Revue de presse Véhicules & Mobilités du 18 novembre 2014

Le 19 novembre 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Les constructeurs et les loueurs dans la course à la voiture connectée

Les solutions de gestion des flottes de véhicules d’entreprises poursuivent leur développement. En avril dernier, PSA a lancé son Connect Fleet Management permettant l’équipement des véhicules par des boitiers connectés. L’offre Pro + Board de Renault lancée le 7 novembre, repose sur la présence de boitiers connectés ou d’une tablette R-Link dans le véhicule. La compatibilité des technologies utilisées sur l’ensemble de la flotte est essentielle pour les gestionnaires de flotte. Ainsi, PSA se repose sur Orange Business Service pour équiper les véhicules d’autres marques de sa solution. Renault envisage également un partenariat avec un acteur du secteur. Les echos, le 12/11/2014


Succès pour les voitures hybrides d'ici à 2020, contrairement aux 100% électriques

Selon une étude Xerfi, les voitures hybrides devraient représenter 16.5 % des immatriculations sur le territoire français à l’horizon 2020. L’engouement pour ce type de motorisation devrait donc se confirmer dans les années à venir. Sur le plan mondial, les voitures électriques et hybrides devraient composer 8 % des véhicules légers d’ici 2020, contre 2.5 % actuellement. Les voitures 100 % électriques quant à elles ne devraient représenter que 3 % des ventes de véhicules légers en 2020. La Tribune, le 12/11/2014

PSA et Renault tirent profit des accords de compétitivité

Les constructeurs français mènent une politique de saturation des usines du territoire. PSA et Renault souhaitent optimiser la production de leurs sites français en adaptant leur taille et en rendant plus flexible cette production. Les accords de compétitivité datant du premier trimestre 2013 ont composé cette stratégie des constructeurs. L’objectif recherché repose sur la volonté d’éviter de soutenir des usines de grande taille sous-employées et coûteuses mais plutôt d’optimiser la taille d’usines plus petites mais employées de manière efficace. L’ambition des constructeurs français est d’atteindre cette saturation des sites d’ici 2016. Usine nouvelle, le 05/11/2014

La Chine, nouveau maître-étalon de l'interface Homme-Machine pour PSA

La section R&D de PSA située en Asie permet au constructeur de suivre l’évolution des standards dans la connectivité des véhicules. Le marché chinois est un lieu où les comportements et usages évoluent de manière accélérée dans le secteur de l’automobile. La moyenne d’âge d’un client moyen de PSA se situe à 35 ans, un chiffre plus bas que les standards européens. Aussi, l’utilisation des objets connectés est plus développée sur cette tranche de la population. La cible chinoise du constructeur incite au développement et à l’application de nouvelles technologies. Les nouveaux dispositifs développés et appliqués sur le marché chinois permettront un déploiement futur à l’ensemble des marchés du groupe. Usine digitale, le 12/11/2014


Un bus électrique à autonomie illimitée inauguré pour la première fois en France

L’aéroport de Nice est désormais relié par un bus électrique à autonomie limitée. L’expérimentation repose sur la technologie de recharge à biberonnage offrant au bus une autonomie sans limite sur sa zone de trajet. Se rechargeant à chaque arrêt par le biais d’un bras télescopique sur son toit, le bus pourra rejoindre l’arrêt suivant afin de procéder à une nouvelle recharge. Aussi, des batteries additionnelles permettent au véhicule de rejoindre le dépôt. Ce dispositif est une première en France et permettra la réalisation d’un test en conditions réelles. Avere, le 07/11/2014

A lire également

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 29/11/16

Le 29/11/2016

Réseau routier ; Royaume-Uni ; Véhicule connecté ; Voiture autonome ; Logistique dernier kilomètre ; Voiture électrique ; Chine ; Citroën ; Facebook

Open source : avenir ou concurrence de l'industrie automobile ?

Le 22/11/2016

Comment l’open source, le partage permettent d’arriver différemment à la construction d’une voiture ? Mais ces véhicules open source sont-ils réservés aux makers ou influencent-ils les pratiques de l'industrie automobile ? Quels sont les impacts des véhicules open source sur la chaîne de valeur, notamment la distribution des véhicules ?

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 22/11/16

Le 22/11/2016

Intelligence artificielle ; Voiture électrique ; Véhicule autonome ; Sécurité ; Règlementation ; Circulation urbaine