Moderne, nomade et facilitant le dosage, la dosette conquiert de nouveaux marchés.

Le 29 septembre 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La facilité d’usage des produits a toujours stimulé l’innovation. En témoignent les nouveautés de cette rentrée qui sont nombreuses à miser sur la dosette offrant le double avantage de la juste dose et du nomadisme.

La juste dose s’était déjà bien illustrée à l’occasion du Sial 2012, plutôt sur la sphère nutritionnelle. Cette notion revient en force en cette rentrée avec l’apparition de sticks dans de nombreux segments de l’épicerie, cette fois plutôt orientés praticité.

Les Moulins Decollogne lancent "Ma dose de farine".

Le rayon farine a longtemps pu paraître comme "le laissé pour compte de l’épicerie". Mais depuis quelque temps les innovations s’accélèrent, tant au niveau du produit que du packaging. Après l’arrivée des sachets Doypack, voici venues les dosettes. Les Moulins Decollogne adoptent en effet en GMS  un nouveau concept pour leur farine bio. "Ma dose de farine" est conditionnée en sachet dosette de 100 grammes et proposée en deux versions : tout usage ou cuisine & pâtisserie.

 

Candia lance des dosettes pour son lait infantile en poudre.

dose stick1La marque du groupe Sodiaal arrive avec une innovation inédite sur le marché du baby-food : des sticks de lait infantile en poudre pour un usage nomade, à glisser dans le sac à langer ou le sac à main. Deux dosettes suffisent à reconstituer un biberon de 210 ml.

 

La baleine offre également son bicarbonate en dosettes.

dose stick2

 

A l’heure où la nostalgie guide nos actes d’achat, le bicarbonate, véritable remède de grand-mère, saisit l’opportunité de revenir en force, mais avec une version modernisée : La Baleine propose désormais le produit magique en dosettes de 10 g.

 

 

dose stick3Même démarche chez Ricoré, la boîte Collector en prime.

Ricoré a demandé à Margaux Motin, illustratrice française, de relooker sa boîte jaune. Ce sont ainsi trois scénettes de la vie quotidienne qui s'affichent sur fond de boîtes rose, verte ou jaune. A l’intérieur, des sticks individuels, idéals pour une consommation nomade.

 

La praticité : un pré-requis que les consommateurs ne réclament même plus tant c’est une évidence.

La praticité apparaît comme un besoin implicite auquel doivent répondre les industriels sans pour autant être considérée comme un avantage sélectif de la part des consommateurs.

Pourtant, les trois leviers du prêt à manger (facilité de manipulation, gain de temps de préparation, nomadisme) recèlent encore un gisement de croissance réelle. D’après le panorama mondial annuel établi par le cabinet de veille internationale XTC World Innovation, la praticité totalise 16 % des innovations (à + 1 point entre 2012 et 2013).

Et la praticité ne sera pas en reste à l'occasion de l'édition 2014 du Sial. Parmi les 12 tendances clefs présentées dans moins d’un mois, la notion de "consommateur aidé" se dégage. Cette tendance illustre un consommateur qui a besoin qu’on lui facilite la tâche, avec des guides, des repères, grâce à des produits solutions

Le stick ferait-il partie de ces produits-solution apportant une réponse double ? La juste dose ET le nomadisme…

A lire également

Le végétal dans tous ses états : nouveaux formats, nouvelles cibles, nouveaux usages…

Le 23/04/2018

Le végétal voit ses 1ers standards bouger. L’arrivée de marques généralistes démocratise certes le marché, mais fait aussi bouger rapidement les lignes... L’offre s’hyper-segmente pour répondre à de nouvelles cibles, nouveaux instants, nouveaux usages…signal fort qu’elle s’installe durablement et spontanément dans le quotidien…

Le jambon-beurre, détrôné par le burger, souffre de la montée en gamme du snacking !

Le 16/04/2018

Le jambon-beurre a été consommé 1,2 milliards de fois en France en 2017. Fait historique : il est pour la première fois dépassé par le burger, star des fast-foods, selon l'indice jambon-beurre de Gira Conseil. Face à la montée en gamme du snacking, le jambon-beurre conforte sa place de produit d'appel d'entrée de gamme !

Une alimentation plus végétale ? Quels impacts nutritionnels ? Quels leviers de communication ?

Le 05/04/2018

Le consommateur tend à associer le "tout végétal" au "super sain", ce qui mène à des incohérences entre un positionnement "healthy" et des formulations qui ne le sont pas forcément. Ainsi, pour ne pas générer d'achat déceptif, l'industriel doit réfléchir son produit dans ce sens... Place aux ingrédients sains, simples et naturels.