Usages et bénéfices de la réalité augmentée : trois questions à Grégory Maubon

Le 19 septembre 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Co-Fondateur de RA’pro, l’association de promotion de la réalité augmentée, Grégory Maubon est consultant expert en réalité augmentée. Il répond aux questions de Themavision sur les usages possibles de ces technologies.

Quelle définition donneriez vous de la réalité augmentée ? Quels sont les usages et domaines d’applications les plus diffusés aujourd’hui ?

Chez RA’pro nous insistons sur trois éléments pour qualifier une application, une expérience de réalité augmentée :

  • Utiliser un environnement en 3D : parce nous vivons dans un monde en 3D !
  • Superposer en temps réel des données virtuelles sur le monde réel : dans beaucoup de cas, le lien est fait en reconnaissant une image particulière appelée « marqueur »
  • Être interactif en temps réel : une modification dans le mode réel entraine un ajustement des données virtuelles

Comme vous pouvez le voir, cela n’implique pas l’utilisation d’image ou même de notre sens de la vision. En fait, tous les sens peuvent être augmentés, bien qu’aujourd’hui 95% des applications sont basées sur la vue, 4% sur l’audition et 1% sur les trois autres …

En résumé, la réalité augmentée est une interface entre les données numériques et l’utilisateur. C’est une interface bien plus naturelle que les traditionnels claviers et écrans. Cette technologie peut donc être utilisée dans tous les domaines où une interaction entre un utilisateur et des données sont nécessaires !

Ces dernières années, les utilisations liées au grand public se sont particulièrement démocratisés. Les actions de communication et de marketing ont engendré beaucoup de réactions, car l’effet de nouveauté et la capacité d’immersion de la réalité augmentée « touchent » les utilisateurs.

Les utilisations professionnelles ne sont cependant pas en reste, mais bénéficient de beaucoup moins de médiatisation. La formation, l’apprentissage des gestes techniques et le contrôle qualité sont pourtant des domaines où la réalité augmentée n’a jamais arrêté sa progression.

Peut-on aujourd’hui parler de gains économiques possibles grâce à la réalité augmentée ?

La réponse est « oui » sans aucune hésitation … à la condition évidente que la réalité augmentée réponde à un besoin identifié et étudié !

Dans le cas de l’apprentissage de gestes par exemple, une amélioration potentielle est de pouvoir se former sur des objets (automobiles, bâtiments, avions, chars de combat, etc.) coûteux sans les détruire. La réalité augmentée peut alors mettre l’apprenti « devant » son sujet, même s’il n’existe pas réellement.

Prenons un autre cas. Vous êtes un directeur ou une directrice de magasin et vous voulez tester des placements produits ou de la PLV (publicité sur le lieu de vente). Le besoin est clair et l’impact sera direct sur les ventes (voir par exemple cet article de mon blog). Traditionnellement vous pouvez déplacer des meubles ou faire des dessins, mais c’est soit compliqué, soit peu fidèle à la réalité. La réalité augmentée vous apporte une solution simple et pratique. Avec un smartphone ou une tablette, vous pouvez intégrer des modèles numériques à tester directement dans votre magasin et valider vos choix. Vous pouvez même aller plus loin et proposer à des clients de tester eux-mêmes vos aménagements. 

Comment voyez vous l'avenir de ce domaine technologique ?

Côté logiciel on va probablement voir apparaitre de plus en plus d’applications « sans marqueurs ». De ce fait, la reconnaissance sera beaucoup plus souple et beaucoup plus dynamique. Il y a également beaucoup de travail actuellement sur la mise en place de standards pour la réalité augmentée. On peut donc imaginer que dans quelques années, il ne sera plus nécessaire de télécharger une application spécifique pour vivre une expérience de réalité augmentée. Ce sera aussi simple que de prendre une photo !

