Culture Vélo : Une solution de vélo électrique pour les trajets domicile-travail

Le 02 décembre 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Culture vélo VAE BMA
Pierre Le Comte, responsable du magasin Culture Vélo de Rennes, nous explique comment il s’est intégré dans le projet BMA pour apporter une solution de déplacement doux aux salariés et collaborateurs des différentes organisations avec lesquelles il a été amené à travailler.

Comment avez-vous connu le projet BMA et comment vous êtes vous inscrit en tant qu’offreur de solution de mobilité ?

culture véloMarc Potel, responsable du développement durable à la Caisse d’Epargne, cherchait à développer une solution de vélo électrique (VAE) pour les trajets domicile-travail de ses collaborateurs. Il s’est adressé à Culture Vélo suite à une recommandation de Rennes Métropole. Cette première collaboration nous a permis de nous intégrer plus largement dans le projet BMA. Nous travaillons aujourd’hui avec la CCI Rennes, la Société Vitréenne d’Abattage et la communauté de communes du Pays d’Aubigné.

La première expérimentation avec la Caisse d’Epargne concernait l’acquisition de 7 VAE. Cette initiative a connu un réel succès et a pris de l’ampleur car l’année suivante nous sommes passés à 30 vélos. Nous avions diversifié l’offre en fonction des usages. Nous avons par exemple vendu quelques vélos pliants à des personnes empruntant le train.

Quel a été l’apport des autres projets sur votre manière de penser votre activité ?

Dans l’expérimentation de la Caisse d’Epargne, nous restions sur des processus traditionnels d’achat/vente et contrat de maintenance alors que les autres organisations sollicitaient de la location. A l’origine, cette prestation ne faisait pas partie de nos activités. Nous avons dû  réaliser des chiffrages et rédiger le contrat de location et de maintenance avec l’aide d’un juriste. Nous nous déplaçons à fréquence convenue dans les entreprises, les vélos sont regroupés à ce moment-là  pour que nous puissions intervenir sur l’ensemble.

Collaboratrices de la CCI Rennes testant le VAECela nous a permis d’évoluer dans notre offre, car de l’opération classique achat/vente, nous sommes passés à un statut d’opérateur en location. Nous avons profité de cette expérience acquise pour l’ajouter comme argument commercial auprès d’autres entreprises. En effet, suite aux restrictions budgétaires dans de nombreuses entreprises et administrations, la location peut apparaitre un bon compromis pour mettre en avant une politique d’accompagnement vers des modes de déplacement doux, tout en limitant les investissements.

Cette orientation vers le BtoB permet une massification et donc de pouvoir étendre au plus grand nombre un premier niveau d’exigence qui répond à la demande. Dans ce cadre, nous entrons dans un autre rapport avec les entreprises et institutions. A la recherche de solutions partagée, nous devenons les partenaires d’un projet pour l’organisation dont la finalité est d’initier un mouvement en faveur des mobilités alternatives à la voiture individuelle.

Quelles sont, pour vous, les conditions nécessaires à la réussite d’un projet de location de VAE dans une organisation ?

Je pense que le facteur clef de réussite est de proposer une offre de qualité, c’est-à-dire que l’utilisateur a un vélo fiable qui correspond à son usage. Pour le projet BMA, nous avions proposé différentes gammes de produits de qualité. Chez nous, nous privilégions le made in France et certaines entreprises y sont particulièrement sensibles. Quand notre client est limité sur le prix, nous avons des propositions alternatives. Nous ne pouvons pas descendre sous un certain seuil car nous estimons que la qualité du produit ne serait pas satisfaisante et que délivrer ce service pourrait nuire à notre image.  

Il est également indispensable que l’utilisateur soit responsabilisé à l’usage du vélo. A cet effet, nous demandons généralement un dépôt de garantie pour récupérer des vélos en bon état.

Au cours du projet BMA, nous avons aussi vu émerger une problématique nouvelle pour proposer une offre packagée complète, celle du parcage et du stockage. Nous sommes actuellement en discussion avec de potentiels partenaires sur ce projet et cela donne des perspectives intéressantes pour le développement de notre activité.

Les derniers entretiens

Koolicar : Une solution d’autopartage pour mutualiser et optimiser l’usage de la voiture

Le 15 janvier 2015

Stéphane Savoure, fondateur de Koolicar, nous explique comment sa société s’est intégrée dans le projet BMA et quelles collaborations ont été possibles.

Média-Marque : Une solution digitale pour un commerce de proximité 3.0

Le 24 novembre 2014

Grégoire Lockhart, directeur de Média-Marque, une agence d'innovation digitale/mobile, nous explique comment sa société s’est intégrée dans le projet BMA pour proposer une solution répondant à la fois à la problématique de la mobilité des clients et à l’évolution de l’activité des centres commerciaux à l’ère du numérique.

daney factory design bma mobilité habitat

3 questions à Philippe DANEY sur sa vision du couple Habitat et Mobilité

Le 25 novembre 2013

Philippe DANEY, directeur artistique de l'agence de création DANEY FACTORY, nous livre sa vision de ce que pourrait être le couple habitat et mobilité.

A lire également

Koolicar : Une solution d’autopartage pour mutualiser et optimiser l’usage de la voiture

Le 15/01/2015

Stéphane Savoure, fondateur de Koolicar, nous explique comment sa société s’est intégrée dans le projet BMA et quelles collaborations ont été possibles.

Média-Marque : Une solution digitale pour un commerce de proximité 3.0

Le 24/11/2014

Grégoire Lockhart, directeur de Média-Marque, une agence d'innovation digitale/mobile, nous explique comment sa société s’est intégrée dans le projet BMA pour proposer une solution répondant à la fois à la problématique de la mobilité des clients et à l’évolution de l’activité des centres commerciaux à l’ère du numérique.

BMA autopartage coop de construction

L'auto partage arrive à Chevaigné

Le 03/06/2014

A partir du 28 mai, les habitants de l’éco-Hameau de Chevaigné vont pouvoir expérimenter un service d’auto partage entre particuliers.