Une amélioration du marché européen qui profite aux constructeurs français

Le 24 septembre 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn


Le marché de l’automobile au cours du premier semestre 2014

Croissance du marché Européen

Les immatriculations ont connu une progression de 2.9 % en France sur le premier semestre 2014 par rapport à l’année précédente. Les bons résultats des constructeurs français sont tirés par ces données.
Le marché européen a également connu une progression des ventes de 6.5 % avec 6.6 millions de voitures vendues lors du premier semestre après une année 2013 en recul de 1.7%. L’Espagne qui a connu un fort recul depuis la crise de 2008 voit ses ventes de véhicules bondir de 17.8 % sur ces six derniers mois. Les résultats du Royaume-Uni, l’Italie et l’Allemagne sont également en hausse de respectivement 10.6 %, 3.3 % et 2.4 %.

Ralentissement et incertitudes sur le marché chinois

Le marché automobile mondial à mi-année présente une hausse des ventes de 3.8 %, globalement similaire à la hausse de 2013. La Chine, premier marché mondial du secteur, a vu la croissance de ses ventes de véhicules progresser de 11.2 % au cours du 1er semestre, contre 14 % en 2013 pour la période équivalente. Le marché chinois atteint un nombre de 9.63 millions de véhicules vendus sur les six derniers mois. L’ensemble des constructeurs étrangers ciblent ce marché en croissance à deux chiffres et investissent lourdement afin de s’y assurer une présence. Le très fort niveau d’investissement des acteurs occidentaux semble se poursuivre et accompagner la mutation du secteur dans le pays malgré les prévisions de ralentissement de la croissance du marché automobile chinois. Le marché chinois est maintenant incontournable pour les constructeurs. Le taux d’équipement du pays est 10 fois moins important qu’en Europe avec 60 véhicules pour 1000 habitants. Les attentes du marché et sa taille implique désormais des développements et des modèles spécifiques à la Chine, là où les constructeurs adaptaient simplement leurs modèles européens ou américains. Les investissements lourds questionnent sur les éventuelles surcapacités installées. 

Le gouvernement chinois impose aux constructeurs étrangers de nouer des accords afin de développer les marques locales. Néanmoins le marché profite aujourd’hui massivement aux constructeurs occidentaux qui pour certains réalisent en Chine l’essentiel de leur croissance mais surtout de leur marge, comme par exemple VW. Aussi, les récentes enquêtes de l’autorité chinoise NRDC, la Commission nationale pour la réforme et le développement, notamment à l’encontre de Daimler, font état de comportements monopolistiques de nombreuses firmes de l’industrie automobile. Des constructeurs étrangers et leurs coentreprises ayant pu pratiquer des prix anormalement élevés sur ce marché en développement. De lourdes amendes pourraient suivre, avec pour vocation de mieux réguler la croissance des constructeurs occidentaux.


Un semestre encourageant pour les constructeurs français

PSA Peugeot Citroën

Au cours du premier semestre 2014, PSA Peugeot Citroën a connu une actualité dense avec l’entrée au capital de la société chinoise Dongfeng. L’Etat français est également intervenu dans cette augmentation de capital. L’accord finalisé donne accès au groupe français à un important apport de fonds évalué entre 3 et 4 milliards d’euros de capital permettant d’assurer son avenir. Les objectifs de cet accord sont pour le groupe en difficulté de trésorerie de maintenir les investissements en recherche et développement et surtout d’accélérer son développement sur les marchés asiatiques.
Les trois actionnaires que sont l’Etat français, Dongfeng et la famille Peugeot détiennent désormais chacun 14 % du groupe. Cette nouvelle redistribution du capital entraine une perte du contrôle du constructeur français par la famille Peugeot qui en détenait jusqu’alors 25.4 %. Un nouveau président du conseil de surveillance a été nommé en la personne de Louis Gallois, ancien dirigeant d’EADS. Au sein de ce conseil, deux représentants de chacun des trois actionnaires siègeront parmi les 14 membres.
Depuis mars 2014, Carlos Taverez a pris la direction du groupe PSA Peugeot Citroën. Afin d’instaurer une nouvelle dynamique, il a présenté en début d’année son plan stratégique « Back in the race ». Les 4 points clés de cette feuille de route sont la réduction du nombre de modèles, le développement à l’international, la modernisation des usines et une réduction des coûts et des stocks pour un retour à la rentabilité.

