Quel développement pour l'autopartage en France ?

Le 04 février 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

L’autopartage représente un potentiel de marché élevé en France mais affichait jusqu’ici un taux bas « d’autopartageurs », largement inférieur à ceux de nos voisins aux suisses, allemands ou de Grande-Bretagne.


Quelles peuvent être les raisons de croire à son développement ?

 

L’autopartage et la multimodalité des transports : un besoin évident en centre urbain dense

 

D’après l’enquête 2013 du Bureau 6-ter sur l’autopartage en France, les trois quarts des utilisateurs résident dans la ville centre de leur agglomération. Ils sont des automobilistes occasionnels, bien connectés à l’offre de transports en commun, habitant dans un contexte où l’usage de l’automobile est contraint. L’autopartage est un mode adapté pour des besoins  ponctuels en milieu urbain, en complémentarité avec l’offre de transports existante.

 

Une utilisation en hausse du « transport partagé », surtout chez les jeunes

 

D’'après l’enquête de l'institut CSA pour Uber, 17 % des Français ont eu recours à « l'autopartage » en 2014. Plus largement 54% des personnes interrogées (74 % des 18-24 ans) se disent "intéressées" par le "transport partagé". On peut penser que les jeunes générations seront naturellement sensibilisées de fait aux solutions d’autopartage : en effet d’après cette même enquête 36 % des 18-24 ans ont eu recours à l'autopartage lors des 12 derniers mois.

 

Un intérêt avant tout économique

 

Le Bureau 6-ter confirme l’intérêt avant tout d’ordre économique des utilisateurs pour l'autopartage puisque 45 % des utilisateurs de ce type de service le font pour des raisons économiques. L’augmentation à terme du coût du carburant et le coût élevé des véhicules va dans le sens de solutions plus économiques comme l’autopartage, cela malgré la baisse temporaire du prix du pétrole en 2015-2016 et le développement d’une offre de véhicules low cost. En effet un tiers des autopartageurs s’abonnent à l’autopartage au moment où leur voiture personnelle arrive en fin de vie. La moitié des autopartageurs s’abonne à l’autopartage parce qu’il leur revient moins cher que la voiture personnelle.

 

Une offre en développement, plus visible et mieux interconnectée

 

Globalement la France présente une offre d’autopartage étoffée couvrant une grande partie de la population, avec un nombre important d’opérateurs et une offre significative de location de véhicules entre particuliers. On rappelle que l’offre entre particuliers est prépondérante : sur les 26 000 véhicules dénombrés en autopartage, la grande majorité sont des véhicules mis en location par des particuliers (90 %). Plus généralement les grands centres urbains sont privilégiés par l’autopartage, mais les petites communes sont aussi desservies.

Le succès de leader comme Autolib offre une réelle visibilité et une crédibilité à l’autopartage

La connaissance du système influence directement sa diffusion : 65 % des répondants de l’enquête du bureau 6-ter se sont abonnés à l’autopartage moins de 6 mois après avoir découvert son existence. Autolib a démontré la fiabilité d’une solution performante en « trace directe » et offert une visibilité nationale et internationale à ce type déplacement. Autolib s’étend ainsi dans plusieurs villes de France et à l’international. Bolloré inscrit de plus son offre dans une réflexion multimodale puisque il est également fournisseur de bus et bus-tram électriques.

Le développement de l’autopartage entre particuliers, inclus dans une offre d’autopartage globale

Le développement de l’autopartage entre particuliers permet à ce service de se développer dans toute la France, partout où des particuliers proposent des véhicules, y compris en milieu rural. Les sociétés du secteur créées en 2010-2011 trouvent peu à peu leur modèle économique, lèvent des fonds significatifs et se structurent en réseau. On relève notamment le développement de Koolicar qui se positionne pour devenir le premier opérateur d’autopartage entre particuliers en utilisant le parc automobile existant. Pour ce faire Koolicar complète son offre avec différents acteurs de l’autopartage et du transport de personnes (par exemple avec le réseau d’autopartage Cityz à Bordeaux et la société Titi-Floris Nantes). Quant aux sociétés Tripndrive, TravelerCar et Carnomise qui proposent aux particuliers voyageant en avion de louer leur véhicule garé à l’aéroport afin d’alléger le coût global de leur voyage, elles viennent enrichir l’offre de services issus de l’économie dite du partage.

Le numérique va continuer à simplifier ce système

Les solutions numériques et l’utilisation grandissante de l’internet mobile permettent un accès plus simple aux services d’autopartage. L’innovation de Koolicar est bien de simplifier le système de mobilité alternative avec l'installation de la Koolbox dans la voiture qui permet d’éviter la présence du propriétaire lors de la location du véhicule. CarSonar est un moteur de recherche et comparateur de véhicules d’autopartage. C’est le premier service regroupant dans un seul lieu toutes les offres d’autopartage et location de voitures entre particuliers disponibles sur le marché.

L’autopartage, une économie prise en compte dans l’achat du véhicule ?

Une des solutions de retour à la vente de véhicules neufs pour les constructeurs consiste peut-être à vendre aux clientèles les vertus de l’auto-partage ou du co-voiturage pour solvabiliser leur demande de véhicules. Interrogé pendant le dernier Mondial de l’automobile, le PDG de Blablacar, Frédéric Mazzella le suggérait explicitement en indiquant que certains des offreurs de co-voiturage sur son site profitaient de la "manne" associée pour acheter plus récent ou neuf. On peut imaginer le même principe pour l’autopartage entre particuliers qui pourraient être amenés à acheter plus souvent des véhicules neufs mais adaptés à la location (soit un véhicule petit, peu gourmand en carburant et peu cher à entretenir).



A lire également

La PPE : Pourquoi Pas moins d'Energie carbonée pour nous déplacer ?

Le 07/12/2016

La loi de Programmation Pluriannuelle de l'Energie est un exercice de transcription en droit français des engagements, ambitions et outils au service d'une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). La PPE coordonne la politique française sur les questions d'énergie avec les Accords de Paris et autres engagements européens.

Véhicules et Mobilités 2017 : vos retours et vos attentes

Le 29/11/2016

Pendant ce dernier trimestre 2016, nous vous avons interrogé sur votre niveau de satisfaction, vos avis et vos attentes pour Véhicules et Mobilités : le site Web, la newsletter, Twitter et autres. Comme promis, voici un retour des résultats de cette enquête et nos axes de développement pour 2017 !

Open source : avenir ou concurrence de l'industrie automobile ?

Le 22/11/2016

Comment l’open source, le partage permettent d’arriver différemment à la construction d’une voiture ? Mais ces véhicules open source sont-ils réservés aux makers ou influencent-ils les pratiques de l'industrie automobile ? Quels sont les impacts des véhicules open source sur la chaîne de valeur, notamment la distribution des véhicules ?