Profiter de l’engouement pour les food trucks pour en faire un vecteur de communication.

Le 02 juin 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Depuis près de trois ans, les food trucks rencontrent un succès croissant. Mode de restauration itinérant, ces camions ont rejoint les rues à Paris comme en Province et séduisent de plus en plus de personnes désirant manger vite et bien. Au-delà de séduire les foodistas, les trucks acquièrent aujourd’hui une dimension didactique et expérientielle.

 

Un véritable phénomène de mode, mis en avant par Internet.

Importée des Etats-Unis, cette tendance a démarré en France sous l’impulsion de Kristin Frederick, qui a lancé le Camion qui fume à Paris en 2011. Au départ limité à la capitale, d’autres trucks se sont lancés sur les routes des agglomérations françaises : Cantine California, Daily Wagon, La Popote, Fishe and Shipe... Chaque concept promotionne différents types de cuisine, des burgers aux plats cuisinés traditionnels, en passant par les hot dogs, les crêpes ou les sushis

Le parcours des Food Truck est annoncé à l'avance sur le net ; nombre de ces concepts offrent la possibilité de passer commande en ligne.

 

Au-delà du concept de restaurant, le food truck est devenu un véritable vecteur de communication.

Pour faire connaître sa marque…

Les marques s'associent de plus en plus à ce mode de publicité pour se faire connaître, les industriels de l’agroalimentaire n'ayant pas tardé à surfer sur la tendance :

  • Herta et son Hot-truck à saucisses pour faire découvrir ses nouveaux hot-dogs Knackis prêts à déguster ;
  • McCain et sa Potatomobile avec la pomme de terre au four garnie. 5 recettes étaient proposées à partir de 5,5 euros, servies dans une barquette avec une petite salade (bœuf, poulet, saumon, fromage et une version végétarienne) ;
  • Franprix et son Good Truck qui sillonne la région parisienne et Lyon pour faire déguster gratuitement des produits de l'enseigne.

Pour faire passer des messages...

  • Priméale et son Miam Truck (deuxième édition) vise à réconcilier les Français avec les légumes ainsi qu’à promouvoir les légumes de saison. Outre des solutions repas, la marque propose également des dégustations gratuites ainsi que des cours de cuisine à base de légumes pour « réapprendre aux Français à manger sain ». 

food truck2

  • Depuis quelques temps, les insectes arrivent dans nos assiettes… Le 4 juin, Rentokil Initial, leader mondial de la lutte contre les nuisibles, prévoit de faire déguster vers de farine, criquets et sauterelles à bord d’un food truck, le Pestaurant...
  • En janvier dernier, la célèbre marque de régime Weight Watchers a sillonné toute l’Ile-de-France dans le but de montrer qu’il est possible de manger rapidement et sainement. L’objectif pour la marque était de promouvoir son nouveau programme Simpl’Express et de renforcer la proximité avec ses clients.

food truck 4

Face à un engouement certain pour le phénomène, le food truck se voit donc attribuer de nouvelles fonctions : communiquer sur une marque, promouvoir de nouvelles pratiques alimentaires et des expériences culinaires, favoriser la découverte… Et quand tel est l'objectif, l’idée est de miser sur un concept éphémère pour créer l’évènement.

Les marques ont bien compris que tout phénomène d’actualité pouvait représenter un nouveau vecteur de communication. Une chose est sûre, on ne fera plus du marketing de marque demain comme on le faisait hier.

A lire également

Une communication humoristique pour les substituts de viande.

Le 21/03/2017

Les dernières éditions du SIAL ou du SIRHA ont fait la part belle aux innovations veggies et ont été à l'image de cette vague de végétarisme qui déferle sur l'alimentaire. D'une communication plutôt sobre et axée environnement ou santé, le 100% végétal s'oriente de plus en plus vers une stratégie décalée, des packagings funs et colorés.

Free-from : ces marques alimentaires qui prônent le "non".

Le 21/02/2017

Portés par les attentes de santé et de naturalité, les produits "sans" continuent de remporter les faveurs des consommateurs. Et les marques se positionnent de manière de plus en plus affirmée sur le segment, revendiquant un "Non" assumé. Illustration par deux exemples : les biscuits apéritifs "Say Yes to No" et les eaux aromatisées "No&More".

Restaurant numérique : guide pratique pour la transformation digitale de la RHD

Le 07/02/2017

La DGE (Direction générale des entreprises) et l’UMIH (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie) proposent aux restaurateurs un guide pratique sur les bonnes pratiques du numérique appliquées à leur métier.