergétique et ensuite l'entreprise peut mettre en oeuvre un plan d’actions en fonction d’un retour sur investissement attendu.

Pour réaliser l’état des lieux, l’entreprise va suivre au plus près sa consommation et ensuite choisir les équipements et les solutions les plus performantes.

Pour mener à bien cette étude il faut  tout d’abord établir un  monitoring pointu de la consommation d’énergie du data center et/ou de la salle de serveur en s'équipant d’appareils de mesure.

Après cette première phase, l’entreprise sera capable d’évaluer sa consommation d’énergie totale, de l’analyser en temps réel, de contrôler sa facturation et de calculer les indices et indicateurs d’efficacité énergétique.

Ensuite la démarche s’appuie sur une mise en œuvre d'une optimisation sur tous les équipements. Le projet international PrimeEnergyIT et son rapport en font une analyse très détaillée, et  déclinée par type d’appareils.

Les équipements de serveur et le potentiel de la virtualisation


Les outils de virtualisation permettent de diminuer l’appel en électricité des data centers.

La virtualisation est une technologie qui permet de consolider un serveur physique avec des machines virtuelles. Elle permet de supporter la migration de machines virtuelles et la mise hors service provisoire des hôtes, pour réduire la demande d’énergie. Elle peut se faire de façon automatique ou manuelle.

Une plateforme de virtualisation offre en général des fonctions de basculement, de réallocation automatique, d’équilibrage de charge, de sauvegarde automatique, de gestion de l’énergie…

Les besoins d’alimentation et de refroidissement peuvent être accentués par la virtualisation, il faut donc que ces paramètres soient bien dimensionnés pour profiter des économies d’énergie de la virtualisation.

Les équipements de stockage de données


Le stockage de données continue de croître et pour l’instant le réflexe est plus de stocker les données sans forcément réfléchir à la qualité de celles-ci,  plutôt que de ne stocker que le nécessaire.

Cet accroissement du  stockage engendre des besoins d’alimentation et de refroidissement plus grands et  donc des besoins en énergie plus importants. C'est l'effet boule de neige. Le code of conduct s’intéresse à l’amélioration de l’efficacité énergétique de ces systèmes et au choix des solutions les plus adéquates pour le déploiement de ces structures de stockage.

Les équipements de réseau


Les équipements de réseau ne sont pas les premiers à être observés, car ils ne représentent pas le poste le plus consommateur d’énergie. Toutefois il s’avère qu’ils commencent à prendre aussi leur importance dans la qualité des services et dans le besoin de raccourcissement des  délais. En fonction des technologies et de l’architecture du réseau il sera plus ou moins énergivore.

Les commutateurs, les routeurs, les câbles et autres équipements du réseau font donc également l’objet de recommandations en vue d’une meilleure efficacité énergétique.

Les besoins de refroidissement et d’alimentation


Les besoins de refroidissement et d’alimentation sont très énergivores dans les data centers et les salles de serveurs. Ils nécessitent 50% de la consommation totale.

Des préconisations existent sur les systèmes d’optimisation des systèmes de refroidissement avec des étiquetages énergétiques des climatiseurs et des techniques de refroidissement « gratuit » tel que le free cooling sont étudiés.

Quant à la qualité de l’alimentation, elle est le résultat des onduleurs installés qui transforment le courant alternatif en courant continu. Ils sont eux aussi l’objet de critères de choix dans le cadre du « Code of conduct ».

En attendant une norme officielle, ces guides, ces préconisations ouvrent la voie à des économies d'énergies pour les data centers et mais aussi pour tous les parcs informatiques.

Pour en savoir plus le code of conduct, l’étude PrimeEnergyIT et le Green It

Vous pouvez consulter les liens et documents en pièces jointes.

Crédits

© ristaumedia.de -fotolia.com

A lire également

Retrouvez l'atelier "Le territoire, levier de la transition écologique et énergétique

Le 10/09/2015

Le troisième atelier "transition énergétique" de l'année 2015 a eu lieu le 10 septembre 2015 à la CCI Rennes de 8H30 à 12H00.
regardez en différé la vidéo et retrouvez les présentations.

Territoires, facilitateurs de la transition écologique et énergétique des entreprises

Le 01/09/2015

Pour faire face au enjeux de la transition énergétique, chaque entreprise peut mettre en oeuvre des actions individuelles d'adaptation. S'intégrer dans une dynamique collective lui permet d'aller plus vite et plus loin. C'est l'objectif des collectivités qui développent des démarches territoriales.

Retrouvez les présentations de l'atelier " Autoconsommation/autoproduction" du 9 juillet 2015

Le 09/07/2015

L'atelier du 9 juillet 2015 a été l'occasion de présenter la question de l'autoconsommation et de l'autoproduction pour les entreprises.
Pourquoi est-il pertinent de s'intéresser à une démarche d'autoconsommation dans le cadre d'une démarche de performance énergétique globale ?