Des solutions d'autopartage en devenir avec les démonstrateurs de Bretagne Mobilité Augmentée

Le 17 juillet 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Nous connaissons les solutions d'autopartage organisées par la collectivité comme Autolib, mais l'enjeu est d'améliorer le taux d'utilisation des véhicules et leur taux de remplissage. Aussi l'autopartage peut-il apparaître au sein de toute flotte existante afin d'optimiser son taux d'utilisation.

« D’ici 2025, l’idée même de propriété paraîtra singulièrement limitée, voire complètement démodée. […] C’est de l’accès plus que de la propriété que déprendra désormais notre statut social. » (Jérémy RIFKIN, l’âge de l’accès, 2005). Les comportements des nouvelles générations illustrent cette prospective de J. RIFKIN dont on voit un développement dans l’accélération de l’économie collaborative. En matière de mobilité, partager sa voiture, partager son trajet étaient encore il y a quelques années des comportements marginaux, pratiqués essentiellement par des militants de la cause écologique ou en recherche d’autres modes de vie que ceux imposés par la norme. La norme est en train de changer rapidement. L’auto-partage Autolib décidé par la mairie de Paris avait suscité à son lancement beaucoup de scepticisme. Blue Solution exporte aujourd’hui son savoir-faire dans d’autres grandes métropoles du monde. Blablacar vient de lever 100 millions de dollars pour développer son offre de covoiturage à l’international. Le développement en France de Blablacar impacte aujourd'hui la stratégie de la SNCF. Nous ne sommes déjà plus face à des pratiques marginales mais sommes bien entrés dans une phase de massification de ces usages, stimulés par la diffusion des pratiques collaboratives dans tous les domaines, par l’augmentation du coût de la mobilité et la baisse du pouvoir d’achat, et grâce aux apports du numérique. Les gisements de partage des mobilités sont considérables. Dans un cercle vertueux, plus elles se développeront, plus elles augmenteront les possibilités de mobilités multimodales accessibles par chaque usager nous propulsant vers cette révolution décrite par J. RIFKIN.

Bretagne Mobilité AugmentéeL’augmentation du taux d’utilisation et d’occupation des voitures est un levier mis en œuvre par le programme BMA, Bretagne Mobilité Augmentée. 19 démonstrateurs participent au programme avec une méthodologie spécifique démarrant par une analyse des activités conduisant à la mobilité puis à la co-construction de nouvelles solutions de mobilité. Le covoiturage, notamment domicile-travail, est présent dans plusieurs démonstrateurs. Cela représente des gisements très importants de partage des trajets et nécessite surtout un fort accompagnement au changement de pratiques de mobilité très ancrées. Plusieurs solutions d'autopartage ont émergé au sein de plusieurs démonstrateurs, toutes innovantes et à des échelles différentes. Retour sur 3 expérimentations qui devraient rapidement faire école et se déployer à plus grande échelle.

 

L’auto-partage au sein du logement par la Coop de Construction

La Coop de Construction est un promoteur immobilier appartenant au mouvement de l’Economie Sociale et Solidaire. Il favorise une approche de développement durable et l’accession à la propriété des ménages modestes. Or, le contexte d’un coût du foncier des centres urbains inabordable pour les ménages modestes pousse ceux-ci dans les couronnes périurbaines. La question de la mobilité devient dès lors indissociable du logement. Dans un programme à Chevaigné, la Coop de construction a ainsi intégré au logement un dispositif d’auto-partage entre particuliers en intégrant le système de réservation de Koolicar et son boitier embarqué ainsi qu’une offre d’assurance de la MAIF adapté à ces usages. L’intérêt a été la co-construction des règles de fonctionnement du service avec les habitants qui pour certains pourront ainsi se passer d’une deuxième voiture.

