Storytelling : coffret de moutardes Maille aux saveurs du potager du Roi à Versailles

Le 17 avril 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Au temps de Louis XV, Maille, marque iconique du patrimoine gastronomique français, était fournisseur officiel de la Cour. Le coffret de moutardes collection printemps/été 2014 de la maison Maille nous le rappelle et invite à retraverser le potager de la Cour du Roy à Versailles sous le récit d’anecdotes culinaires de l’époque.

 

Des recettes gourmandes chargées d’histoires royales

 

Le coffret comporte 3 pots de 100 ml de moutarde aux associations de saveurs et arômes inattendus. Les recettes, inspirées d’anecdotes gourmandes historiques, sont destinées à venir sublimer et caractériser les plats les plus raffinés cet été. Elles redonnent ainsi toutes ses lettres de noblesse à la moutarde, qui accompagnait déjà les plus grands mets à la table royale. Avec 267 ans d'histoire, la marque mène une véritable stratégie de premiumisation en s'appuyant sur un patrimoine très solide.

 

Moutarde au Basilic et Pointe de Fenouil

 

Catherine de Médicis raffolait du fenouil. Elle avait à ce titre introduit la saveur anisée à la Cour, puis au cœur du Potager du Roi au XVIIème siècle.

 

Moutarde à la Cerise Griotte et Pointe d’Amande

 

La cerise griotte, avec sa couleur rouge éclatante, était l’un des fruits préférés de Louis XIV. Pour satisfaire le désir royal et en disposer toute l’année, Jean-Baptiste de La Quintinie, jardinier créateur du potager du roi à Versailles, avait inventé une méthode de culture spécifique.

 

Moutarde aux Petits Pois et Pointe de Fleur de Ciboulette

 

Les petits pois primeurs, symbole de l’arrivée du printemps dont raffolait Louis XIV, étaient devenus une mode et faisaient fureur à la Cour.

 

Cette collection est disponible depuis le 21 mars 2014 sur le site de la marque et dans ses points de vente d'épicerie fine de Dijon, Paris et Londres au prix de 22,90€.

 

Storytelling : le marketing mise sur le récit

 

En période de crise, conserver la confiance du consommateur est un impératif. Les marques qui se sont construites à l’aune de leur image et de leur réputation se doivent de « cultiver » leur identité. Le storytelling agit comme un renfort de l’histoire des marques et fonctionne d’autant mieux que les consommateurs sont à la recherche de récits qui leur permettent de reconstituer des univers cohérents et rassurants. Les marques doivent désormais se concevoir comme un récit et les campagnes de promotion comme des séquences narratives. Tous les points de contact avec le produit participent au scénario. Nous sommes passés de l’image de marque à l’histoire de marque !

A lire également

Substituts de viande : vers des appellations misant sur les caractéristiques propres au végétal ?

Le 14/05/2018

Alors que Le Boucher Vert vient de changer son nom pour Hari&Co, la marque va peut-être devoir réaliser une seconde refonte de ses packs… Un amendement adopté le 19 avril 2018 compte interdire aux acteurs du végétal d’utiliser les noms propres à l’univers de la viande.

Viande persillée : comment le packaging peut favoriser l'acte d'achat ?

Le 07/05/2018

En décembre dernier, Interbev livrait ses objectifs dans le cadre du plan de la filière viande bovine, mettant notamment l'accent sur l’amélioration de l’expérience gustative. Le persillé, synonyme de jutosité et de tendreté, fait partie des réflexions. Encore faut-il s'attacher à la présentation pour inciter les consommateurs à l'achat...

Tendances culinaires : du vintage dans l’assiette ! Un poireau vinaigrette, une blanquette de veau et un Saint Honoré, s’il vous plaît !

Le 18/04/2018

La tendance néo-conservateur arrive en force dans les assiettes et avec elle le poireau vinaigrette, le céleri rémoulade ou la blanquette de veau, ces plats "canaille" d'autrefois qui n'étaient plus guère en vogue... Dans un monde où les "vraies" valeurs s'étiolent, le vintage dans l’assiette résonne comme un retour aux valeurs fondamentales…