Toujours plus de nouveaux concepts autour du burger.

Le 17 mars 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Pourquoi parle-t-on de « folie Burger » ? Peut être à cause des 970 millions d’unités consommées en France en 2013, soit douze fois plus qu’en 2000. La restauration capitalise donc sur cette « burger mania ». Gourmets en 2012, personnalisables cette année…

Des chiffres qui s’envolent

Même si le sandwich jambon-beurre reste numéro 1, le burger est aujourd’hui un concurrent de taille qui n’inquiétait que très peu le leader il y a 10 ans. Selon Gira Conseil, en 2000, il se consommait un burger pour neuf sandwichs. En 2013, un burger pour 2 sandwichs… Les chiffres de NPD-Crest mettent même les 2 produits à égalité indiquant qu'il s'est écoulé, tous circuits confondus, 1 milliard de sandwichs en 2013 en France contre 900 millions de burgers.

En 13 ans le nombre de sandwichs consommés a été multiplié par 3, le nombre de burgers par 12, les Français devenant ainsi les 2èmes plus gros consommateurs.

Le burger investit tous les univers de la restauration, voire tous les moments de consommation ?

Les chiffres précédents confirment que nous sommes bien face à un réel engouement pour le burger, produit aujourd’hui consommé tant en restauration rapide que traditionnelle. Et même chez les étoilés Michelin... En France « 75% des 110 000 restaurants français proposent au moins un burger à leur carte et pour un tiers d’entre eux, le produit est déjà devenu le best-seller de la carte » affirme Bernard Boutboul du cabinet Gira Conseil. Ce sont ainsi 247 millions d’unités vendues en service à table, 47 millions en restauration d’entreprise et 21 millions dans les hôtels.

Alors que le sandwich est plutôt consommé au déjeuner, le burger a quant à lui l’avantage de l’être à différents moments de la journée.  C’est à la fois un produit universel et trans-générationnel qui réunit toutes les cibles de consommateurs : autant d’hommes que de femmes, la génération X comme Y.

De « l’ancêtre » le Big Mac aux nouveaux hamburgers à la Française.

Si le Big Mac a permis d’introduire ce sandwich chaud dans les habitudes de consommation des Français, le hamburger a su s’affranchir de son image de malbouffe originelle. Il est aujourd’hui composé d’ingrédients finement sélectionnés, souvent de produits de région voire de saison, parfois végétarien ou encore biologique.

Ainsi depuis plusieurs années, les concepts de restauration spécialisés dans le burger se sont multipliés : les versions premium avec Blent associé à Yves-Marie Le Bourdonnec ou VF de Pascal Favre d’Anne, Bioburger pour la version 100 % biologique ou Mob pour les burgers végétariens. Sans compter le retour de Burger King il y a quelques mois, l’arrivée prévue de Steak’n Shake, concept de burger premium leader aux Etats-Unis ou le déploiement de l’offre en food trucks

L'originalité 2013-2014 ? Le déploiement de concepts dont le principe est basé sur la personnalisation, telle que mise en avant par Bernard Boutboul à l’occasion du Sandwich & Snack Show : le client choisit ses ingrédients, la taille, le type de pain, voire même la race de la viande.

Big Fernand prône le hamburger à la française

burger 2Lancé dés 2012, Big Fernand propose des burgers élaborés à partir de produits de qualité : les viandes (bœuf, veau, agneau, poulet…) sont hachées sur place quotidiennement, les fromages (Tomme de Savoie, Fourme d’Ambert…) sont au lait cru, les buns sont préparés par un artisan boulanger proche du restaurant.
Outre les burgers à la carte, Big Fernand offre aussi aux clients la possibilité de composer eux-mêmes leur burger à partir des ingrédients de la carte.

BAB : le Bar A Burger

burger3Ouvert en septembre 2013 - Paris 10ème - BAB le Bar A Burger propose huit burgers à la carte, composés chacun d’un pain d’une couleur différente (pain rouge au paprika, pain noir à l’encre de seiche, etc…). Pour l’ensemble des burgers il est possible de choisir entre deux tailles. L’établissement présente également une formule « dégustation » composée de deux minis burgers.

Urbun débarque également sur la planète burger

burger 4Depuis 2009, certains restaurants Planetalis testent une offre de burgers. Fort du succès remporté, Joseph Paris, le fondateur de l’enseigne a décidé de créer un concept dédié, Urbun, qui a été commercialisé sous licence de marque. La première unité a vu le jour à Montpellier en février dernier et devrait être suivie dans l’année de Marseille, Toulon, Paris ainsi que d'unités dans les DOM-TOM.

Le concept repose sur une offre de burgers élaborés avec des produits frais, à la commande et le client se compose lui-même son burger. Il  choisit sa viande (110g hachée minute), un fromage, deux accompagnements, une sauce, et une portion de frites maison. Il  passe lui-même sa commande depuis l’une des tablettes mises à sa disposition sur le comptoir. Enfin il reçoit un bipper afin d’être prévenu lorsque sa commande est prête, soit 1 mn 30 à 6 mn maximum.

Même le Méridien se met au burger

burger 5L’hôtel Le Méridien Etoile a développé une offre baptisée « Art’Burger » pour son Jazz Club. Les burgers sont proposés autour de la thématique de l’art, chaque produit correspondant à un mouvement artistique. Pour chaque recette, le client choisit parmi 2 races de viande différentes - Angus ou Charolais-, ainsi que sa garniture.

 

 

 

Le burger, plat chaud, complet, généreux et adaptable (en termes de budget, de taille, de goût…), a donc le vent en poupe. LeFigaro.fr. a d’ailleurs établi sa liste des meilleurs burgers de Paris, tant le phénomène prend de l’ampleur.

Bernard Boutboul estime cependant qu’il faut être prudent face à cette « burger mania » qui risque de lasser les consommateurs si les acteurs ne se renouvellent pas régulièrement...

A lire également

Crème glacée et diététique ne sont plus antinomiques… La gourmandise sans culpabilité.

Le 27/03/2017

En Europe la décision est prise quant à l'étiquetage nutritionnel mais elle ne fait pas l'unanimité… Chez Halo Top pas de code couleur mais un nombre, occupant une place majeure sur le pack : celui de la valeur énergétique. Pas de complexes pour cette marque de crèmes glacées qui annonce fièrement, en front-pack, le nombre de calories par pot.

Des licornes et des dinosaures pour une offre de légumes funs et ludiques.

Le 27/03/2017

Lidl est en plein développement au Royaume-Uni. Et, pour conquérir une clientèle toujours plus nombreuse, le hard-discounter mise sur les produits frais avec des positionnements originaux. Il s'agit ici de jouer la carte du ludisme pour des gammes de légumes dédiés aux enfants.

Snacking sain : et si la solution passait par des offres personnalisées ?

Le 23/03/2017

Le snacking continue de performer et les préoccupations santé constituent un réel moteur d'innovation sur le segment. Alors que le sujet de la nutrition personnalisée apparait comme une solution prometteuse pour résoudre la difficile équation de la gestion du poids et autres paramètres de santé, l'offre snacking pourrait bien s'en inspirer….