Portrait du responsable supply chain idéal

Le 09 avril 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
A l’occasion de la Semaine Internationale du Transport et de la Logistique , l’ASLOG a interrogé des chargeurs, des recruteurs et des organismes de formation : quelles compétences pour quel management ? Retour sur les compétences indispensables du responsable supply chain.

Le périmètre de sa fonction

Le supply chain manager gère des flux physiques et d’information (depuis l’amont jusqu’à l’aval, en passant par l’interne et les flux retour) et des contrats (fournisseurs / clients) dans un objectif de performance. Il se situe à un niveau stratégique de l’entreprise et accompagne la stratégie commerciale.

Ses compétences métier

Véritable chef d’orchestre, le bon supply chain manager doit savoir jouer de plusieurs instruments : ses expériences de prévisionniste, approvisionneur, responsable transport, logistique, etc. lui confèrent la capacité d’anticipation et la réactivité nécessaires à la prise de décisions pertinentes.

La maîtrise des langues étrangères est indispensable, l’anglais ne suffit pas au supply chain manager idéal, qui profite d’expériences professionnelles à l’international. Il dispose d’ailleurs d’une connaissance détaillée des pratiques culturelles des pays et des régions de ses fournisseurs ou clients (ou il connaît ceux qui en dispose et sait comment les mobiliser).

Logiciels, cloud, Saas… les systèmes d’information n’ont pas de secret pour lui : il a conscience qu’il s’agit là non seulement du moyen de différencier la supply chain de son entreprise mais surtout de la rendre encore plus performante : il sait aller chercher l’information nécessaire au bon moment, l’analyser pour mieux « voir le vent venir ».

Le supply chain manager idéal aime le service client et atteint pour cela l’excellence opérationnelle. Il est transparent vis-à-vis de son client, à qui il sait expliquer les anomalies en les replaçant dans leur contexte. Le supply chain manager a souvent acquis ce sens du service au cours de ses études (ex : école de commerce). L’amour du produit est aussi un trait fort du supply chain manager idéal, qui, en tant qu’ingénieur de formation (double formation commercial-ingénieur), maîtrise les données techniques des produits (objets ou services).

Sa capacité à prendre du recul sur son organisation distingue également le supply chain manager idéal : l’audit interne est essentiel à ses yeux pour garder l’organisation sous contrôle.

Son savoir-être

Ouvert d’esprit, le supply chain manager idéal adore les évènements et les rebondissements, qui lui permettent d’exploiter sa très bonne capacité d’adaptation, son aptitude à basculer d’une situation à l’autre et de faire évoluer rapidement les sujets. Cohérent et adepte du management participatif, il est extrêmement rigoureux dans l’exécution de ses tâches.

Enfin, le supply chain manager idéal dispose d’une compétence ou d’une aptitude rare : il a appris à bien réagir. Face à des situations graves (ex : un accident humain dans un entrepôt logistique), il sait quoi faire et comment le faire : prévenir la famille, déclarer l’accident, répondre aux journalistes, etc.

 

Un mouton à cinq pattes ? Les organismes de formation cultivent la polyvalence des responsables de demain. Et d’ici là, les recruteurs cherchent encore des perles pour occuper la fonction de directeur supply chain. Et la porte est grande ouverte aux femmes !

Sources : Conférence Aslog, SITL, "Quelles Compétences Pour Quel Management?"

A lire également

Logistique, transport, supply chain : la blockchain va changer votre métier !

Le 28/11/2016

La 1ère Conférence Nationale Blockchain et Supply Chain a eu lieu le 23 novembre : point de vue sur la manière dont cette nouvelle technologie va bouleverser en profondeur la performance et les métiers de la logistique, du transport et de la supply chain.

Laurent Vigouroux

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 15/04/2016

Pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning, BSC a interviewé Laurent Vigouroux, consultant indépendant et expert en DDMRP.

Le transport de marchandises « s’uberise », le marché se déstabilise

Le 18/02/2016

Quand le collaboratif devient marchand, c’est l’uberisation. Et cette vague de transformation numérique (BlablaCar, Air B&B, etc.) atteint aussi le secteur du transport de marchandises : comment ? Pourquoi ? Que faire ?