Mondial de l'automobile 2014 : la ligne de conduite des constructeurs (1/2)

Le 22 octobre 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Comme chaque année, le Mondial de l'Automobile de Paris a offert une vision sur les tendances et stratégies des constructeurs. Motorisations, innovations... les exposants ont affiché leurs ambitions et leurs croyances pour les années à venir. Passage en revue des éléments à retenir de cette édition 2014.

 

L’électrique moins visible

Les précédents salons avaient été l’occasion pour les constructeurs de mettre sur le devant de la scène leur nouvelle offre électrique, avec pour Renault par exemple un espace dédié Renault ZE présentant la gamme Zéro Emission. Dans l’édition 2014 du Mondial, les véhicules électriques se font plus discrets. Les ventes encore faibles y sont sans doute pour quelque chose, mais surtout, les nouveautés sont ailleurs, la majorité des constructeurs ayant déjà lancé leurs véhicules électriques. Sur le stand de Renault, la nouvelle Twingo et le nouvel Espace sont ainsi à l’honneur. Et en cherchant bien, une Zoé apparait, sans sa prise électrique ; mais le stand ZE a disparu.

Sur les stands PSA, Volkswagen, Mercedes, les véhicules électriques sont également assez peu visibles.
La nouveauté électrique est à trouver auprès de quelques petits constructeurs Français comme Courb ou 4H Holding (Lumenéo) mais aussi du côté de Toyota et Kia. Toyota expose l’i-ROAD, petit véhicule 3 roues dans une présentation ludique très colorée. Le véhicule est propulsé par 2 moteurs situés dans les roues. Le véhicule s’incline dans les virages et la direction est assurée par l’unique roue arrière. Une expérience de conduite nouvelle pour ceux qui ont eu la chance de l'essayer. Le véhicule n’est pas encore commercialisé en France mais fait l’objet d’un démonstrateur en autopartage à Grenoble avec le partenariat de Sodetrel et de Citelib, l’opérateur d’autopartage de Grenoble. Toyota met 35 véhicules à disposition pour cette expérimentation qui doit durer 3 ans.

 

Toyota iroad au Mondial 2014 de l'automobile de ParisCrédits photo: Themavision

 

Coté nouveauté, il faut noter également l’apparition du véhicule électrique de Kia: Kia Soul Ev. Lancé depuis début Octobre en Europe au tarif de 35k€, le véhicule vient enrichir l’offre électrique et concurrencer les Zoé et Leaf. Kia annonce une autonomie de 200 km avec une batterie lithium ion polymère de plus forte capacité que ses 2 concurrentes. Le positionnement prix est également supérieur.

Enfin, il faut noter la présence de Tesla, le constructeur californien, qui expose en 4 exemplaires son modèle S ainsi que son châssis tout aluminium. Un an plus tôt à Francfort, le constructeur disposait d’un stand « cabine » de petite taille, où un seul modèle S était exposé. Un signe de la dynamique du constructeur et de ses ambitions en Europe.

 

L’hydrogène toujours une cible pour Toyota et Hyundai

Au rang des nouveautés du Mondial, Toyota a présenté pour la première fois en Europe sa voiture à hydrogène. Produite et commercialisée en série, la Toyota FCV (Fuell Cell Vehicle) alimentée par une pile à combustible se destine au marché japonais pour avril 2015. Son prix de lancement est fixé à environ 50 000 €. La vente de la Toyota FCV est également prévue aux Etats-Unis et en Europe pour l'été prochain. L'Allemagne, le Danemark et le Royaume-Uni sont les trois pays dans lequel le véhicule sera initialement commercialisé. Ne disposant pas d'infrastructure de distribution d'hydrogène, la France n'est pour le moment pas concernée par ce lancement.

Constructeur pionnier dans le développement de véhicules fonctionnant à l'hydrogène, Hyundai a profité du salon pour exposer son modèle ix35 Fuel Cell. Avec son SUV, la marque nippone confirme son positionnement vers une production industrielle de véhicules à pile à combustible.

