E-commerce : adapter sa Supply Chain à un développement de l’activité souvent extrêmement rapide

Le 28 mai 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Une équipe d’étudiants du programme ESLI de l’ESC Rennes a travaillé pendant un an sur le e-commerce et son impact sur la Supply Chain. Ils nous présentent aujourd’hui leur vision du sujet.

 

Depuis une vingtaine d’années est apparu un nouveau marché de vente à distance : l’e-commerce. Représentant 3.7% de notre PIB d’après la FEVAD (Fédération du E-commerce et de la Vente A Distance), il est aujourd’hui un moteur important de notre économie qui permet aux entrepreneurs :

  • d’atteindre de nouveaux marchés
  • de proposer un « produit-service » à forte valeur ajoutée
  • de réduire les prix en minimisant les coûts de structure
  • de pouvoir proposer une offre cross-canal
  • de recueillir les habitudes d’achats des consommateurs
  • d’élargir leurs réseaux de distribution

 


La e-logistique, une fonction stratégique

La logistique est un lien direct avec le client. Sa responsabilité dans la qualité du service client et de la fidélisation, lui a fait devenir un argument commercial qui permet de gagner des parts de marché.

Mais la e-logistique est d’autant plus contraignante que les clients sont exigeants sur de nombreux points :

  • rapidité de livraison
  • tarifs
  • diversité des produits proposés
  • lieux de livraison
  • internationalisation
  • mode de livraison
  • gestion des retours et remboursement
  • services gratuit et premium

Ces contraintes font de la e-logistique un domaine complexe et coûteux. Les e-commerçants sachant maîtriser cette fonction augmenteront leurs marges et deviendront plus compétitif sur un marché ou la maîtrise de ses processus et de ses coûts est essentielle à la réussite.


Associer sa logistique à sa croissance

Selon la FEVAD, les ventes sur internet ont progressé de 14% entre 2012 et 2013 et devraient bondir de presque 60% d’ici 2020, pour frôler les 90 milliards d’euros et représenter 6,5% de la consommation totale des ménages.

Alors comment un e-commerçant peut faire face à cette augmentation des ventes ? De quelle manière peut-il adapter ses processus de réception, stockage et expédition ? Quel système d’information mettre en place ? Comment gérer le dernier kilomètre ?  …

Si certaines entreprises ont réussi à mettre en place des organisations industrielles (Amazon, Vente privée, CDiscount…), la majorité des e-commerçants en France (79% d’après la FEVAD) effectuent moins de 100 transactions par mois. Leurs logistiques, souvent artisanales et coûteuses,  diminuent leur marge et leur pérennité.

Cette recherche, qui découle sur la rédaction d’un livre blanc, apporte des préconisations aux e-commerçants souhaitant développer ou répondre à des difficultés logistiques.

 

De l’artisanat à l’industrie

De manière générale, la e-logistique se découpe en 7 points :

  •  Approvisionnement
  •  Réception
  •  Stockage
  •  Préparation de commande
  •  Expédition
  •  Système d’information
  •  Gestion des retours

Ces sept processus n’ont pas le même degré de maturité en fonction du niveau de croissance de l’entreprise et du marché sur lequel elle se situe. Nos travaux de recherches sont donc ouverts à toutes entreprises s’intéressant au e-commerce quelque soit sa taille et son secteur d’activité. Notre intervention du 5 Juin, reflet de notre livre blanc, abordera les questions d’externalisation, de mutualisation, du dernier kilomètre, de systèmes d’informations, de stockage et de bien d’autres sujets.

Si vous souhaitez davantage d’informations, rendez-vous le 5 Juin à l’Ecole Supérieure de Commerce de Rennes, pour participer au colloque du GENIAL.

Auteur(s)

ESC Rennes - Groupe 5 Alexis LE CORFEC, Romain PRIGENT, Maud PRUNIER, Marc-Antoine TROPEE

A lire également

Logistique, transport, supply chain : la blockchain va changer votre métier !

Le 28/11/2016

La 1ère Conférence Nationale Blockchain et Supply Chain a eu lieu le 23 novembre : point de vue sur la manière dont cette nouvelle technologie va bouleverser en profondeur la performance et les métiers de la logistique, du transport et de la supply chain.

Laurent Vigouroux

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 15/04/2016

Pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning, BSC a interviewé Laurent Vigouroux, consultant indépendant et expert en DDMRP.

Le transport de marchandises « s’uberise », le marché se déstabilise

Le 18/02/2016

Quand le collaboratif devient marchand, c’est l’uberisation. Et cette vague de transformation numérique (BlablaCar, Air B&B, etc.) atteint aussi le secteur du transport de marchandises : comment ? Pourquoi ? Que faire ?