Exporter au Japon : y avez-vous pensé ?

Le 20 mai 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Marine, Mélanie et Keisuke sont étudiants à l'Institut de Gestion de Rennes en Master Administration des Entreprises, Parcours Management des entreprises japonaises. Ils nous dévoilent aujourd'hui l'intérêt de développer des affaires avec le Japon avant d'approfondir le sujet par les flux dans un prochain article.

 

Le Japon représente une opportunité de business intéressante pour les entreprises françaises, avec près de 130 millions de consommateurs dotés d’un important pouvoir d’achat.


Cependant aborder le marché japonais nécessite de prendre en compte ses particularités.

 

 

Pourquoi exporter au Japon ?

Les entreprises qui se lancent dans l’exportation au Japon sont peu nombreuses. Pourtant, le marché japonais offre de belles possibilités. Malgré les récentes crises qui ont touché le Japon, ce pays reste la troisième économie mondiale et a fait preuve d’un redémarrage économique plus rapide que prévu.


Un marché exigeant mais rémunérateur

 

Il s’agit d’un marché important et mature où la persévérance est le meilleur gage de réussite. En effet, c’est un marché difficile ; il exige une qualité de produits et de services irréprochable, un respect strict des délais et une capacité à se renouveler constamment. De plus, les coûts d’implantation et de commercialisation sont élevés. Toutefois, les marges importantes permettent un retour sur investissement à la hauteur des efforts demandés. Développer son activité au Japon est un gage de bonne image et de haute qualité ce qui fait du marché japonais un excellent tremplin pour le développement économique en Asie.

Les différences de culture, de goût et de physiologie avec le Japon sont à prendre en compte. L’ajustement de vos produits aux normes et aux habitudes de consommation des Japonais est indispensable pour accéder à ce marché exigeant. Par exemple, pensez à adapter vos recettes, vos packagings, vos gammes, etc.

“Mots d’ordre pour exporter au Japon : nouveauté, originalité, qualité, sécurité”

 

Des secteurs porteurs

 

Les produits français bénéficient d’une excellente image. La présence des produits et services français est forte dans les domaines des cosmétiques, de la mode, du luxe, de l’agroalimentaire et des vins. Elle se développe également dans les domaines porteurs de la santé, des services et technologies de l’information.

Selon l’étude “Nouvelle stratégie de la France pour l’export” [1], le Japon est une cible à fort potentiel dans 3 domaines :  

  • Santé – biotechnologies : dérèglementation, vieillissement massif de la population et pouvoir d’achat élevé des Japonais
  • Environnement : refonte de la politique énergétique du pays. Deux priorités sont à l’ordre du jour : efficacité énergétique et sécurité écologique.
  • TIC – logiciels : marché intérieur très demandeur en jeux vidéos, téléphonie, « green IT » et en applications en ligne (softwares as service). De nombreux professionnels japonais sont à la recherche de firmes étrangères innovantes dans une perspective de partenariats.

Le saviez-vous ? Le Japon connait le plus fort vieillissement de la population au monde. En 2050, environ 40% des habitants du Japon auront plus de 65 ans. Une opportunité de marché est à saisir: le silvermarket

 

Comment s’y prendre ?

 

Compétences nécessaires

 

Les différences culturelles avec le pays du Soleil levant sont souvent plus grandes que l’on ne l’imagine. La communication peut s’avérer difficile et mener à des incompréhensions, voire à des situations gênantes. Il est évidemment indispensable de parler anglais, même si cela est parfois insuffisant. Il peut donc être avantageux d’avoir des contacts locaux.

Le saviez-vous ? Les échanges de cadeaux d’affaires sont une pratique courante au Japon. Cependant, refuser un cadeau est signe d’humilité et il se peut que vous deviez insister pour le faire accepter.

 

Les organismes et aides

 

Si vous décidez d’exporter au Japon, il existe des aides à l’export et des organismes pour vous accompagner et vous conseiller dans vos démarches. Les aides financières à l’export sont nombreuses et visent des objectifs différents. Elles peuvent financer des dépenses multiples et sont accordées sous certaines conditions. Il s'agit donc de trouver les aides financières adaptées à votre projet d'export, celles qui serviront le mieux vos objectifs.

Rendez-vous très prochainement pour un second article plus technique sur les conditions d'accès au marché japonais, le fonctionnement de la distribution des produits ainsi que les particularités liées au transport.

[1] étude DG Trésor, octobre 2012, http://www.tresor.economie.gouv.fr/File/379031)

 

Liens : Organismes 

- CCI Rennes :  http://www.rennes.cci.fr/fr/international.aspx#.Uvs82fl5Ocw
- CCI France au Japon : http://www.ccifj.or.jp/
- UBIFRANCE : http://www.ubifrance.fr/default.html
- Ministère du commerce extérieur : http://www.commerce-exterieur.gouv.fr/
- JETRO : http://www.jetro.go.jp/france/
- COFACE : http://www.coface.fr/
- BPI France :http://www.bpifrance.fr/votre_projet/aller_a_l_international
- Bretagne Commerce international :http://www.bretagne-international.com
- Club d’exportateurs : http://www.club-export.fr/
- World Trade Center Rennes Bretagne : http://www.themavision.fr/jcms/c_140381/wtc-rennes-bretagne
- Ambassade du Japon en France : http://www.fr.emb-japan.go.jp/consulaire/douanes.html
- Conseillers du commerce extérieur de France : http://cce-japon.org/

Auteur(s)

Marine Cressard, Mélanie Geffray et Keisuke Hirata - IGR Centre Franco-Japonais du Management

A lire également

« Mes courses pour la planète » édition 2015, l'observatoire de la consommation responsable

Le 21/10/2015

A l'initiative de l’agence d’information Graines de Changement, cet observatoire de la consommation responsable 2015 fait un état des lieux sur cette consommation responsable en France avec mise en exergue des chiffres clés, tendances et évolutions...

La consommation alternative se cherche

Le 12/10/2015

Les usages alternatifs à la consommation courante semblent séduire les français, mais le nombre des utilisateurs tend a augmenter modérément depuis cinq ans.

Vente en ligne : poids économique et stratégies des acteurs

Le 10/06/2015

L'Insee a mené une enquête auprès des entreprises de plus de 10 personnes proposant la vente de produits ou de services via Internet. Les résultats montrent à la fois l'importance croissante de cette activité en France et les principales tendances de l'offre proposée par les acteurs de la vente en ligne.