Maguey : un restaurant qui mise sur les sensations culinaires pour composer sa carte.

Le 09 mars 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le consommateur est une personne qui sent et qui ressent... Pour contrer l’uniformisation de l’offre et apporter de la valeur ajoutée, l’approche sensorielle devient un levier de différenciation en GMS comme en RHD. Cas du restaurant Maguey, qui propose non pas des plats mais des adjectifs correspondant aux sensations que le convive veut ressentir.

 

Conception des menus d’après les émotions culinaires à transmettre dans l’assiette.

Situé à proximité de la gare de Lyon, dans le 12ème arrondissement, Maguey casse les codes de la traditionnelle carte pour mettre l'accent sur la sensation et les saveurs. Le restaurant mise sur une cuisine originale répondant à la quête de sensorialité du consommateur.

 

 

Dans un décor design, le convive est invité à choisir deux adjectifs qui articuleront le repas qu’il dégustera. La chef Shu Zhang propose quatre adjectifs qui symbolisent quatre émotions. Il s’agira pour le client d’en choisir deux qui correspondent le mieux à son humeur du moment. Derrière chaque combinaison se cache un menu complet entrée/plat/dessert. Les quatre adjectifs changent toutes les six semaines environ : aimable, arrogant, rusé et chaleureux ou percutant, moelleux, malicieux, honnête.... La carte change quant à elle tous les jours.

Restaurant MagueyLe restaurant Maguey accueille sa clientèle midi et soir, du mardi au samedi, pour un budget entre 30 et 60 euros (58 euros le menu Sensations avec accord).

Exemple : le menu « percutant et malicieux ».

  • en entrée, Saint-Jacques marinées au lait de coco et au jus de citron (pour apporter de l’acidité).
  • en plat, un encornet grillé avec zeste de combava, une petite mousse d’avocat et de la courge butternut.
  • en dessert, un mi-cuit au chocolat cœur de citron vert, et caramel de citron vert.

 

Une version revisitée du célèbre « Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es  », de Brillat-Savarin

 

Eveiller les sens du client pour améliorer son expérience de consommation.

Dés le début des années 70, l’idée du marketing sensoriel commençait à germer. Un professeur américain Philip Kotler travaillait déjà sur le rapport entre l’environnement et les sens et l’intérêt de créer des ambiances orientées sur les effets émotionnels.

A l'époque actuelle, où les produits comme le commerce se sont standardisés, il faut susciter l’envie, miser sur la théâtralisation, en restauration comme en GMS.

Sans oublier qu’en période de crise, il n’y a pas que le prix qui compte, les marques doivent être capables de jouer sur les cinq sens pour créer une ambiance de bien-être et favoriser l’achat d’impulsion, particulièrement rare en France…

A lire également

La restauration, initiatrice des tendances en GMS. Quid de l'offre végétale ?

Le 14/02/2018

La restauration impulserait-elle les tendances à venir ? Et bien oui !
L'offre en GMS se flexitarise de plus en plus, à en voir toutes les innovations végétales.
Tendance loin d’être nouvelle, puisque nos grands chefs l'avaient prédite depuis longtemps...

Les nouveaux outils promotionnels : au lieu d'offrir du prix, offrons des solutions…

Le 08/02/2018

Les enseignes utilisent souvent le levier de la promotion ponctuelle pour se démarquer de leurs concurrents, avec des remises faisant parfois grand bruit… En anticipation du projet de loi limitant les promotions sur les produits alimentaires, certaines marques avaient déjà imaginé de nouvelles façons de présenter les promotions.

Viande : retour en force des bas-morceaux ?

Le 06/02/2018

Au premier abord péjoratif, le terme bas-morceau désigne des morceaux de deuxième et de troisième catégorie (à braiser et à bouillir), qui ne sont pas considérés comme des morceaux "nobles" de la viande. Et pourtant, ils collent parfaitement aux tendances : anti-gaspillage, tradition culinaire, saveurs d'antan...