Les légumes de la mer se font une place dans les allées du SIAL.

Le 12 décembre 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Plus de 25 000 espèces d’algues ont été recensées à travers le monde. Les algues sont nombreuses sur les littoraux français, breton en particulier. A l’heure où la problématique relative aux sources de protéines alternatives devient une préoccupation majeure, les algues pourrait être l’une des solutions.

Moins de protéines animales dans l’alimentation des occidentaux ?

La mode est au "flexitarisme". Les Français consomment moins souvent de la viande (en France, les achats de viande ont reculé de 7% entre 1998 et 2012). L’exploration des allées du SIAL a révélé cette année nombre de nouveaux aliments perçus comme plus durables : burger végétal, fromage à griller…

 

 

De plus les protéines viendront à manquer si l’on considère principalement les sources animales. Charge donc aux industriels de chercher des alternatives protéiques, sachant que, d'ici 2050, la population va augmenter d'un tiers.

 

Pour offrir des protéines à tous, il va falloir produire plus avec moins (d'énergie, d'eau...) et rationaliser l'usage des terres agricoles disponibles.

Selon des estimations citées par Nutrikéo à l’occasion du SIAL, le marché des protéines végétales, qui pesait 6,1 milliards d'euros en 2013, pourrait dépasser les 8,6 milliards en 2018, soit une progression de plus de 40% en cinq ans.

Pour certains, entre autres l'Onu, l'entomophagie est LA solution. Mais pour Xavier Terlet, spécialiste des tendances alimentaires, "l'alimentation est trop culturelle pour que les Européens par exemple, fassent ce pas".

 

Quelle pourra être la place occupée par les algues ?

 

Simple ingrédient ou cœur d’innovation, le légume de la mer s’invite dans différents segments

En Asie, Chine en tête, les ulves, les wakamés, les noris, les dulses se consomment par millions de tonnes. Au Japon, 21 espèces sont consommées quotidiennement. En France, les légumes de la mer peinent encore à s’imposer dans les rayons des magasins. Mais les choses changent, au regard de la prolifération des offres agroalimentaires les mettant en valeur. Un double challenge se présente donc aux industriels en Europe : apprivoiser les palais et utiliser les ressources locales.

 

Retour du SIAL… Les algues se démocratisent et ne sont désormais plus cantonnées aux seuls produits asiatiques.

Certes les pavillons chinois, japonais et plus encore coréens présentaient leur lot d’innovation… Mais les Européens commencent également à voir dans les algues une véritable source d’inspiration.

Parmi les 13 Grands Prix de l’Innovation 2014 par catégories de produits, deux produits à base d’algues ont été primés :

algues de bretagne

 

  • algues SIAL1La Springwawe, boisson régénérante à la spiruline, qui a reçu le Grand prix du Sial dans la catégorie boissons non alcoolisées.

On les retrouve désormais dans des boissons et des aliments plus classiques tels les substituts de viande, la crèmerie, les snacks apéro, les tartinables, les soupes ou les jus de fruits...

Algues SIAL3

Preuve d'un début de démocratisation des algues dans les aliments courants, la société Tête en Mer vient de recevoir le prix Isogone.

A lire également

La déferlante du Bouddah Bowl ou la salade au bol saine, complète et roborative !

Le 26/06/2017

Le Buddah Bowl, salade "healthy" nouvelle génération complète, équilibrée et haute en couleurs fait figure de grande star chez les foodistas. Ils envahissent la presse, les blogs culinaires et les réseaux sociaux… Résistera t-il à l'émergence du Poke Bowl ?...

La jacque : nouvel ingrédient "star" qui introduit des protéines sur de nouveaux instants de consommation !

Le 12/06/2017

Considérée comme le "fruit du pauvre" en Asie, d’où elle tient son origine, la jacque présente un profil nutritionnel qui fait d'elle une prouesse de la nature. Encore méconnue en France, elle connait un succès grandissant auprès des communautés "Veggies". Dégustée cru ou cuite, salée comme sucrée, elle diversifie les instants de consommation… [...]

Innover sur le segment de la minceur : Coca-cola Plus, le brûleur de graisses ?

Le 18/05/2017

Partout dans le monde, les politiques font la chasse aux calories, accusant divers produits, dont les sodas, de l’épidémie d'obésité. Charge aux industriels d'être proactifs et, avant toute coercition, de s'adapter tantôt par des stratégies de reformulation, tantôt par des actions de communication ou d'éducation nutritionnelle. Cas de la minceur...