Chiffres clefs 2014 de la consommation de produits biologiques en France

Le 23 mars 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
L’Agence BIO avec l'appui du CSA vient de publier son baromètre* de janvier 2015 sur l’évolution de la consommation du bio en France et la perception des Français face au bio. Principaux enseignements...

 

Selon l'Agence bio, les premières estimations du bio indiquent que les ventes 2014 en France tous circuits confondus enregistrent une croissance à deux chiffres. Le total devrait atteindre 5 milliards d’euros en 2014, soit une progression de 10 % vs N-1.

 

 

Pour rappel, le marché 2013 pesait 4,556 milliards d’euros, répartis entre la restauration collective (3,7 %), la vente directe (12,6 %), les artisans-commerçants (4,9 %), la distribution spécialisée bio (34 %), les grandes surfaces alimentaires (44,6 %). Il avait progressé de 8,8 % en valeur.

Certes cet engouement des Français pour le bio est notable et dure dans le temps mais ces chiffres sont à relativiser car le bio ne représente que 2.6% du marché alimentaire.

 CA bio évolution

 

Bio poursuit largement son développement

En 2014, 88% des Français consomment des produits bio au moins occasionnellement (contre 75% en 2013), dont 62% au moins une fois par mois (contre 49% en 2013). Le bio fait aujourd'hui partie des habitudes des consommateurs Français puisqu'ils ne sont plus que 12% à déclarer ne jamais consommer de bio (contre 25% en 2013 et 46% en 2003).

Le Bio attire de nouveaux consommateurs. 28% des consommateurs réguliers de produits bio (au moins une fois par mois) en consomment depuis moins de 2 ans. Un pourcentage jusqu'alors jamais atteint.

new conso bio

En 2014, l'ancienneté moyenne de consommation des produits bio s'élève à 7 ans (contre 8 ans en 2013, 12 ans en 2012 et 9 ans en 2011).

92% des consommateurs déclarent vouloir maintenir ou augmenter leur consommation de produits bio dans les 6 prochains mois.

 

Profils différents consommateurs bio :


profil conso

  • 10% des Français sont des Bio-quotidiens en 2014 (au moins un produit bio par jour) contre 9% en 2013
  • 23% des Français sont des Bio-hebdos en 2014 (au moins un produit bio par semaine) contre 19% en 2013
  • 29% des Français sont des Bio-mensuels en 2014 (au moins un produit bio par mois) contre 21% en 2013
  • 26% des Français sont des Bio-occasionnels en 2014 (consommation de temps à autre), idem en 2013

Soit 62% des consommateurs bio réguliers (au moins une fois par mois)

 

Motivations d'achat

 motivations d'achat

Le top 3 des principales motivations est la préservation de la santé (62%), de l'environnement (57%), la qualité et le goût des produits (48%).

39% des consommateurs de produits bio déclarent avoir changé leurs habitudes d'achat. Effectivement on assiste à un développement des achats de produits de saison (97% des interviewés), une part plus importante accordée aux produits frais (62%), la réduction des pertes/gaspillage (57%)

Freins à la consommation

Le prix est le principal frein à la consommation de produit bio.


Les types de produits consommés

Les fruits et légumes restent les produits en tête du panier : 79% des consommateurs disent acheter des fruits et légumes bio dont 72% de fruits frais et 68% de légumes frais.


 

Circuits d’achat privilégiés

 

 

Les produits bio sont achetés principalement en GMS (80% des consommateurs). A noter que 42% des Français souhaiteraient une plus grande offre en produits biologiques chez les artisans-boulangers, bouchers, 41% au marché, 31% à la ferme, 17% sur Internet.

Et la Restauration Hors Domicile

La demande de produits bio en restauration hors domicile est de plus en plus forte chez les Français. 78% des répondants sont intéressés par des repas intégrant des produits biologiques dans les restaurants contre 54% en 2013. 76% dans les hôpitaux contre 62% en 2013. Et 73% dans les maisons de retraite contre 58% en 2013.

 


Facteurs d'influence pour faire augmenter la consommation bio

facterus influences

 

Prix, origine et disponibilité sont encore en 2015 les 3 critères principaux qui pourraient inciter à une plus grande consommation de produits Bio, le critère prix étant largement majoritaire. La saisonnalité des produits est un critère qui monte en puissance et qui pourrait inciter à l'augmentation de la consommation bio.

 

Source : les chiffres et graphiques sont extraits ou reconstitués à partir du 12ème « Baromètre de consommation et de perception des produits biologiques en France » Janvier 2015 - Agence Bio et CSA.

Vous pouvez télécharger l'intégralité de l'étude ICI

* Baromètre Agence Bio / CSA est une étude quantitative réalisée online, du 22 au 28 janvier 2015 auprès de 500 Français (résidants en France) âgés de 18 ans et plus, représentatifs de la population française.

A lire également

A quel bio se fier ?... Vers un nouveau label bio plus crédible prenant en considération la segmentation du marché ?

Le 20/11/2017

En 2016, le marché du bio a bondi de 20%, atteignant 7 milliards d’euros, témoin d’une véritable confiance des Français envers l'AB... Néanmoins, les labels actuels ignorent la segmentation amorcée du niveau d’exigence des consommateurs et d’engagement des différents acteurs. Quel nouveau visage peut-il revêtir pour répondre à ces évolutions? [...]

Memphis Meats parie sur les boulettes de volailles en laboratoire

Le 25/10/2017

Alors que le monde fait face à des défis sociétaux, énergétiques et environnementaux, la start-up Memphis meats mise sur une viande fabriquée en laboratoire à partir de cellules souches comme alternative à l'élevage animal… C’est techniquement possible, économiquement perfectible mais est-ce nutritionnellement et émotionnellement acceptable ? [...]

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…