Après les six premiers mois de l’année, les chiffres de PSA Peugeot Citroën affichent une hausse de 5.5 % des ventes mondiales en volume. Avec une hausse de 27.7 %, le marché chinois tire la dynamique du constructeur. PSA connait également une hausse sur le marché européen à hauteur de 11.7 %. Au-delà de ces 2 marchés clés pour PSA, les ventes du groupe dans le reste du monde ont néanmoins diminué de 3.3 %. Le continent européen représente alors 62 % des ventes du groupe (+3 % par rapport en 2013). La stratégie de PSA est d’atteindre un équilibre à 50-50 entre l’Europe et le reste du monde.

Pour la première fois depuis 2010, PSA retrouve un résultat d’exploitation positif, évalué à 477 millions d’euros depuis le premier semestre (contre -100 millions sur la même période en 2013). La perte nette du groupe a été réduite de 471 à 114 millions d’euros au premier semestre. Les objectifs fixés du plan « back in the race » sont l’atteinte d’un « free cash flow » opérationnel récurrent positif d’ici 2016, d’un « free cash flow » cumulé de 2 milliards d’euros entre 2016 et 2018 et enfin d’assurer une marge opérationnelle de 2% pour la Division Automobile à l'horizon 2018, avec un objectif de 5% lors de son prochain plan à moyen terme 2019 - 2023.


Renault

Au commencement de la seconde moitié de son plan stratégique « Drive The Change 2016 » lancé en 2011, Carlos Ghosn a été élu pour un nouveau mandat à la tête du groupe. Les objectifs sont de conforter la place de Renault comme première marque française dans le monde et d’en faire la seconde marque en Europe. L’ambition pour l’Alliance Renault-Nissan est de devenir le troisième constructeur mondial.

Pour ce premier semestre 2014, les chiffres du constructeur automobile Renault font état de résultats en hausse. Le groupe a élevé ses ventes mondiales à 1.365 millions de véhicules en progression de +4.7 %. Dacia offre une nouvelle fois au groupe de belles performances en progressant de 24.3 % avec 263 000 ventes. La gamme low cost du groupe, sous l’appellation Dacia ou Renault représente 42 % des ventes au premier semestre. En France, le groupe progresse de 12.5 %. Les ventes sur les marchés hors-Europe diminuent quant à elles de 9 % et représentent désormais 43 % des véhicules vendus, contre 50 % en 2013.
Sur le marché des véhicules électriques, la Renault Zoé reste la voiture la plus distribuée en France avec plus de 47 % de parts de marché. Cependant, au premier semestre, seulement 2078 exemplaires ont été vendus en France contre 3594 en début 2013.

Le bénéfice net dégagé par le groupe lors de ces six premiers mois de l’année 2014 s’élève à 749 millions d’euros contre 39 millions en 2013. Son taux de marge a évolué de 2.9 % à 3.7 % avec une marge opérationnelle de 729 millions contre 583 millions d’euros un an plus tôt. Carlos Ghosn prévoit un objectif de marge opérationnelle de 5 % du chiffre d’affaires en 2017. La politique de partenariats et de réduction des coûts défendue par le constructeur semble porter ses fruits sur le premier semestre 201

Lire aussi : Le marché Chinois : entre promesses et instabilités

A lire également

La PPE : Pourquoi Pas moins d'Energie carbonée pour nous déplacer ?

Le 07/12/2016

La loi de Programmation Pluriannuelle de l'Energie est un exercice de transcription en droit français des engagements, ambitions et outils au service d'une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). La PPE coordonne la politique française sur les questions d'énergie avec les Accords de Paris et autres engagements européens.

Véhicules et Mobilités 2017 : vos retours et vos attentes

Le 29/11/2016

Pendant ce dernier trimestre 2016, nous vous avons interrogé sur votre niveau de satisfaction, vos avis et vos attentes pour Véhicules et Mobilités : le site Web, la newsletter, Twitter et autres. Comme promis, voici un retour des résultats de cette enquête et nos axes de développement pour 2017 !

Open source : avenir ou concurrence de l'industrie automobile ?

Le 22/11/2016

Comment l’open source, le partage permettent d’arriver différemment à la construction d’une voiture ? Mais ces véhicules open source sont-ils réservés aux makers ou influencent-ils les pratiques de l'industrie automobile ? Quels sont les impacts des véhicules open source sur la chaîne de valeur, notamment la distribution des véhicules ?