Les achats plus responsables des consommateurs européens.

Le 18 février 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le comportement des consommateurs européens est en mutation permanente. C’est ce que démontre le dernier observatoire Cetelem. Les évolutions de la technologie ne semblent pas déstabiliser la majorité des acheteurs. Face à une reprise modérée de la croissance économique la consommation en Europe repart.

Plus matures dans ces actes d’achat les européens semblent maitriser leur consommation et opérer les arbitrages nécessaires. La consommation parait plus solide pour 2015.
L’augmentation des dépenses prime sur les intentions d’épargne.


Une consommation bien plus mature.


• Plus de 60 % des Européens estiment que leur manière d’acheter a changé au cours des 5 dernières années.


• Plus d’un Européen sur deux estime acheter moins qu’il y a 5 ans. Les français n’y échappent pas. Ils ont en grande majorité réduit leurs achats ces cinq dernières années sous la contrainte d’une baisse de pouvoir d’achat du à la crise économique, à leur situation financière et professionnelle peu favorable.

 


Trois attitudes, trois parcours de consommateurs

 

             1 - Plus d’un Européen sur deux estime acheter moins qu’il y a 5 ans.
Les 3 facteurs qui ont le plus contribué à faire acheter moins qu’avant.
        2 - Certains consommateurs ont augmenté leurs  achats ces cinq dernières années.
Les 3 facteurs qui ont le plus contribué à faire acheter plus qu’avant.
   

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

    

 

  cetlem moins1 cetlem plus1                                                                                                                                                               
              

 

3 - Quant aux consommateurs achetant tout autant en 2015 qu’avant la crise, ils mettent en avant l’évolution de leurs goûts et de leurs besoins.

                            

   

 

Le digital et des pratiques de consommations responsables.

Les européens se sont  familiarisés avec les nouvelles technologies. Internet et plus largement le numérique sont venus transformer les pratiques de consommation. En cinq ans, 73 % des Européens utilisent davantage les technologies mobiles pour réaliser leurs achats. Les arbitrages d’achat s’effectuent sur différents critères qui s’entrecroisent.

• Huit européens sur dix, affirment faire davantage attention aux prix et faire des achats malins.
• Les pratiques de consommation collaborative se développent, tel le marché de l’occasion, des échanges entre particuliers, les achats groupés.
• La responsabilité environnementale et la qualité des produits consommés requièrent une attention de plus en plus accrue du consommateur. Six européens sur dix l’affichent.

achètent moins1

 

L’évolution des temps de la vie et ces utilisations.

La maitrise du temps devient difficile pour certains consommateurs. La vie urbaine, les déplacements, l’ensemble des mobilités et la contrainte travail perturbent la gestion du temps disponible. Les temps de la vie ou temps sociaux  et les temps individuels se télescopent.

 

Selon l’Observatoire Cetelem 2015 :


• 40 % des Européens estiment que le temps quotidien dédié aux loisirs, à la pratique sportive ou culturelle, au bricolage, aux voyages, à la détente ou au repos a diminué par rapport à 2009. Ce « temps de loisirs contraint » n’apparaît pas directement lié à la concurrence du temps de travail. Il s’explique pour partie par la dégradation de la situation financière mais  également par la moindre disponibilité des consommateurs européens. Les démarches, la recherche d’un nouvel emploi, tout ceci prend du temps… sur le temps des loisirs.

• Le temps que les européens consacrent à leurs proches a peu évolué en cinq ans.

• Le Drive et les achats neufs sur Internet, la motivation « gagner du temps » arrive en première place, devant les raisons économiques.

En 2015 les européens espèrent qu’une amélioration de leur situation socioéconomique puisse leur permettre de se mobiliser sur des sujets comme le voyage et le loisir.

 

A chaque type de consommateur sa façon de gérer son temps.

• Lorsque les consommateurs « se serrent la ceinture », deux stratégies coexistent :
o Ils peuvent réduire le temps consacré aux achats, comme c’est le cas d’un Européen sur 2 en magasin, 1 sur 4 sur Internet.
o Ils peuvent chasser les bons plans et « y regarder à deux fois ». C’est la grande force d’attraction d’Internet.

• Quant aux consommateurs libérés, deux postures coexistent :  
o 1 consommateur sur 4 augmente son temps passé en magasin. Mais tous restent connectés.
o 2 sur 3 investissent plus longuement la toile pour réaliser leurs achats.

 

A lire également

Passion Commerce : Les commerces du Pays de Rennes à l’honneur.

Le 30/09/2016

Quel commerce pour demain ? Renaud Sore-Larregain a apporté des clés de compréhension sur les évolutions des offres aux consom’acteurs. La dernière édition de Passion Commerce à la CCI Rennes mettait le focal sur ces nouveaux commerçants qui anticipent les exigences des consommateurs.

L'aide Stop essuyage

Risques professionnels en restauration : aide financière sèche-verres

Le 06/09/2016

Suite à une étude qui a été réalisée sur les TPE en 2013, il s’est avéré que le métier de la restauration était un métier à risque (chute dans les escaliers, chute en cuisine et en salle, des coupures avec des couteaux, des coupures avec du verre cassé).

Les français adeptes du commerce en ligne.

Le 26/08/2016

Le commerce en ligne des français ne cesse de progresser. Une étude de Journal du Net (JDN) fait ressortir une forte progression des commandes en ligne et de la valeur globale des achats.