Idée repas : des aides culinaires pour steak tartare implantées au rayon boucherie.

Le 12 mars 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le steak tartare affiche une belle santé. A l’heure où la viande est valorisée dans sa crudité, probablement sous l’impulsion des bouchers stars, une aide culinaire destinée à faciliter la préparation de ce met manquait à l’appel. Christian Potier y remédie avec ses dosettes spécial tartare, vendues en mode cross-merchandising au rayon boucherie.

Un marché des sauces et des aides culinaires en bonne santé...

Depuis trois ans, les sauces, froides ou chaudes, enregistrent des progressions. « Sauces pour pâtes et bases culinaires réunies, le marché enregistre + 4,4 % en volume et + 2,9 % en valeur, en CAM à fin octobre 2014 », relatait au magasine LSA Marjolaine Cevoz Goyat, directrice marketing de la marque Panzani.

Ces produits profitent très certainement de l’essor du fait-maison et de la recherche de variété au travers de plats simples et accessibles.

 

... Mais qui bénéficie encore d'un bon potentiel.

Malgré ces progressions, le potentiel pour les industriels reste fort : les taux de pénétration sont de 74 % sur les sauces chaudes pour pâtes et de seulement 52,4 % pour les bases culinaires. Pourtant les innovations sont légion, la variété se traduisant : 

  • dans les goûts, avec des innovations qui se multiplient majoritairement autour de la bolognaise, référence star du marché : "aux champignons", "à l’emmental", "aux 3 poivres", "avec des morceaux de bœuf délicatement rissolés", "à la viande de bœuf et sauce au vin rouge"… avec une inspiration bistronomique de plus en plus marquée.
  • dans les conditionnements : flacons, bouteilles, pots, tubes, boîtes de conserve… Le segment a profité des bénéfices en termes de packagings, avec l’essor notamment des flacons souples au bouchon propre, dont la valve est conçue pour aspirer l’excédent. 
  • dans les couleurs, les formats mais également les usages (bord d’assiette, à réchauffer, à cuire, à cuisiner), ou les occasions de consommation

Mais ces innovations peuvent se perdre dans une offre pléthorique parfois difficile à décoder. Quelle logique faut-il suivre pour permettre au consommateur de se retrouver ?

 

Christian Potier, un industriel qui joue la triple différence…

Potier4Christian Potier, spécialiste des sauces culinaires, propose une gamme de 15 saveurs pour accommoder viandes et poissons. Chaque recette se présente dans un pack en carton de trois dosettes de 50 g chacune.

Comment se démarquer quand on est une PME ? En jouant sur des terrains non exploités par les plus gros ?

Le conditionnement :

L’industriel introduit ses sauces sous forme de sticks, donc pour une préparation individuelle, particulièrement adaptée à la quête de petits formats actuellement de mise (essor des mono-foyers ou adaptation du repas aux envies de chacun) sachant que le premier facteur décisionnel est l’usage

L’offre :

La gamme de sauces proposées inclut des classiques mais aussi des recettes inédites comme la préparation pour steak tartare, nécessitant de nombreux ingrédients que les consommateurs n’ont pas forcément dans leurs placards. Fini le temps où la seule perspective de manger un tartare à domicile était de préparer soi-même sa mixture, en mélangeant jaune d'œuf, Tabasco, moutarde, cornichons et autres ingrédients dans des proportions hasardeuses.

Potier2Dosettes de sauce tartare

Ingrédients : Eau, oignon, huile de tournesol, crème fraîche, cornichon 9,6% (cornichon, eau, vinaigre d'alcool), concentré de tomate, vinaigre de xérès, moutarde de Dijon 4,8% (eau, graines de moutarde, vinaigre d'alcool), câpre 3,7% (câpre, eau, vinaigre d'alcool), sel, sauce soja (eau, graines de soja, blé), jaune d'œuf 2,8%, amidon modifié de maïs, sucre, persil, miel, poivre, épaississant : gomme xanthane, poudre de tomate, jus de citron, arôme naturel, pâte d'anchois (anchois, huile d'olive). Contient du gluten et des sulfites

Le merchandisingPotier1 :

Christian Potier a fait le choix d’une implantation type cross-merchandising, en rayon boucherie. Double avantage puisque cette implantation permet à la PME de se faire une place en linéaire sans être en frontal avec les leaders du segment. Elle favorise également l’achat d’impulsion en donnant des idées de préparation à un consommateur de viande parfois en panne d’inspiration.

 

Si le produit est déjà présent dans quelques enseignes de la GMS, saura-t-il convaincre de nouveaux acheteurs pour une diffusion plus étendue ? A suivre...

A lire également

CINQ SANS. Quand le sucre raffiné entre dans la tourmente sociétale…

Le 18/07/2017

Cinq Sans, une nouvelle marque de produits bio sans allergènes propose des biscuits sans gluten, sans lactose, sans œuf, sans graisses trans mais aussi sans sucre raffiné… Le sucre, ce nouveau démon pernicieux et caché qu’il faut désormais s’empresser de chasser de nos assiettes… !

Le design inspire le monde culinaire...

Le 18/07/2017

Penser les aliments comme des matériaux à part entière, c'est la mission du design culinaire ou Fooddesign ! Faire beau mais en restant cohérent dans l'utilisation de l'ingrédient, de sa texture.
Haute couture, sculpture, peinture, graphisme, tous jouent sur une impression de volume.


FeedItBag ou la seconde vie "green" du sac de course

Le 13/07/2017

Une opération de la chaîne de supermarchés allemande Edeka propose des sacs de course à double usage permettant de faire pousser des légumes. Le sac plastique reste néanmoins, dans l’imaginaire collectif, le premier symbole de pollution... L’usage émotionnel associé au FeedItBag réussira t’il à contourner cette forte représentation ?

[...]