Comprendre le consommateur bio : chiffres clefs 2014

Le 20 juin 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
L’Agence BIO vient de publier son 11ème baromètre AGENCE BIO/CSA 2014* sur l’évolution de la consommation des produits bio en France pour mieux comprendre les perceptions des consommateurs Français face au bio. Résultats principaux et premiers enseignements...


Après une croissance ralentie en 2012 (+5%), le bio, dans un secteur alimentaire en crise, progresse de nouveau et fait figure de vrai tendance de fond. Il affiche une hausse de près de 10% en 2013, soit un business qui pèse désormais 4,5 milliards d'euros dans l'hexagone tous circuits confondus et démontre une capacité de croissance durable.

AB 9

 

Recrutement de nouveaux consommateurs : le nombre de non-consommateurs de bio diminue significativement en 2013

 

En 2013, 75% des Français ont consommé bio, dont 49% au moins une fois par mois.

En corollaire, la part de Français déclarant ne jamais consommer de bio est la plus faible de l'histoire du baromètre : seulement 25% contre 35% en 2012 et 46% en 2003.

Ainsi, l'élargissement de la cible s'est accéléré au premier trimestre 2014, avec 28% de nouveaux consommateurs de moins de 2 ans d'ancienneté recrutés (contre 10% en 2012 et 16% en 2011).

AB 1

 

L’ancienneté moyenne des consommateurs de produits biologiques est de 8 ans (contre 9 ans en 2011 et 12 ans en 2012).

 

Les Français et la consommation Bio - 4 profils de consommateurs

 

AB 2

  • 9% des Français sont des "Bio-quotidiens", ils consomment au moins un produit bio par jour,
  • 19% des Français sont des "Bio-hebdos", ils consomment au moins un produit bio par semaine
  • 21% des Français sont des "Bio-mensuels", ils consomment au moins un produit bio par mois
  • 26% des Français sont des "Bio-occasionnels", ils consomment bio de temps à autre.

 

* Pour Approfondir : Etude Nutrinet-Santé 2013

L’étude Nutrinet-Santé 2013 dresse le profil des consommateurs d’aliments bio en France 

  

Caractéristiques des produits bio plutôt bien connues

 

91% des consommateurs interrogés définissent spontanément les caractéristiques qui définissent un produit biologique, à savoir :

  • Un produit non traité, sans additif ou pesticide  (59%),
  • Un produit planté, surveillé, récolté et emballé sans additifs chimiques et par des moyens naturels traditionnels : "un produit naturel" (33%).

 

Information du consommateur : besoin d'en savoir plus sur le bio, en toute transparence...

 

Les Français sont toujours en attente d'informations sur les produits bio, à commencer par l'origine des produits (58% versus 59% en 2012), les modes de production (50% versus 54% en 2012) et les contrôles (47% versus 52% en 2012). Ils manifestent un fort intérêt pour les livrets explicatifs (76%) et des animations-dégustations (73%). Ils aimeraient également disposer de fiches recettes (60%) et rencontrer des professionnels de la filière pour échanger.

Pour satisfaire la sensibilité du consommateur français, aujourd'hui, plus de 75% des produits ou matières premières utilisées sont d'origine française. Les produits qui restent importés sont soit exotiques (bananas, noix de coco...) ou peu disponibles en France (riz, agrumes...).

AB 3

 

  •  Bio 7C’est le logo AB qui possède toujours la notoriété la plus élevée 94%, en très légère progression depuis 2012 (93%).

 

Bio 8

La reconnaissance par les Français du nouveau logo européen en place depuis juillet 2010, continue sa progression (46%). 

 

 

Santé et plaisir, premières motivations de consommation bio

 

Les motivations principales pour consommer bio restent prioritairement individuelles, pour préserver sa santé (91%) mais aussi profiter de la qualité et du goût des produits (91%).

 

 AB 4

 

A noter cette année une forte augmentation des raisons éthiques, pour préserver l'environnement (86% en 2013, contre 56% en 2012). Les achats de produits issus de l’agriculture biologique sont en effet intégrés dans une démarche globale eco-responsable, en faveur de la préservation de l’environnement (82%).


 

Les types de produits consommés

 

Les fruits et légumes occupent la première place de la consommation bio (83% des consommateurs de produits bio), suivis par les produits laitiers (63%) et les oeufs (58%). La consommation des oeufs suit par ailleurs une logique de consommation exclusive pour 51% des consommateurs de produits bio. Cette part s'élève à 78% pour les consommateurs "Bio-quotidiens".