Côté du matériel les choses bougent aussi. On parle beaucoup de lunettes connectées en ce moment (Optinvent, Laster, Google Glass, etc.) . La mise sur le marché de ces appareils va probablement entrainer un développement important des applications de réalité augmentée car ils  se placent dans une position idéale, devant notre champ de vision.  Pour aller un peu plus loin, le monde des interfaces est en train d’exploser en ce moment et on peut imaginer que des bracelets comme le Myo, des montres, des caméras thermiques, des senseurs de tous les types vont apporter des usages extraordinaires de la réalité augmentée

Et pour conclure, quels sont les points de vigilance pour ces nouveaux usages?

Je m'interroge sur les aspects sociaux et juridiques de la réalité augmentée. En effet, l’action de modifier la perception de la réalité est loin d’être anecdotique. Que se passe-t-il si je (enfin Google plutôt…)  lance une application transformant toutes les publicités en œuvres d’art ? Est-ce que je porte atteinte aux annonceurs, à la régie publicitaire ? Si je place au dessus d’une entreprise (grâce à de la réalité augmentée géolocalisée) un énorme panneau à la gloire de son concurrent, y a-t-il un préjudice ? Autant de questions qui risquent d’arriver très vite devant des juges !

L’implication sociale est aussi importante et peut s’illustrer partiellement avec le problème de la reconnaissance de visage. En effet, avec l'exemple des lunettes connectées, toutes les informations publiques sur quelqu’un seront disponibles ici et tout de suite. Peut être la réalité augmentée « généralisée » va t-elle amener les personnes à réfléchir d’une autre manière à la protection de leurs données personnelles ?

La Bretagne, et Rennes en particulier, a su développer une expertise dans ce domaine technologique. Le plan "Réalité Augmentée" de la nouvelle France Industrielle est notamment piloté par Vincent Marcatté, président de B<>Com et du pôle Images & Réseaux. Parmi les actions phare de ce plan, est faite mention de l'ambition de faire de Rennes "une ville augmentée". Organisée par Rennes Métropole, la convention Opportunités Digitales du 15 au 16 octobre 2014 aux Champs Libres sera notamment dédiée aux potentiels de la réalité augmentée.

Les derniers entretiens

Laurent Vigouroux

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 15 avril 2016

Pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning, BSC a interviewé Laurent Vigouroux, consultant indépendant et expert en DDMRP.

La douane, mon partenaire à l’international

Le 12 novembre 2015

Interview croisée de Martine Huitema, Responsable Import-Export chez Canon Bretagne et Virginie Tillet, Chef du Pôle Action Economique à la Direction Régionale des Douanes, qui mettent en avant les bénéfices du dialogue entre l’industriel et les services de la douane.

Kiosk to invest : lever des fonds en capital grâce au crowdfunding

Le 29 juin 2015

Kiosk to invest est une plateforme de crowdfunding spécialisée en capital. Elle met en relation des investisseurs privés et des entreprises en forte croissance souhaitant lever des fonds et ouvrir leur capital. Françoise Montiège, responsable Kiosk to invest pour la CCI Rennes nous présente ce nouvel outil de financement participatif.

A lire également

Sans-gluten et objets connectés : rencontre de deux tendances porteuses.

Le 30/11/2015

L'internet des objets séduit les Français qui envisagent, pour 50 % d'entre eux, d’acheter un objet connecté prochainement (étude IFOP). En parallèle une prise de conscience s'opère quant aux intolérances ou allergies alimentaires. Une opportunité pour des outils qui sauraient se rendre indispensables dans le cadre du "quantified food" ?

L'offre fibre aux entreprises : trois questions à François Jam

Le 25/09/2015

François JAM est responsable de la commercialisation de l'offre fibre auprès des opérateurs Télécom, au sein de Rennes Métropole Télécom. Pour Themavision, il fait un tour d'horizon des enjeux liés à l'adoption de la fibre par les entreprises.

L'entreprise mobile : les tendances numériques au service de la performance des entreprises

Le 29/06/2015

La mobilité est l'un des principaux axes de la transformation numérique des entreprises. Comment les entreprises peuvent-elles intégrer le numérique dans leurs pratiques pour gagner en mobilité, améliorer leurs performances et optimiser la satisfaction du client ? La CCI Rennes et la société B2O organisaient le 28 mai une conférence sur ce thème.