 

La Toyota FCV au Mondial de l'automobile 2014Crédits photo: Themavision

 

L’hybride Plug In se généralise dans le haut de gamme

La deuxième génération d’hybridation électrique/thermique est très clairement l’orientation des spécialistes allemands pour abaisser les consommations des véhicules thermiques. Presque deux ans après le lancement du premier hybride plug-in par Toyota, Mercedes, Audi, Porche, BMW exposent à l’occasion du Mondial 2014 leurs nouvelles offres d’hybride rechargeable. Munies d’une batterie rechargeable sur une borne électrique, ces architectures permettent un roulage en tout électrique de l’ordre de 30-40 km puis en mode thermique au-delà.

Sur un cycle normalisé, les constructeurs peuvent ainsi annoncer des consommations très basses : La Porche Cayenne plug-in annonce ainsi une autonomie de 36 km en tout électrique, un moteur thermique de 333 CH, et une consommation en cycle normalisé de 3,4 litres au 100 km ! La Mercedes SLS 500 plug-in hybride annonce 33 km en mode électrique et 2,8 litres au 100 km en cycle normalisé. Le système de pilotage des modes thermiques/électriques est pour ces véhicules programmable suivant plusieurs modes qui tiennent compte aussi de la réserve de puissance de la batterie, mais aussi de l’itinéraire et de la circulation. Au-delà de ces approches haut de gamme, les esquisses du véhicule 2 litres des constructeurs généralistes Français PSA et Renault indiquent également l’orientation vers une hybridation pour atteindre ces basses consommations, également dans un mode rechargeable pour Renault. L’enjeu sera de trouver un modèle technico économique acceptable pour un niveau de gamme et de prix inférieurs.

 

Les premiers démonstrateurs des constructeurs français dans le cadre du programme "Véhicule 2l"

Le Mondial 2014 a permis aux constructeurs français de présenter leurs concepts de véhicules à basse consommation. La Peugeot 208 Hybrid air, la Citroën C4 Cactus et la Renault Eolab affichent ainsi des consommations inférieures aux 2l/100km (2l/100 km pour environ 50 g de CO2/km pour les Peugeot 208 et Citroën C4 Cactus et seulement 1l/100 km et 22g de CO2/km pour Eolab). Les innovations affichées sur ces démonstrateurs reposent principalement sur l'allègement et l'aérodynamisme ainsi que sur l'hybridation de la motorisation. Des avancées qui seront vouées à être redéployées au sein des gammes des constructeurs avec pour objectif le respect des contraintes fixées par le programme "Véhicule 2l", prévoyant une commercialisation d'un véhicule bon marché à l'horizon 2020. Voir "Des prototypes de véhicules basse consommation remarquables chez PSA et Renault (2l/100 km), le 15/10/2014".

 

La Renault Eolab au Mondial de l'automobile de paris 2014Crédits photo: Themavision

A lire également

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 29/11/16

Le 29/11/2016

Réseau routier ; Royaume-Uni ; Véhicule connecté ; Voiture autonome ; Logistique dernier kilomètre ; Voiture électrique ; Chine ; Citroën ; Facebook

Véhicules et Mobilités 2017 : vos retours et vos attentes

Le 29/11/2016

Pendant ce dernier trimestre 2016, nous vous avons interrogé sur votre niveau de satisfaction, vos avis et vos attentes pour Véhicules et Mobilités : le site Web, la newsletter, Twitter et autres. Comme promis, voici un retour des résultats de cette enquête et nos axes de développement pour 2017 !

Open source : avenir ou concurrence de l'industrie automobile ?

Le 22/11/2016

Comment l’open source, le partage permettent d’arriver différemment à la construction d’une voiture ? Mais ces véhicules open source sont-ils réservés aux makers ou influencent-ils les pratiques de l'industrie automobile ? Quels sont les impacts des véhicules open source sur la chaîne de valeur, notamment la distribution des véhicules ?