AB 5

 

Les circuits d'achat privilégiés

 

Tous les circuits de distribution contribuent à la bonne santé des achats bio en 2013, la GMS occupant toujours une place prépondérante en France (79% des consommateurs), ce qui représente près de  47% en valeur totale des achats.

Elle est suivie par les achats sur les marchés (33% des consommateurs), en magasins spécialisés (29% des consommateurs et 35% de la valeur des achats), à la ferme (19%) puis chez les artisans commerçants (19%).

AB 10

 

 

 

 

AB 6

De nombreux consommateurs de produits bio sont alternatifs et achètent des produits bio dans plusieurs circuits.

 

Budget consacré aux produits bio

 

On note que 83% des consommateurs bio ont maintenu (63%) ou augmenté (20%) leur budget bio en 2013. L'augmentation est avant tout associée aux consommateurs les plus assidus, à savoir les Bio-quotidiens (42% d'augmentation de leur budget bio en 2013) et Bio-hebdomadaires (34% d'augmentation du budget)

AB 7

 

 Impacts sur les habitudes alimentaires

 

41 % des acheteurs bio affirment que ce mode de consommation les a amenés à changer leurs habitudes de consommation (+2% par rapport à 2012), à savoir :

  • le développement des achats de produits de saison pour 92% d’entre eux (+3% versus 2012),
  • la réduction des gaspillages pour 92% (+3% versus 2012),
  • une part plus importante accordée aux produits frais pour 91% (+9% versus 2012),
  • l'achat de produits un peu différents d’avant 85% (+7% versus 2012),
  • l'augmentation des achats de produits en vrac pour 68% (+2% versus 2012)
  • davantage de cuisine pour 65% (+7% versus 2012),
  • une augmentation des dépenses alimentaires pour 63% (-7% versus 2012),
  • et enfin, une diversification des lieux d’achat pour 65% (-2% versus 2012),

 

 

Facteurs d'influence pour faire augmenter la consommation bio ?

 

AB 8

Le facteur prix perd du terrain (66% de citation en 2013 versus 74% en 2012) au profit de l'origine (55% de citation en 2013 versus 48% en 2012) . La disponibilité via la proximité reste un facteur déterminant pour rendre accessible et augmenter la consommation bio.

 

Source : les chiffres et graphiques sont extraits ou reconstitués à partir du 11ème « Baromètre de consommation et de perception des produits biologiques en France »  Edition 2014 de l’Agence Bio.

 

 

 

 

 

 

* Le baromètre AGENCE BIO / CSA 2014 s’appuie sur deux mesures :
- Une étude quantitative, réalisée en face à face à domicile, du 19 au 25 novembre 2013 auprès d’un échantillon de 1019 personnes, représentatif de la population française (en termes de sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle du chef de famille, région et taille d’agglomération).
- Une étude quantitative réalisée pour la 1ère fois en online, du 4 au 6 mars 2014 auprès d’un échantillon de 1000 personnes de 18 ans et plus, représentatif de la population française (en termes de sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle du chef de famille, région et taille d’agglomération).

A lire également

Biodéchets : des ressources alimentaires en or !

Le 26/07/2017

La valorisation des biodéchets, enjeu environnemental conséquent et reflet d'une prise de conscience sociétale, est devenue une tendance de fond aujourd'hui. Les déchets organiques représentent environ 40 % de la totalité des résidus. Des starts-up aux acteurs de la restauration, certains ont décidé de profiter de ce nouveau potentiel.

Restauration commerciale, chiffres clés et tendances 2016

Le 19/07/2017

Affecté par les attentats, le marché français de la restauration affichait une grise mine début 2016. Il consolide pourtant ses performances fin 2016. En pleine métamorphose, la restauration commerciale trouve de nouvelles opportunités axées notamment sur la digitalisation, les nouveaux lieux de consommation, de nouveaux segments...

Le "sans traitements", une réponse alternative à mi-chemin entre le conventionnel et le bio. Démarche opportuniste ou durable ?

Le 24/05/2017

A mi chemin entre le bio et le conventionnel, l’arrivée d’une voie "sans traitement" semble représenter une réponse aux consommateurs alternatifs, pas encore bio-convertis… Cette nouvelle filière saura-t-elle néanmoins séduire durablement les influentes générations Y et Z, dites "sans concessions" à l'égard de leur responsabilité sociétale ?
[...]