Journées Aliments & Santé 2014 : concilier durabilité et alimentation-santé.

Le 30 juin 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La Rochelle a accueilli la 10e édition des Journées Aliments & Santé, placée sous le signe de l'innovation durable et destinée à apporter un éclairage sur les attentes des consommateurs, les évolutions réglementaires, les enjeux d'étiquetage et de communication, les ingrédients. Aperçu sur les enseignements de la conférence d’ouverture…

En réponse aux attentes des consommateurs en faveur d'une alimentation plus sûre, plus saine, plus respectueuse de l'environnement et de l'humanité, les deux journées de cette manifestation se sont organisées autour de sept grands moments : les rencontres d’affaires, le pôle exposition, l’espace tendance-innovation, le carré des décideurs, les ateliers et la web TV. A cela s’ajoutent tables rondes et conférences, introduites par les interventions de Gilles TRYSTRAM, Directeur Général, AgroParisTech et d’Ambroise MARTIN, Professeur de Nutrition de la faculté de médecine de Lyon.

 

Une industrie de la transformation qui doit trouver un équilibre entre un ensemble de contraintes et la capacité à dégager des marges – Gilles Trystram.

Depuis vingt ans, la notion de consommation a profondément bougé, au travers de moteurs économiques, démographiques, technologiques voire idéologiques. En parallèle, les industries alimentaires ont donc dû évoluer, à la fois pour apporter une réponse à cette transition de consommation et d’alimentation mais également pour se conformer à de nouvelles contraintes relatives à la transformation, à la Supply Chain ou à l’aspect règlementaire. Face à cette situation, à laquelle s’ajoute une vision de responsabilité ou de durabilité, il s’agit, pour les industries alimentaires, de savoir s’il sera encore possible d’évoluer et comment :

  • vers de nouveaux produits, aux nouvelles fonctionnalités ?
  • vers une augmentation de l’efficacité industrielle ?
  • vers une délocalisation/relocalisation entre production agricole et transformation ou transformation et usage ?
  • vers une soutenabilité globale en appliquant l’éco-conception à l’ensemble de la filière (économie circulaire) ?

 

Innover durablement : les conséquences entre une approche par les aliments et une approche via des programmes ministériels – Ambroise Martin.

Comment innover durablement pour que le consommateur trouve des réponses à ses attentes, pour qu’il comprenne le bénéfice des innovations qui lui sont proposées, pour qu’il joue son rôle dans un processus d’alimentation durable ? Des pistes, présentées par le professeur Ambroise Martin à l’occasion de la conférence d’ouverture des Journées Aliments Santé... Un parallèle entre l’approche industrielle et l’approche de santé publique.

Approche industrielle par les aliments : un encadrement européen encore évolutif, à la fois plus souple mais bien contraignant…

L’évolution du cadre réglementaire européen, encore non achevée, a déjà bien impacté la façon de penser l’innovation-santé.

A terme, seuls le point d’entrée (lié à la sécurité du produit final) et le point de sortie (concernant le discours nutrition-santé, qui s’étendra probablement au discours environnemental) sont encadrés. Ceci laisse envisager une simplification du système certes mais dans un environnement ultra-contraignant, avec la question des allégations en pôle position…

Approche de santé publique, centrée sur le régime global : plus facile, probablement, mais moins valorisante à court terme, toute amélioration n’ayant pas accès aux allégations nutritionnelles.

Au niveau national, des possibilités de valorisation de l’innovation peuvent être exploitées si elles s’inscrivent dans les programmes mis en place par les pouvoirs publics :

  • PNNS, piloté par le Ministère de la Santé et proposant de signer des chartes d’engagement de progrès nutritionnel ;
  • PNA (Programme national de l’Alimentation) piloté par le Ministère de l’Agriculture et proposant de signer des engagements collectifs destinés à faire évoluer la composition de l’offre alimentaire ainsi que la durabilité des modes de production, de transformation et de distribution.

Le nombre de chartes d’engagement du PNNS signées reste encore modeste (34 chartes signées, 8 bilans) ; l’intérêt pour l’industriel peut paraître mineur car la possibilité de valorisation est mince.

Cependant l'impact réel des chartes va au-delà des seuls signataires : les évaluations de l’Oqali (Observatoire de la qualité de l’alimentation), ou celles de l’Institut National de la Consommation pour le sel, montre des évolutions significatives, même si la marge de progrès demeure encore significative. A terme, ces engagements permettraient de diminuer de plus de 8000 tonnes le volume annuel de lipides mis sur le marché, de près de 15000 tonnes celui du sucre ou de 4200 tonnes celui des acides gras saturés. 

 

Alors que l’innovation dans le cadre réglementaire européen concernerait plutôt des produits de niche, le choix fait par les autorités françaises prône davantage une politique de petits pas mais visant un maximum de consommateurs.

En conclusion, le Professeur Martin conclut qu’il n’est pas aisé de faire rimer "durabilité" et "facilité" : l’équation technico-économique complexe intégrant santé, environnement, plaisir, praticité, coût, devant aussi prendre en compte les perceptions souvent labiles des consommateurs...

A lire également

L'identité bretonne : entre le bio, le mélange des genres, le fun et décalé…

Le 06/12/2016

La Bretagne est particulièrement dynamique en matière d'innovation agroalimentaire et demeure une véritable vitrine internationale. En misant sur la naturalité, le terroir, les entreprises "made in Bretagne" répondent aux attentes évolutives et montrent le dynamisme du secteur en matière d’innovation et d’adaptation.

SIAL 2016 : visions croisées d'experts

Le 30/11/2016

Les experts du site de direction-marketing.fr, Valorial, le Club PAI-Food Ingrédients, la CCI Rennes et Mintel nous proposent leur vision et analyse du SIAL 2016, salon international de l'industrie agroalimentaire qui a eu lieu du 16 au 20 octobre dernier à Paris.

Tendances alimentaires émergentes à l’horizon 2030

Le 30/11/2016

Publiée par AlimAvenir avec Futuribles, l’étude Vigie Alimentation 2016-2017 vient de paraître. Elle analyse 10 principales tendances alimentaires et les projette à horizon 2030. Auront-elles modifié la chaîne alimentaire ? Cette étude est le fruit d’un croisement de données et de visions d’experts. Retour sur ces dernières…