Prestations logistiques : pourquoi externaliser ?

Le 06 novembre 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Philippe de Couësbouc, expert en achats et membre du Club des REsponsables ACHats revient avec nous sur des tendances de l’externalisation des prestations logistiques.

Qu’est ce qu’une prestation logistique ?

Le terme de prestations logistiques couvre une grande diversité d’activités qu’un chargeur peut externaliser : 

  • Les activités distributrices (transport, stockage, passage en douanes, manipulation de la marchandise, mise en rayon, etc.)
  • Les activités industrielles (différenciation retardée, magasins avancés, préparation de commandes, réparation, gestion des déchets, etc.)
  • Les activités commerciales (facturation, merchandising, publicité, prévisions de ventes, etc.)
  • Les activités d’ingénierie (conseil, audit, gestion de projets, etc.)
  • La gestion de l’information (stockage, traçabilité, EDI, indicateurs de performance, etc.)

Quel est le marché de la prestation logistique ?

Chez les chargeurs (commerce de gros, distributeur, industriel), les achats pèsent entre 50 et 90% du chiffre d'affaires global. Mais une part de plus en plus importante de ces achats est consacrée à l’achat de prestations logistiques pour gérer les flux amont, aval ou intersites (plus de 30% aujourd'hui du budget logistique de ces entreprises).

Le marché de la prestation logistique compte 1 million d’entreprises en Europe et pèse plus de 750 milliards d’euros. Il a été nettement frappé par la crise : en 2009, les 17 prestataires principaux ont perdu 18% de leur chiffre d’affaires, mais 5 ans après, les perspectives sont encourageantes.

Pourquoi externaliser ?

Externaliser tout ou partie de ces activités permet au chargeur de se recentrer sur son cœur de métier. Cela lui permet souvent d’être plus réactif et plus flexible, de baisser les coûts, de mieux connaître les coûts d’une prestation qu’il réalisait auparavant en interne ou de transférer l’investissement dans du matériel plus récent. Dans un environnement incertain, l’externalisation d’une activité permet surtout à un chargeur de variabiliser ses charges.

Tout comme le raccourcissement des délais, l’internationalisation des flux depuis les années 1980 a complexifié la supply chain. Pour limiter les problèmes de pilotage, de coordination et de responsabilité, les chargeurs confient de plus en plus ces missions à des tiers experts (les 4th Party Logistics) qui gèrent le système d’information, le transport, le stockage, la distribution … et les risques !

Alors que logistique et supply chain sont devenus des leviers de compétitivité (ex : dans le e-commerce, la logistique est déterminante), les relations partenariales avec les fournisseurs ont tendance à se développer : trouver le bon prestataire est devenu un enjeu stratégique !

En savoir plus
Auteur(s)

Elodie Le Provost, CCI Rennes

A lire également

Logistique, transport, supply chain : la blockchain va changer votre métier !

Le 28/11/2016

La 1ère Conférence Nationale Blockchain et Supply Chain a eu lieu le 23 novembre : point de vue sur la manière dont cette nouvelle technologie va bouleverser en profondeur la performance et les métiers de la logistique, du transport et de la supply chain.

Laurent Vigouroux

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 15/04/2016

Pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning, BSC a interviewé Laurent Vigouroux, consultant indépendant et expert en DDMRP.

Le transport de marchandises « s’uberise », le marché se déstabilise

Le 18/02/2016

Quand le collaboratif devient marchand, c’est l’uberisation. Et cette vague de transformation numérique (BlablaCar, Air B&B, etc.) atteint aussi le secteur du transport de marchandises : comment ? Pourquoi ? Que faire ?