Le GIE Chargeurs Pointe de Bretagne s’agrandit !

Le 07 avril 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Deux ans et demi après son lancement, le GIE Chargeurs Pointe de Bretagne accueille deux nouveaux membres, Tipiak et France Bébé. L’occasion donc de se pencher sur cette collaboration logistique qui monte en puissance…

La logistique des industriels de l’ouest breton … Des difficultés ?

« Quimper-Pouldreuzic, avec un poids lourd, c’est 1h30 aller-retour ». La société Jean Hénaff SA, basée très à l’ouest de la Bretagne, à Pouldreuzic, a vite mesuré les impacts de la LME sur ses coûts logistiques. Hénaff expédie des palettes multi-références dans les réseaux RHD et GMS. Alors quand la Grande Distribution a exigé des livraisons plus fréquentes (jusqu’à 3 fois par semaine par plateforme), Jean-Jacques Hénaff a alerté les industriels locaux sur l’explosion insoutenable des coûts logistiques et la nécessité de mutualiser. Lancée en octobre 2011, cette coopération logistique permet à plusieurs industriels bretons de co-camionner vers une ou plusieurs plateformes GMS : Hénaff, Chancerelle, Altho, Furic, Paulet (Petit Navire), Biscuits Panier (Groupe Poult), Mac Bride, Sill, Cobreco et Loc Maria. Conscient des enjeux, Tipiak Epicerie vient justement de rejoindre le GIE Chargeurs Pointe de Bretagne.

Un GIE… Pourquoi ?

La réponse de Jean-Jacques Hénaff est claire et spontanée : « parce que le GIE appartient seulement aux entreprises qui le composent ! ». Le GIE Chargeurs Pointe de Bretagne est une entité qui permet aux partenaires de parler d’une seule voix à leur client : les industriels constatent « une écoute plus attentive de la part des clients » et remarquent qu’ensemble, ils obtiennent des résultats plus significatifs lors des discussions autour des conditions logistiques. Le GIE facilite aussi les relations avec la Grande Distribution, qui dispose désormais d’un interlocuteur logistique unique pour plusieurs fournisseurs.

Alors… Ca marche ?

Depuis 2 ans et demi, et au prix d’une organisation très fine, les partenaires mutualisent de petits volumes à température ambiante, vers 10 plateformes de 2 enseignes de la Grande Distribution - Carrefour et Auchan. En 2012, 8 600 palettes ont été mutualisées et en 2013, ce sont 21 000 palettes qui ont co-camionné, atteignant un taux de service de 99,5%. Les camions sont mieux chargés, ce qui aide à contenir l’explosion des coûts logistiques. La livraison est regroupée en un seul camion : avant la mise en place de cette coopération logistique, la plateforme d’Auchan Duttenheim réceptionnait 3 camions différents !

Les Chargeurs Pointe de Bretagne… un concurrent des transporteurs ?

« Non, les transporteurs et le GIE ne poursuivent pas le même objectif », explique Jean-Jacques Hénaff. Là où les transporteurs construisent leur plan de transport selon leur barycentre, les industriels excentrés de ces plans de transport cherchent des solutions logistiques pour satisfaire leurs clients. L’organisation d’une mutualisation logistique est spécifique, depuis les flux de ramasse jusqu’à la facturation, mais cela ne doit pas effrayer le transporteur : le GIE ne cherche pas à écraser les prix, mais à obtenir le juste prix. Le transporteur gagne en fiabilité des volumes et peut compter sur l’engagement des partenaires sur la durée. La coopération logistique n’est pérenne que si le système est gagnant-gagnant-gagnant.

Auteur(s)

Elodie LE PROVOST, Bretagne Supply Chain

A lire également

GNV en Bretagne : où en est-on?

Le 21/10/2016

Plusieurs acteurs bretons dont BSC se sont engagés pour favoriser les déploiement du GNV en Bretagne.

Rail-route en Bretagne : ça repart !

Le 16/09/2016

Le groupe Montmur relance le combiné rail route entre Rennes et Lyon avec les Transports Denoual et Rouxel

Une offre feeder plus étoffée au Port de Brest

Le 15/09/2016

Avis aux chargeurs: la ligne "Feeder Irlande côte Ouest du Royaume-Uni" dessert Brest !