Consommation collaborative et automobile

Le 01 avril 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

La consommation collaborative s’immisce dans plusieurs segments de marché. Airbnb, plateforme de location d’appartements entre particuliers propose 600 000 logements dans le monde, accueille en moyenne 150 000 voyageurs par nuit, sans posséder un seul de ces logements. Après 5 ans d’existence, l’enseigne est aujourd’hui par sa valeur plus importante que plusieurs grandes enseignes de l’hôtellerie. Airbnb investit massivement dans son outil numérique et dans la construction d’un modèle basé sur la proposition d'un tiers de confiance capable de sécuriser les loueurs et les locataires dans ce partage.

 

La location de véhicules entre particuliers se développe

La mobilité automobile voit également progresser rapidement ce modèle de location entre particuliers. Le constat est le même : le coût de possession d’une automobile est important et augmente sans arrêt. Par ailleurs, ce véhicule est l’essentiel de son temps au parking et souvent disponible pour d’autres usages. Les plateformes qui émergent mettent en relation des offreurs et des demandeurs mais surtout assument un rôle de tiers de confiance qui sécurise le partage : en facilitant la gestion et la réservation, en sécurisant la transaction financière, en proposant une assurance adaptée, en développant des outils de réputation… En France, les 3 leaders que sont Buzzcar, OuiCar et Drivy proposent à eux trois environ 26 000 véhicules à la location. Le prix pour le locataire est de l’ordre de 30% moins cher que la location chez un loueur.

 

Un modèle alternatif susceptible de diffuser des nouvelles pratiques

L’autopartage entre particuliers propose un modèle de service de mobilité alternatif, intermédiaire entre le modèle traditionnel de possession et le modèle d’autopartage type AutoLib’ où le parc est transféré à un opérateur tiers. Ce modèle est très intensif en capitaux financiers et viable dans les grandes métropoles disposant d’une masse critique suffisante. Dans le modèle entre particuliers, l’opérateur tiers de confiance investit des outils numériques mais le parc reste propriété des ménages devenant loueurs. Ce modèle économique est suffisamment flexible pour croitre progressivement sans imposer de rupture ou le soutien de la collectivité pour assurer une rentabilité. Attaché au parc des ménages, il peut se développer partout y compris dans les territoires les plus isolés et les moins denses. Il prolonge le modèle de possession tout en amenant des revenus complémentaires aux ménages, revenus opportuns dans un contexte de pouvoir d’achat en berne ; un modèle plus à même supporter un coût de possession automobile croissant, d’entretenir correctement son véhicule et de le renouveler. Il permet à d’autres, compte tenu d’une offre large, de choisir de se séparer de leur automobile, ayant accès à ce service partout en France.

 

Nouvelles valeurs, nouveaux acteurs 

De même que l’industrie hôtelière se sent menacée par l’émergence d’Airbnb, les professionnels de l’automobile voient là une source de valeur potentiellement leur échapper. Le rapprochement récent de Buzzcar et d’AutoRéduc pour une offre commerciale commune est une confirmation de ce risque. AutoRéduc est un site d’achat groupé de véhicules neufs permettant aux particuliers d’obtenir des tarifs proches de ceux obtenus par les loueurs. Buzzcar est le leader français de l’autopartage entre particuliers. Aux clients de Buzzcar, AutoRéduc propose d’acheter un véhicule neuf sans droit d’accès. Aux acheteurs d’AutoRéduc, Buzzcar propose un tarif avantageux de location de son véhicule. En cumulant ces services, le particulier accède d’une part à un véhicule neuf à tarif avantageux tout en ayant la possibilité de baisser la charge de cet investissement en louant son véhicule. Avec ce modèle d’usage plus intensif, Buzzcar propose une offre plus attractive car plus jeune, et AutoRéduc accède à une clientèle habituée à Internet et susceptible de renouveler plus souvent son véhicule. Le particulier s’y retrouve avec un coût global de possession plus faible. Dans ce modèle, les réseaux classiques automobiles voient leur marché des véhicules neufs leur échapper au profit d’AutoRéduc et la vente de services liés à l’usage de l’automobile revenir à des nouveaux acteurs comme Buzzcar. Ceux-ci ont néanmoins une position à faire valoir dans cette nouvelle chaine de valeur, par la densité de leur réseau, leur proximité, leur compétence automobile et leur capacité à être tiers de confiance. Multicity, l’offre de service multimodal de Citroën tente cette équation de vente de véhicules cumulée à une offre d’autopartage entre particuliers. 

 

Ces modèles communautaires ont la caractéristique de se développer rapidement sans l’impulsion et le soutien des acteurs faisant autorité, poussés par les utilisateurs eux-mêmes et de ce fait devancent les acteurs traditionnels. Le numérique, y compris celui de l'automobile connecté est clé pour la massification de ces usages. L’autopartage entre particuliers devrait croitre rapidement et diffuser des pratiques nouvelles où on peut utiliser sans posséder avec un usage plus intensif de l’automobile.

A lire également

Véhicules et Mobilités 2017 : vos retours et vos attentes

Le 29/11/2016

Pendant ce dernier trimestre 2016, nous vous avons interrogé sur votre niveau de satisfaction, vos avis et vos attentes pour Véhicules et Mobilités : le site Web, la newsletter, Twitter et autres. Comme promis, voici un retour des résultats de cette enquête et nos axes de développement pour 2017 !

Open source : avenir ou concurrence de l'industrie automobile ?

Le 22/11/2016

Comment l’open source, le partage permettent d’arriver différemment à la construction d’une voiture ? Mais ces véhicules open source sont-ils réservés aux makers ou influencent-ils les pratiques de l'industrie automobile ? Quels sont les impacts des véhicules open source sur la chaîne de valeur, notamment la distribution des véhicules ?

La mobilité parle à la mobilité #RadioMobilité

Le 15/11/2016

Pourquoi la mobilité devient plus qu’une question de transport ou de solution ? Comment les activités peuvent la reconfigurer ? Comment s’approprier une nouvelle culture de la mobilité ?

Voilà 3 questions auquel BMA veut répondre à travers ses expérimentations, un hashtag Twitter #RadioMobilité et un site web boosterdemobiliteactive.com.