La future loi de transition énergétique : un effet de levier pour les entreprises de 5 secteurs prioritaires

Le 02 juillet 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La loi sur la transition énergétique va donner lieu à de nombreux débats jusqu'à l'automne, moment où elle devrait être votée.

La loi sur la transition énergétique va donner lieu à de nombreux débats jusqu'à l'automne, moment où elle devrait être votée.

D'ores et déjà on connaît les secteurs d'activités qui sont concernés et qui vont faire l'objet de dispositifs spécifiques, de financements, de réglementations pour favoriser le modèle énergétique français.

Le projet de loi se focalise sur plusieurs filières économiques qui vont bénéficier de ces leviers de développement et générés selon les projections de l'ordre de 100000 emplois à 3 ans.

Tour d'horizon des secteurs économiques et des entreprises qui vont se développer au regard du plan d'action annoncé.

"le transport propre", les acteurs concernés :

Parmi les objectifs énoncés, on trouve le développement des 7 millions de bornes de recharge électrique d'ici 2030, et la signature de tous les volets "mobilité" dans les contrats de plan.

De ce fait, les fabricants de bornes de recharges électriques sont aux premières loges, ainsi que les fabricants de batteries électriques.

Tous les acteurs économiques de la ville numérique qui vont participer à la connectivité de l'homme, de la voiture et de la ville, sont également dans cette dynamique économique ; ainsi que le secteur de la construction automobile, en ce qui concerne la production de véhicules électriques, de véhicules hybrides, de véhicules consommant 2L au 100Km, de véhicules intelligents.

Les biocarburants sont aussi à l'ordre du jour notamment le biogaz GNV.

Le bâtiment, les secteurs qui bougent :

Compte-tenu des propositions d'allègement fiscal sur les travaux de rénovation, les acteurs du bâtiment qui vont être à jour des nouvelles formations sur les éco-matériaux, ou sur les techniques d'écoconstruction vont bénéficier de cet élan.

Les entreprises de formation de ce secteur qui vont proposer aux entreprises des programmes adaptés sur les techniques de rénovation et d'écoconstruction.

Le développement de la rénovation 3.0 va permettre de générer un besoin fort sur les applications et les solutions numériques, tels que le scan 3D, les maquettes numériques autrement dénommées Buiding information modeling (BIM).

Sont concernés également par répercussion, tous les secteurs de la domotique et les solutions liées à l'interopérabilité, aux objets et services communicants, les smart-grids et le M2M.

EnR, les technologies mises en avant :

L'éolien, le solaire, la biomasse, les énergies marines, les concessions hydrauliques, la récupération de chaleur, la géothermie, les biocarburants (suscités) vont pouvoir bénéficier de cette loi.

Les dispositifs d'incitation financière, de subvention, d'allègements fiscaux reviennent sur le devant de la scène pour ces filières.

Sur le sujet de la récupération de chaleur fatale, par exemple, l'Ademe a engagé tout récemment un appel à projet en Bretagne pour soutenir les investissements d'équipements performants de valorisation de chaleur fatale.

Côté financement, BPI France annonce le doublement du volume des prêts destinés aux EnR, soit un montant de 800 millions d'euros.

Le développement des technologies de stockage d'énergies est également en pleine effervescence.

Economie circulaire, solution de sortie de crise :

L'incitation à l'écoconception des produits et des matériaux va favoriser toutes les entreprises qui proposent déjà des produits éco-conçus ou qui ont engagé des réflexions pour modifier leurs process de fabrication.

Dans le domaine du recyclage, qui est également mis en avant, toutes les entreprises qui proposent des solutions de recyclage, de "re-use" pour combattre l'obsolescence programmée des objets sont concernées.

Toutes les innovations qui seront mises au service de l'économie circulaire, de l'économie de fonctionnalité, de la consommation durable, sont encouragées.

Les solutions d'écologie industrielle et les regroupements d'entreprises sont aussi d'actualité pour trouver des propositions à l'échelle d'une zone industrielle ou d'un territoire donné.

La méthanisation, nouvelle filière à développer :

Une ligne de financement dédiée aux méthaniseurs en milieu rural est annoncée avec 1500 unités d'ici à 3 ans. Les projets bretons vont se positionner sur cette ligne de financement.

Dans quelques semaines, la future loi de transition énergétique va préciser les détails des dispositifs liés aux différentes filières économiques.

A lire également

Retrouvez l'atelier "Le territoire, levier de la transition écologique et énergétique

Le 10/09/2015

Le troisième atelier "transition énergétique" de l'année 2015 a eu lieu le 10 septembre 2015 à la CCI Rennes de 8H30 à 12H00.
regardez en différé la vidéo et retrouvez les présentations.

Territoires, facilitateurs de la transition écologique et énergétique des entreprises

Le 01/09/2015

Pour faire face au enjeux de la transition énergétique, chaque entreprise peut mettre en oeuvre des actions individuelles d'adaptation. S'intégrer dans une dynamique collective lui permet d'aller plus vite et plus loin. C'est l'objectif des collectivités qui développent des démarches territoriales.

Retrouvez les présentations de l'atelier " Autoconsommation/autoproduction" du 9 juillet 2015

Le 09/07/2015

L'atelier du 9 juillet 2015 a été l'occasion de présenter la question de l'autoconsommation et de l'autoproduction pour les entreprises.
Pourquoi est-il pertinent de s'intéresser à une démarche d'autoconsommation dans le cadre d'une démarche de performance énergétique globale ?