Hyperprotéiné : face aux protéines végétales, les filières viande et lait innovent.

Le 31 octobre 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Les protéines sont au cœur de nombreuses innovations, misant tantôt sur la satiété pour la quête de minceur, sur la lutte contre la dénutrition et la sarcopénie pour cibler les séniors ou sur le gain de masse musculaire pour les sportifs. Comment les protéines animales (viande, lait) rebondissent face à l’offre croissante en protéines végétales ?

 

 

 

La tendance de consommation de produits hyperprotéinés est en pleine expansion.

Selon Sophie de Reynal du cabinet Nutrimarketing, le match entre protéines végétales et animales bat son plein, avec, pour l’instant, un avantage à l’animal en matière de ventes. Les premières sont supposées plus écologiques et plus économiques tandis que les secondes ont le bénéfice d’un meilleur profil en acides aminés.

 

 

Mais la tendance pourrait s’inverser au vu du nombre d’innovations repérées cette année sur le SIAL en matière de protéines végétales.

Le segment des protéines végétales, estimé à 7,8 milliards de dollars en 2013 par l’agence de conseil en stratégies nutrition Nutrikéo, bénéficie d’une croissance positive. Ce segment pourrait atteindre 11 milliards de dollars d’ici 2018. Les protéines végétales, mais aussi celles issues de sources moins conventionnelles comme les algues ou les insectes sont des pistes d'innovations que les consommateurs pourraient percevoir très positivement.

Comment la filière « protéines animales » organise sa riposte ?

Le lait et la viande ont toute légitimité pour alléguer sur une richesse en protéines.

La méchante faim :

grignotage danioCette année, les linéaires ont vu débarquer Danio (de Danone) et Yopa (de Yoplait), des encas laitiers hyperprotéinés façon yaourts grecs. Le premier comme représentant d'un produit de snacking, fun et décalé, le second comme le nouveau dessert gourmand que les femmes attendaient. Les deux industriels se positionnent sur une gamme gourmande, connotée plaisir et non régime.

 

Les sportifs :

protéines animales3C’est au tour de Lactel de miser sur cet engouement pour les protéines avec une boisson dédiée aux sportifs, Sportéus. Le lait bénéficie en effet de vertus pour la récupération physique après l'effort. En partenariat avec l’Insep (Institut national du sport, de l'expertise et de la performance), la filiale de Lactalis exploite donc ce crédo avec une boisson pour la reconstitution musculaire après l’effort, grâce à un complexe breveté, Prolacta.

Inédite sur le marché, à part les poudres et les boissons énergisantes, cette boisson est  à destination des consommateurs qui font environ trois heures de sport par semaine, soit 10 millions de Français. Elle contient du lait réduit en lactose et est enrichie en protéines : 16,5 grammes de protéines de lait, dont 35 % de protéines rapides.. Elle se décline en 3 parfums (vanille, chocolat, fraise). La bouteille de 27,5 cl est vendue aux alentours de 1,50 euros.

protéines animales5

Côté viande, la société Teba, installée à Saint-Hilaire-du-Harcouët depuis 2006, ouvre, le 3 novembre prochain, une boutique en ligne qui proposera notamment des produits à destination des sportifs, Energy by TEBA, riches en protéines et  très faibles en calories et en matières grasses. « Pour un plaisir gustatif unique à moins de 145 kcal »… Des produits réalisés à partir de viande braisée ou viande hachée, pour laquelle la société annonce jusqu’à moins de 2 % de matière grasse. Les produits sont à destination des sportifs mais aussi des personnes qui suivent un régime. A cela, le groupe ajoute la possibilité de joindre des sauces aux légumes, des fruits frais pour en faire des plats complets équilibrés.

 

Les enfants :

protéines animales2protéines animales1

 

La société anglaise My Goodness a créé une boisson lactée aromatisée (fraise, vanille et chocolat) enrichie en protéines, en vitamine B et D et en calcium. Pauvre en sucre comparé aux autres boissons lactées aromatisées, Milkshoot permet de se préparer ou de récupérer après une activé sportive.

 

 

Les pronostics concernant le match protéines animales / protéines végétales seront difficiles à établir, tant il nous promet des innovations intéressantes, d'un côté comme de l'autre.

A lire également

Snacking sain : et si la solution passait par des offres personnalisées ?

Le 23/03/2017

Le snacking continue de performer et les préoccupations santé constituent un réel moteur d'innovation sur le segment. Alors que le sujet de la nutrition personnalisée apparait comme une solution prometteuse pour résoudre la difficile équation de la gestion du poids et autres paramètres de santé, l'offre snacking pourrait bien s'en inspirer….

Une communication humoristique pour les substituts de viande.

Le 21/03/2017

Les dernières éditions du SIAL ou du SIRHA ont fait la part belle aux innovations veggies et ont été à l'image de cette vague de végétarisme qui déferle sur l'alimentaire. D'une communication plutôt sobre et axée environnement ou santé, le 100% végétal s'oriente de plus en plus vers une stratégie décalée, des packagings funs et colorés.

Alimentation santé : le mariage de la biologie et des technologies se concrétise par une offre alimentaire marketée.

Le 06/03/2017

Très en vogue Outre-Atlantique, le bio-hacking est un concept basé sur l'amélioration des capacités physiques et mentales grâce l'association de la technologie et de la biologie au service de l'alimentation personnalisée. Pratique facilitée par la révolution des capteurs en tous genres, elle donne aujourd'hui naissance à des gammes de produits…