Teisseire bouleverse les usages en sortant la bouteille de son placard avec un flacon pompe doseur !

Le 19 mai 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Grâce à son flacon doseur, la bouteille de sirop développée par Teisseire occupe désormais une place de choix sur le plan de travail de la cuisine, redonnant toute sa visibilité à un produit jusqu’ici relégué au fond des placards. L’idée : booster la consommation de sirop à travers le multiplication des occasions de consommation.

 

  

Une réponse de praticité qui induit une augmentation de la consommation de sirop

 

Teisseire (groupe Britvic) bouleverse les codes au rayon boissons avec un tout nouvel emballage : le premier bidon doseur sleevé présenté en flacon plastique (PET) de 75cl, avec une pompe. Très répandue dans le rayon Hygiène-beauté, la pompe ergonomique entre pour la toute première fois dans les rayons alimentaires à destination des particuliers.

 

Avec cette nouveauté, le leader du marché (35,9% de PDM valeur ; source Iri, CAM P3 2014) souhaite doper la consommation de sirop dans les familles en augmentant de 25% les occasions de consommation. Ce nouveau flacon lui confère désormais un avantage concurrentiel face aux puissantes MDD sur ce segment (45,6%  de PDM valeur).

La fréquence d’achat de sirops, l’une des plus basses dans l’univers des boissons sans alcool atteint seulement 5,9 achats par an en moyenne. Selon les tests réalisés par Teisseire, 60 % des foyers sortent ce nouveau produit du placard, lui offrant un emplacement idéal pour augmenter le reflexe « sirop » : le plan de travail.

 

Distribuée sur le mois de mai 2014 dans l’ensemble des hypers et  des supermarchés, la gamme se concentre sur six parfums cœur de marché : grenadine, menthe, citron, fraise, pêche et ice tea.

teisseire gamme

 

  • PVC indicatifs : entre 3,29 et 3,79 € les 75cl selon les parfums

Une réponse unique pour mettre fin à plusieurs freins à la consommation de sirop

 

Avec ce bidon doseur innovant, Teisseire lutte contre plusieurs facteurs qui freinent la consommation de sirop :

  • L’emplacement limitant du produit, dans le placard de la cuisine,
  • Le risque de gaspillage produit : le dosage permet d’éviter le sur ou sous-dosage, notamment chez les enfants,
  • Le manque d’autonomie des enfants au service : la forme du bidon permet désormais une bonne prise en main et la présence de la pompe favorise le self-service par les enfants, la dose étant contrôlée. Le nouveau bidon devient source de réassurance parentale.


En repensant et repositionnant ainsi les besoins du client, Teisseire revendique une innovation de rupture, ambitionnant de révolutionner le mode de consommation des sirops. Ce flacon sera t’il néanmoins à lui seul en mesure de créer une toute nouvelle catégorie tablant sur un usage plus intuitif du produit ? Cette innovation, aussi majeure soit-elle, concentre Teisseire sur un segment à plus forte valeur ajoutée qui re-challenge le modèle d'affaire de l'entreprise. Une telle ambition nécessite d'entretenir une excellente relation avec ses consommateurs afin de revendiquer dans la durée une image de précurseur.

A lire également

Un café aux actifs minceur

Le 12/09/2017

Porté par les préoccupations santé, le marché des compléments alimentaires affiche une forme au top ! La phytothérapie prend,aujourd'hui, une place prépondérante, notamment sur le secteur de la minceur. Fitalety, une start-up bretonne profite de cet engouement pour lancer une capsule de café aux actifs minceur.

Lipides contre glucides : l'offre de produits dédiés au régime cétogène s'étoffe.

Le 04/09/2017

Depuis plusieurs années, le discours diététique sur les lipides a beaucoup évolué et la diabolisation des graisses n'est plus de mise. Les nouveaux ANC de 2010 ont d'ailleurs marqué un tournant. Et si le régime low carb – high fat type diète cétogène devenait le nouveau "régime Dukan" ou " Weight Watchers" en terme de succès commercial ?

Biodéchets : des ressources alimentaires en or !

Le 26/07/2017

La valorisation des biodéchets, enjeu environnemental conséquent et reflet d'une prise de conscience sociétale, est devenue une tendance de fond aujourd'hui. Les déchets organiques représentent environ 40 % de la totalité des résidus. Des starts-up aux acteurs de la restauration, certains ont décidé de profiter de ce nouveau potentiel.