L'autoconsommation : la voie royale de la transition énergétique ?

Le 11 mars 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Au moment où se joue la fin des tarifs réglementés de vente de l'énergie, où les questions de performance énergétique s'imposent, l'autoconsommation sourit à tous les acteurs économiques du plus grand au plus petit. Même si les enjeux et les risques ne sont pas identiques pour tous, du territoire aux usagers chacun réfléchit à l'autoconsommation. [...]

L'autoconsommation, c'est la part de la production d'énergie qui est consommée directement dans le bâtiment, ou le site où elle est produite. Cette définition est valable pour les territoires, les entreprises et les particuliers, et cette solution d'autoconsommation peut s'avérer très attirante. Précaution oratoire, autoconsommation ne veut pas dire autonomie énergétique.

3 raisons de réfléchir à l'autoconsommation

Les entreprises peuvent étudier la question sous 3 angles et vérifier qu'elles ont un intérêt à envisager l'autoconsommation pour leur entreprise.

Tout d'abord, en introduisant l'autoconsommation pour partie dans sa fourniture d'énergie, l'entreprise accède à une solution de flexibilité de son approvisionnement, et une maîtrise de la part qu'elle autoconsomme.

Ensuite, une fois le coût de l'équipement amorti (question dont les résultats sont variables en fonction des techniques retenues), elle doit pouvoir constater des économies sur sa facture énergétique.

De surcroît, l'autoconsommation fait appel souvent à des énergies renouvelables telles que l'énergie produite par le photovoltaïque et l'éolien notamment, ce qui va dans le sens des objectifs plus larges de réduction des émissions carbone ; et pour les clients qui sont engagés dans des démarches RSE, la garantie du caractère renouvelable de l'électricité qu'ils consomment.

Les ressorts qui animent les différents acteurs ne sont pas les mêmes pour les conduire au choix de l'autoconsommation, mais chacun y voit une réponse potentielle aux questions lancinantes de la facture énergétique.

Quant aux innovations, elles arrivent régulièrement pour améliorer sans cesse les équipements d'autoconsommation, que ce soit dans le domaine du petit-éolien, des nouvelles capacités de gestion de la fourniture d'énergie, de nouvelles capacités de stockage, ou de nouveaux objets autonomes en énergie.

La progression du territoire TEPOS

Les territoires ont intégré dans leur réflexion la dimension énergétique sous l'angle de la "décarbonisation" et aussi sous celui de la sécurisation énergétique.

Elle est ressentie avec d'autant plus d'acuité par les territoires que ceux-ci sont isolés, ou insulaires. La Bretagne ayant déjà une grande sensibilité aux risques d'approvisionnement énergétique, de part sa faiblesse de production, elle n'en est que plus réceptive à ces questions. L'efficacité énergétique passe par une bonne gestion des infrastructures et une recherche d'économies potentielles dans les différents découpages territoriaux.

Afin de sécuriser l'approvisionnement énergétique, et surtout sans avoir à renforcer les réseaux en bout de ligne, que ce soit à l'échelle d'un territoire, d'un quartier, d'un îlot, d'une installation, les recherches sur les possibilités d'autoconsommation séduisent les aménageurs, et les nouvelles conceptions d'urbanisme tendent vers des modèles qui maximisent l'autoconsommation. 

C'est l'objectif premier des boucles énergétiques locales en Bretagne.

Lors de la conférence bretonne de l'énergie qui s'est tenue le 18 février dernier, le bilan a fait état de résultats encourageants avec le recensement de 10 territoires bretons impliqués dans une démarche de boucle énergétique locale.

carte laureats bel 2014-12-18 17-40-23 536

La dynamique locale est aussi soutenue sur certains sites par des leviers de financement  qui concourent à rendre la mise en oeuvre et en service de site autonome plus facile. C'est le cas proposé par certains développeurs d'énergies renouvelables qui utilisent le financement participatif en prêts rémunérés pour financer les dernières étapes avant la mise en production de sites.

En savoir plus sur Les 6 territoires bretons à énergie positive et les 9 territoires en devenir.

Les entreprises et l'autoconsommation

Même si aujourd'hui le tarif du pétrole est en baisse, il n'est plus permis pour les entreprises de croire à la réduction de leur facture énergétique à moyen terme et c'est pourquoi elles aussi réfléchissent entre autres à des solutions d'autoconsommation. Certes, toutes les entreprises n'ont pas pris de décision vis-à-vis de la fin des tarifs réglementés de vente des énergies. Certes, elles ne sont pas toutes engagées dans une démarche d'audit énergétique, mais l'anticipation de ces questions se dessine toutefois pour bon nombre d'entre elles, tout simplement pour répondre à des enjeux de compétitivité.

Pour accompagner la fin des tarifs réglementés de vente. Les entreprises réfléchissent à des achats groupés, mais l'autoconsommation est aussi une solution pour se fournir en énergie renouvelable avec moins de déperdition, du fait de la production et de la consommation in situ.

