Xerfi : le potentiel du marché des aliments santé est réel.

Le 29 septembre 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Après quelques années dans le rouge, le marché des aliments santé montre un regain de dynamisme et devrait poursuivre sa croissance dans les années à venir, selon la nouvelle étude du groupe Precepta.

 

 

 

Le marché des aliments santé se renouvelle. Porté par des attentes consommateurs en quête d'une alimentation plus saine et plus naturelle, le segment bénéficie en prime de puissants moteurs sociodémographiques (vieillissement de la population, épidémie d’obésité qui gagne du terrain, prévalence des grandes pathologies…).

 

 

 

Point à date sur le segment « diététique » en France.

Après une quasi-stagnation en 2013, le marché des aliments santé en France connaît une progression modérée en 2014.

Quelques constats :

  • Un segment du sans gluten ultra-dynamique, affichant une croissance à deux chiffres depuis plus de 10 ans (+31 %, CAM 02/2014 selon panel distributeurs – Origine fabricants).
  • Des produits sans sucre et sans sucres ajoutés qui progressent de 16 % (CAM 02/2014 selon panel distributeurs – Origine fabricants).
  • Des superfruits type cranberry, goji ou grenade qui continuent de performer.
  • En parallèle l’effet Dukan s’essouffle après plusieurs années d’euphorie pour laisser la place à une nouvelle star dans l’univers de la minceur : le konjac, tubercule venu d’Asie qui bénéficie d’une allégation sur la perte de poids et qui fait l’objet de nombreux lancements (le marché pèserait déjà 2 M€…)


Une belle embellie envisagée pour les aliments santé, à l’horizon 2016

L’étude de Percepta, division du groupe Xerfi, intitulée "Le marché des aliments santé – Aliments fonctionnels, diététiques et compléments alimentaires vers de nouveaux business models", affiche un réel optimisme quant à l’avenir des aliments santé.  Isabelle Senand, auteur de ce rapport, prévoit ainsi une progression de ce marché de 3 % par an entre 2014 et 2016 pour passer la barre des 5,2 milliards d’euros.

En revanche, les segments n’évolueront pas tous à la même vitesse. Déjà, la progression des ventes de produits diététiques montre de grosses disparités, avec des segments ultra-dynamiques qui affichent cette année une croissance à plus de 30 %, à l’image des aliments sans gluten/sans allergènes.

 

Quels segments seront particulièrement concernés par ce dynamisme ?

diététique

  • Les aliments fonctionnels augmenteront de 4 % en valeur en 2014 et d’environ 3,5 % pour 2015 et 2016, profitant entre autres du dynamisme de la filière Bleu-Blanc-Cœur.
  • Les compléments alimentaires progresseront de 4,5 % en 2014 et de 3 % en 2015-2016.
  • Les produits diététiques seront en hausse de 2 % en 2014 et d’environ 3,5 % pour 2015-2016, stimulés par le sans gluten ou la promesse contrôle des sucres.

 

Plusieurs facteurs expliquent cet optimisme :

  • La confiance semble en voie de restauration, notamment grâce au règlement allégations ou le positionnement des produits sur des valeurs comme la naturalité, la traçabilité ou la proximité.
  • Une diminution probable des contraintes budgétaires sur les ménages après 2015, qui serait donc favorable à l’industrie agroalimentaire.
  • Un dynamisme tout particulier en matière de renouvellement de l’offre de la part des grandes marques nationales (telles que Gerblé, Gayelord Hauser, Gerlinéa…) et par le développement de MDD (exemple : Casino Bien Pour Vous, Carrefour Sans Gluten…) : mise en œuvre d’ingrédients stars, packagings plus gais et plus modernes, produits plus gourmands…

 

Un marché qui a su s'adapter aux différentes contraintes ? 

Les alicaments ont fait leur apparition en France dans la fin des années 90 et ont profité pleinement à certaines marques jusqu’en 2006. Puis la surveillance s’est accrue (règlement 1924/2006), réduisant de façon draconienne les perspectives de communication sur le sujet. Certains s’attendaient alors à voir l’innovation santé s’amenuiser… Mais les industriels ont su rebondir en apportant des réponses à des Français en quête d’une nouvelle alimentation, plus saine, plus équilibrée et plus respectueuse de l’environnement, réponses s’inscrivant dans de nouveaux mouvements tels que le "Locavorisme", le "Slow Food" ou le "sans gluten".

Au vu des progressions envisagées par Xerfi, ces efforts devraient donc être récompensés…

A lire également

Innover sur le segment de la minceur : Coca-cola Plus, le brûleur de graisses ?

Le 18/05/2017

Partout dans le monde, les politiques font la chasse aux calories, accusant divers produits, dont les sodas, de l’épidémie d'obésité. Charge aux industriels d'être proactifs et, avant toute coercition, de s'adapter tantôt par des stratégies de reformulation, tantôt par des actions de communication ou d'éducation nutritionnelle. Cas de la minceur...

L'art de découper les légumes : un atout pour des innovations de rupture ?

Le 15/05/2017

Le consommateur recherche la facilité et privilégie le prêt à cuisiner voire le prêt à manger. Si l'art de la découpe est mis à l'honneur au rayon boucherie et est source d'innovation, il est peu valorisé sur les fruits et légumes. Et si ré-enchanter la consommation de légumes passait par la manière de les découper à la façon "vegetable butcher" ?

Restauration collective : les derniers chiffres clés 2016 et les tendances à venir

Le 09/05/2017

La restauration collective représente 23.8 % de la RHD, avec 20 milliards d'euros de CA. Population scolaire en augmentation, vieillissement de la population, durées de séjour diminuées, dynamique du trafic aérien, mais aussi évolution des habitudes de consommation offrent de nouvelles perspectives à la restauration collective.