Mondial de l'automobile 2014 : la ligne de conduite des constructeurs (2/2)

Le 30 octobre 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Les constructeurs automobiles ont une nouvelle fois profité du Mondial de l'automobile pour afficher leurs nouveautés à venir. Tendances de marché, stratégies de constructeurs, perspectives d'innovations... passage en revue des éléments à retenir de cette édition 2014

 

Les petites citadines à la pointe de la mode

Depuis quelques années, le segment des petites citadines ne cesse de se développer. Portée en premier lieu par la Fiat 500, la Smart et la Renault Twingo, de nombreux modèles ont vu le jour comme Citigo chez Skoda, Mii chez Seat etc. Désormais, quasiment tous les grands constructeurs sont présents sur ce segment car même si la concurrence est rude et les prix très serrés, être sur ce segment permet aux marques de s’attirer de nouveaux clients (par exemple, Audi avec son modèle A1).

Ainsi, concernant les 3 marques françaises présentes au Salon Automobile de Paris 2014, les nouvelles versions des modèles Renault Twingo, Citroën C1 et Peugeot 108 sont toutes restylées. Elles ont aussi pour trait commun la personnalisation des éléments de carrosserie, allant du simple sticker au choix de peintures bicolores, d’éléments d’intérieur comme la sellerie, les habillages et décors intérieurs etc. Ces éléments étaient à l’origine les atouts « charme » et tendance des modèles premium, en premier lieu grâce à la Mini Cooper, ensuite avec la Citroën DS3 et désormais une majorité des modèles de ce segment.

Sur ce segment des mini-citadines, ultra compétitif, où l’on compte de nombreux modèles et à des prix très serrés (hors modèles premium), la personnalisation des voitures peut permettre aux marques de renforcer l’attractivité de leurs modèles, mais surtout d’augmenter leurs marges. En effet, pour distinguer sa voiture des modèles « de série », l’acheteur est souvent prêt à payer des options de personnalisation. Argument de poids dans un secteur d’activité en crise.

 

Le Haut de gamme ne connait pas la crise

S’il y a un segment qui donne le sourire à tous les constructeurs, c’est bien celui du haut de gamme. Représenté historiquement par les marques emblématiques allemandes BMW, Audi, Mercedes, le segment a encore fait une démonstration de force cette année au Salon de Paris.

Premier fait marquant, la distinction visuelle et esthétique entre Citroën et la marque DS. D’un côté un décor blanc, assez épuré, de l’autre, un décor sombre, élégant, branché et design. DS a désormais sa propre identité, et compte bien rivaliser avec les marques allemandes. Preuve en est, le concept car DS Divine, présentant de manière totalement décomplexée un véhicule luxueux à la française, une esthétique sophistiquée reprenant les codes de la haute couture, osant même un intérieur en soie avec des cristaux.
Le Concept Car Peugeot Quartz affiche aussi clairement la volonté du constructeur de monter en gamme, avec un SUV au style tranchant et musclé qui pourrait préfigurer les nouveaux modèles SUV du constructeur.

Mais si les constructeurs français paraissent convaincants dans cette montée en gamme, les constructeurs allemands font encore une démonstration de force et surtout de gros cylindres pour cette édition 2014 du Salon de l’Automobile de Paris. Si l’on se focalise sur BMW et sur Mercédès, les deux constructeurs ont présenté tous leurs plus beaux modèles et nouveautés. Ainsi, chez BMW se côtoyaient le X3 et l’imposant X6, les différents modèles M dans les série 3 et 4 et 5 notamment alors que chez Mercedes, les « petites » classe A et B posaient fièrement à côté de modèles phares du salon, comme les modèles AMG C63 et AMG GT. Audi et Volvo n’étaient pas non plus en reste, preuve en est que le haut de gamme paie toujours… et ça se voit sur le stand des constructeurs !

 

De la sécurité au confort, la voiture est connectée

Le Mondial de l’automobile a été l’occasion pour les différents constructeurs d’affirmer leur vision prospective du véhicule connecté. De la sécurité du conducteur au confort de l’expérience de conduite en passant par la maintenance prédictive, les avancées technologiques des systèmes embarqués se multiplient.

La connectivité des véhicules est un sujet majeur pour les constructeurs qui, d’ici la fin de l’année 2015, devront tous déployer un système d’appel d’urgence au sein de leurs voitures européennes neuves. La sécurité représente un des enjeux principaux des systèmes connectés. Au cours de ce salon, Volvo a exposé le XC90 intégrant un système de protection anti-sorties de route et de freinage automatique aux intersections. La marque suédoise, considérant le sujet comme un axe stratégique premier, a fixé un objectif de zéro victime à bord de ses véhicules en 2020.

Cette connectivité se traduit par l'arrivée d'écrans tactiles grand format dans les véhicules et de systèmes de compatibilité avec le smart-phone. Ainsi, les géants Apple et Google établissent des partenariats pour intégrer respectivement leur système Car Play et Android Auto au sein des futurs véhicules des constructeurs. Apple avec son Car Play s'est entouré de nombreux groupes de l'industrie automobile. Déjà présent sur la Ferrari FF au salon parisien, le système apparaitra à l'horizon 2015 sur de nouveaux modèles de plusieurs constructeurs comme Fiat, Citroën, Chrysler... Au total presque 30 constructeurs auraient un accord avec Apple. De son côté, Google a fondé l’Open Automotive Alliance, regroupant plus de 40 partenaires dont des constructeurs et des acteurs technologiques avec pour objectif l’intégration d’Android au sein des véhicules et le développement de services. Google aurait également des accords avec une trentaine de constructeurs. Ces nouveaux services de connectivité impliquent l’émergence de normalisations pour une continuité de l’expérience utilisateur smartphone–véhicule. Dans la perspective d’une définition d’un éventuel standard, chacun tente de se placer en pionnier. Selon le cabinet McKinsey, le marché de la voiture connectée s’élèvera à 175 milliards d’euros en 2020, un enjeu bien assimilé par l’ensemble des acteurs.

A lire également

La PPE : Pourquoi Pas moins d'Energie carbonée pour nous déplacer ?

Le 07/12/2016

La loi de Programmation Pluriannuelle de l'Energie est un exercice de transcription en droit français des engagements, ambitions et outils au service d'une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). La PPE coordonne la politique française sur les questions d'énergie avec les Accords de Paris et autres engagements européens.

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 06/12/16

Le 06/12/2016

Transports publics ; Open Data ; PSA ; IHM ; Recharge électrique ; Véhicules Hors d'Usage ; Allemagne ; Méga camions ; Bretagne

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 29/11/16

Le 29/11/2016

Réseau routier ; Royaume-Uni ; Véhicule connecté ; Voiture autonome ; Logistique dernier kilomètre ; Voiture électrique ; Chine ; Citroën ; Facebook