Investir dans une solution d'autoconsommation correctement dimensionnée est une sécurisation pour l'avenir de l'entreprise ; et le retour sur investissement peut s'avérer beaucoup plus rapide que prévu. Il est en train de diminuer avec l'évolution des technologies. C'est le constat qui peut être fait actuellement avec les panneaux photovoltaïques plus performants et moins coûteux ; ou encore l'offre intégrée de l'entreprise OKWIND, qui propose une solution intégrée de production d'énergie renouvelable. Cette solution originale est basée sur les principaux modules suivants :

  • Des générateurs d'énergie renouvelable à haut rendement ( trackers photovoltaïques qui suivent la course du soleil et de petites éoliennes à axe vertical).
  • Un système de régulation hybride des différentes sources d'énergie renouvelable, et une interface de pilotage de la consommation d'énergie.
  • L'interfaçage avec une pompe à chaleur permet de convertir immédiatement l'énergie renouvelable en eau chaude sanitaire.

Les ménages à l'heure de l'autoconsommation

Pour un ménage, l'autoconsommtion consiste comme dit précédemment à produire lui-même l'énergie qui alimentera ensuite son habitation. Tout comme les entreprises, tous les ménages ne sont pas prêts à franchir le pas, mais la pression de la facture est de plus en plus grande, notamment une fois de plus en Bretagne où les équipements électriques ont largement été prédominants pendant de longues années. Les souhaits d'arbitrage des particuliers sont de plus en plus orientés vers d'autres postes que celui de l'énergie.

Pour améliorer leur condition énergétique, les particuliers envisagent la question étape par étape et pour le moment ils s'appuient beaucoup sur l'optimisation de leur consommation. Les équipements de domotique développés permettent une gestion plus juste, ce qui accroît la possibilité d'une maison "de vivre" sur sa propre énergie.

Dans le cas de la construction, l'autoconsommation est plus aisée à envisager à l'aide des nouvelles réglementations, mais surtout, et c'est là que l'autoconsommation apparaît grâce à des équipements du type box, comme "indepbox" de Comwatt qui permet de synchroniser la consommation électrique d'un foyer avec la production des panneaux solaires dont elle est équipée.

Elle permet également d'affecter en temps réel l'électricité à des postes spécifiques : chauffer l'eau d'un cumulus, démarrer une machine à laver...

Pour les ménages ce qui change et les incite à penser "autoconsommation", ce sont ces technologies que l'on peut leur proposer et qui peuvent fonctionner simplement.

Les boîtiers de gestion de flux d'énergie entrants et sortants se développent en France, dans le cas où l'on souhaite réinjecter l'énergie produite, mais là le sujet n'est plus seulement celui de l'autoconsommation, c'est aussi celui de l'autoproduction.

Les solutions de stockage sous toutes leurs formes prennent tout leur sens

S'il existe aujourd'hui de nombreuses solutions d'équipement de production d'énergie renouvelable, le "nerf de la guerre" réside le plus souvent dans les solutions de stockage de l'énergie.

SolarCity-Tesla-energy-storage 1C'est ainsi que Tesla commercialise des batteries pour alimenter les maisons.

 

Bollore-Bluebus-2

 

 

Que Bolloré propose son bus électrique Bluetram qui se recharge par "biberonnage", grâce à sa batterie supercapacité.

Que des start-up comme Ionwatt invente une nouvelle génération de batterie de stockage de masse supérieur au mégawatt, qui va pouvoir stocker l'énergie et la réinjecter au moment opportun grâce à une technologie "d'électrolyte circulant".

En conclusion, du territoire au particulier, l'autoconsommation est un enjeu d'avenir qui va gagner du terrain.

Vous y avez pensé pour votre entreprise ?

 

 

Crédits

© faithie - Fotolia.com

A lire également

Retrouvez l'atelier "Le territoire, levier de la transition écologique et énergétique

Le 10/09/2015

Le troisième atelier "transition énergétique" de l'année 2015 a eu lieu le 10 septembre 2015 à la CCI Rennes de 8H30 à 12H00.
regardez en différé la vidéo et retrouvez les présentations.

Territoires, facilitateurs de la transition écologique et énergétique des entreprises

Le 01/09/2015

Pour faire face au enjeux de la transition énergétique, chaque entreprise peut mettre en oeuvre des actions individuelles d'adaptation. S'intégrer dans une dynamique collective lui permet d'aller plus vite et plus loin. C'est l'objectif des collectivités qui développent des démarches territoriales.

Retrouvez les présentations de l'atelier " Autoconsommation/autoproduction" du 9 juillet 2015

Le 09/07/2015

L'atelier du 9 juillet 2015 a été l'occasion de présenter la question de l'autoconsommation et de l'autoproduction pour les entreprises.
Pourquoi est-il pertinent de s'intéresser à une démarche d'autoconsommation dans le cadre d'une démarche de performance énergétique globale ?