Commerce alimentaire : innovation dans les modes de livraison

Le 02 mai 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Drive fermier, livraison à domicile ou sur le lieu de travail, casiers réfrigérés, courses partagées : des concepts originaux sont développés ou testés par les groupes de distribution, par les spécialistes du e-commerce et par de nouveaux acteurs qui cherchent la formule gagnante pour optimiser la livraison des produits alimentaires.

La consommation alimentaire des ménages reste globalement stable mais certaines tendances se dégagent : qualité, proximité, fraîcheur et plaisir sont des valeurs en hausse.  Deux éléments restent cependant déterminants : le prix et le temps dont chacun dispose pour faire ses courses. Dans une certaine mesure, le consommateur acceptera un supplément de prix s'il est totalement rassuré sur la qualité du produit et si la livraison est adaptée à son emploi du temps.

Partant de ce constat, de nombreux opérateurs mettent en place des offres qui visent à répondre aux exigences des consommateurs et à leur faciliter la vie.

 



La livraison à domicile

Après la fermeture l'an dernier du site Télémarket, racheté en 2011 par Système U, d'autres acteurs historiques de la livraison alimentaire à domicile poursuivent leur activité : c'est le cas notamment de Houra (groupe Delhaize), créé en 1999 et Ooshop (groupe Carrefour) créé en 2000. Il s'agit de sites généralistes, avec une offre qui ne se limite pas à l'alimentaire mais couvre aussi l'univers de la maison, le bien-être... Autre généraliste, Amazon communique actuellement sur son concept Amazon Fresh en test dans quelques villes des Etats-Unis.

Notons que les enseignes de la grande distribution disposent chacune d'une plateforme de livraison à domicile, pour répondre à l'attente des consommateurs : c'est le cas de Monoprix, Système U, Intermarché, Casino...

En revanche, d'autres acteurs se sont spécialisés dans la livraison des produits frais. En voici une courte sélection :

  • Mon Marché livre aux entreprises, aux particuliers et en points relais une sélection de produits en provenance de Rungis, en misant sur la qualité, le choix et la maîtrise des délais qui constituent sa valeur ajoutée.
  • Mon Bon Marché associe un magasin situé à une vingtaine de kilomètres de Rennes, la vente sur les marchés et la livraison de paniers de fruits et légumes issus principalement de producteurs locaux. Le site vise la clientèle des entreprises. Un nouveau site doit ouvrir prochainement pour les particuliers. Le dirigeant estime que la complémentarité entre le magasin et Internet est essentielle : en effet le point de vente rassure le consommateur et suscite son envie de découverte de nouvelles saveurs. Le magasin permet aussi de compenser la baisse des livraisons de paniers enregistrée à chaque période de vacances. Enfin les produits les plus demandés en magasin seront mis en avant sur le site Internet.
  • Toujours en région rennaise, le site Amis de la Ferme livre aux particuliers et chez quelques commerçants rennais partenaires, "les bons produits de l'agriculture locale" : fruits et légumes, viande et charcuterie, poissonnerie, produits laitiers, boulangerie...
  • Au moment où les bouchers traditionnels de proximité se font rares, le spécialiste de la viande livrée à domicile Carré de Boeuf souhaite rendre accessible et faire redécouvrir le goût de la viande. C'est également le choix de Nature & Régions qui propose de la viande charolaise de qualité, livrée à domicile dans le respect de la chaîne du froid, en partenariat avec des éleveurs.

Le drive

Apparu voici 10 ans, le drive semble avoir atteint l'âge de la maturité avec environ 3000 unités sur l'ensemble du territoire. En France 3 millions de ménages choisissent ce circuit dix fois dans l'année. Selon KantarWorldpanel, le drive gagne autant de clients qu'il en perd. Laissant peu de place aux achats d'impulsion, il représente une alternative à la corvée des courses.

L'essentiel des ventes en drive concerne les boissons non alcoolisées et l'épicerie, ce que les spécialistes de la consommation nomment "le fond de placard". En effet, les commerçants le savent : le client aime voir, toucher et choisir lui-même ses fruits et légumes. Ce qui a conduit le drive Leclerc de Saint-Brice-Courcelles près de Reims, à distribuer les fruits et légumes en cageots à partir de huit produits achetés : ainsi le client visualise les produits avant de les emporter et il peut les échanger sur simple demande.

Pourtant le point faible du drive reste les produits frais : d'où le concept de drive spécialiste du frais lancé en 2013 par Auchan en région parisienne sous le nom Arcimbo qui évoque les compositions du peintre italien Giuseppe Arcimboldo. L'idée est d'associer un magasin de produits frais (fruits, légumes, boucherie, traiteur, poissonnerie) à un drive Auchan. Arcimbo propose le retrait des produits sur place et la livraison à domicile. Un an après son lancement le concept doit encore affirmer sa notoriété.

Autre initiative du groupe Auchan : le drive piéton Auchan Direct. Trois heures après leur commande, les clients peuvent récupérer les produits mis à leur disposition dans un point de retrait situé dans le 15ème arrondissement de Paris. Une expérimentation qui s'apparente au clic & collect testé par plusieurs groupes de distribution en France comme à l'étranger.

drive fermier1Signalons enfin la création de drives fermiers dans de nombreuses régions françaises, avec le soutien des Chambres d'agriculture : c'est le cas par exemple en Bretagne ou en Gironde. Producteurs et éleveurs se mettent ainsi à l'heure d'Internet tout en favorisant le développement des circuits courts. Une innovation qui représente un complément de revenu pour les agriculteurs et permet de toucher une clientèle de consommateurs qui ne viennent plus au marché.

Les courses partagées

Pas le temps de faire vos courses ? Pas de problème, vos voisins s'en occupent. C'est le principe de Cocourse (Rennes) ou Instacart (quelques villes des Etats-Unis). Créé par un ancien d'Amazon, ce dernier site annonce la livraison à domicile dans l'heure qui suit la commande : le "personnal shopper" qui prend en charge vos courses est guidé via une application mobile vers le bon magasin et le produit commandé, de façon à optimiser ses déplacements. Instacart n'est lié par aucun accord aux enseignes où sont effectuées les courses : il se différencie sur ce point de Cocourse qui établit un partenariat avec les commerces auxquels le site apporte une nouvelle clientèle. Les deux sites rémunèrent les coursiers via une commission.

Livraison à domicile, drive, courses partagées : autant de solutions conçues pour apporter un service qui simplifie les courses et libère le consommateur d'une contrainte. Tout en s'inscrivant dans les tendances actuelles - proximité, qualité, fraîcheur -  et en associant les technologies numériques au commerce traditionnel.

Crédits

© Instacart et Drive Fermier Gironde

A lire également

Transformation numérique des TPE en Bretagne.

Le 18/11/2016

La Région Bretagne lance un appel à projets expérimental qui a pour but d'accompagner les TPE dans leur transformation numérique. L’objectif est de valider si ce type de programme peut réellement constituer un effet de levier sur les petites entreprises et de promouvoir le caractère transformant par les outils numériques.

L'aide Stop essuyage

Risques professionnels en restauration : aide financière sèche-verres

Le 06/09/2016

Suite à une étude qui a été réalisée sur les TPE en 2013, il s’est avéré que le métier de la restauration était un métier à risque (chute dans les escaliers, chute en cuisine et en salle, des coupures avec des couteaux, des coupures avec du verre cassé).

Les français adeptes du commerce en ligne.

Le 26/08/2016

Le commerce en ligne des français ne cesse de progresser. Une étude de Journal du Net (JDN) fait ressortir une forte progression des commandes en ligne et de la valeur globale des achats.