 

Mettre en auto-partage des véhicules d’occasion détenus par les garagistes à Lannion Tregor Communauté

Les professionnels de l’automobile subissent de plein fouet la baisse des ventes automobiles et la volonté de chacun de réduire sa facture d’entretien. Dans cette économie en marge du partage des mobilités, ils ont néanmoins des atouts à faire valoir et de nouveaux positionnements à prendre. A Lannion Tregor Communauté, plusieurs professionnels de l’automobile se sont associés pour proposer une offre de véhicules partagés utilisant les véhicules d’occasion sur stock à faible taux de rotation. Pour cette première expérimentation, 2 axes sont prévus : la location pour faciliter le retour à l’emploi (action sociale et solidaire) et un axe touristique (déplacement en véhicules électriques). En exploitant des véhicules dormants, outre le fait de générer des revenus complémentaires, cette expérience inédite initie une évolution sans doute inéluctable des garagistes vers des services de mobilité améliorant le taux d'usage des véhicules.

 

Mettre en auto-partage les véhicules au sein d’une zone inter-entreprises avec la Caisse d'Epargne

C’est un des axes développés par le démonstrateur de La Caisse d’Epargne. Le constat est double au niveau de la zone inter-entreprises où se situe la société. Premier constat : chaque entreprise détient ses propres véhicules de service dont le taux d’utilisation n’est pas toujours optimisé. Deuxième constat : les salariés stationnent sur le parking leur propre véhicule qui reste immobile toute la journée et utilisent les véhicules de flotte de l’entreprise pour des déplacements professionnels qui eux restent immobiles les soirs et le week-end. La première étape sera ainsi de mettre en place un service d’auto-partage des véhicules de société de la Caisse d’Epargne. Le projet prévoit un système embarqué pour les véhicules, un système de réservation, une assurance et des modalités de facturation pour les salariés utilisant les véhicules pour leur propre usage. Dans ce deal gagnant/gagnant, le salarié peut ainsi disposer d’un nouveau moyen de mobilité. La deuxième étape sera de mutualiser cette flotte avec les entreprises voisines, en étudiant la possibilité d’y intégrer des véhicules personnels et d’animer ce dispositif avec un tiers, en l’occurrence un garagiste local.

 

Ces 3 exemples illustrent le mouvement en marche de partage des véhicules qui dépasse les grands projets d’auto-partage urbains, mais va toucher l’ensemble des flottes de véhicules dans plusieurs situations d’usage. Il faut noter que ces 3 projets sont portés non par un opérateur de mobilité mais par les propriétaires de véhicules mettant en partage leur bien afin d’en optimiser leur coût de possession. Leur mise en oeuvre nécessite peu de moyen mais de gros efforts d'accompagnement au changement pour accepter de mutualiser et faire évoluer les pratiques.  

En savoir plus sur le site de Bretagne Mobilité Augmentée

A lire également

Véhicules et Mobilités 2017 : vos retours et vos attentes

Le 29/11/2016

Pendant ce dernier trimestre 2016, nous vous avons interrogé sur votre niveau de satisfaction, vos avis et vos attentes pour Véhicules et Mobilités : le site Web, la newsletter, Twitter et autres. Comme promis, voici un retour des résultats de cette enquête et nos axes de développement pour 2017 !

La mobilité parle à la mobilité #RadioMobilité

Le 15/11/2016

Pourquoi la mobilité devient plus qu’une question de transport ou de solution ? Comment les activités peuvent la reconfigurer ? Comment s’approprier une nouvelle culture de la mobilité ?

Voilà 3 questions auquel BMA veut répondre à travers ses expérimentations, un hashtag Twitter #RadioMobilité et un site web boosterdemobiliteactive.com.

Crisalide Numérique : la mobilité mise à l'honneur !

Le 12/10/2016

Le concours Crisalide Numérique révèle chaque année des projets innovants dans le secteur du numérique mais surtout dans les autres secteurs, grâce au numérique ! Cette année deux entreprises de la mobilité ont été mises en avant : Mobility Tech Green et YoGoKo.