Hausse des tarifs de l'énergie : anticiper pour maîtriser vos coûts !

Le 03 mars 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La consommation d'énergie baisse dans l'entreprise et pourtant la facture énergétique continue d'augmenter. Comment faire pour essayer d'atténuer le poids de cette augmentation ?

Selon l'étude Insee (Focus N°2 de février 2014), la consommation d'énergie brute* dans l'industrie a diminué de 18% suite à une baisse de la production, mais surtout grâce à un effort de réduction de la consommation d'énergie.

Si l'on prend l'exemple du coût de l'électricité, on constate qu'entre 1991 et 2005, le prix moyen de KWh électrique en Europe a peu augmenté, puis de 2005 à 2010 il a connu une hausse moyenne de 3,8% par an. De surcroît, les années passées, il a subi une moins forte augmentation que le coût du gaz e du fioul domestique et il reste l'un des plus faibles en Europe.

Les prix français sont restés remarquablement bas durant les 2 dernières décennies et la suppression des tarifs réglementés qui interviendra le 31/12/2015 va libérer le prix de l'électricité. Cette dérégulation devrait engendrer une hausse de + de 44% du coût de cette énergie dans les 3 années à suivre.

 

 Les entreprises ont déjà anticipé ces hausses en réduisant leurs consommations, mais compte-tenu de ce contexte il reste encore des réflexions à mener pour essayer d'atténuer le poids de cette augmentation.

  • Se préparer à la fin des tarifs réglementés
  • Diagnostiquer son potentiel d'économies
  • Financer ses actions d'amélioration

 

La fin des tarifs réglementés : revisiter ses contrats pour pouvoir les renégocier

Les tarifs jaune et vert* qui concernent actuellement 437000 sites moyens et 41000 grands sites prendront fin le 31 décembre 2015. Les offres marchés vont se préciser et les entreprises doivent déjà avoir une connaissance fine de leur historique de consommation pour anticiper les nouvelles conditions de contractualisation.

A partir de cette date, les entreprises vont pouvoir choisir leur fournisseur, soit en restant avec EDF leur fournisseur historique dans des conditions à renégocier, soit en négociant avec Direct Energie, GDF Suez, Enel, E.ON, Poweo, Enercoop, Vattenfall, etc...

*La puissance installée représente la capacité de production d'électricité d'un équipement. Tarif bleu : P puissance installée inférieure ou égale à 36KVa (Kwh) - tarif jaune 36KVa < ou égal à 250 KVa - tarif vert P supérieure à 250 KVa.

 

Diagnostiquer les potentiels d'économies en 3 catégories :

Les entreprises peuvent réaliser une visite énergie avec leur CCI

Les économies à coût « zéro », un certain nombre d’actions sont engagées sans investissement grâce à la présence d’un référent énergie dans l’entreprise qui va avoir une parfaite connaissance de l’environnement énergétique :
•    Sur la gestion de l’énergie, l’entreprise va identifier les équipements les plus consommateurs d’énergie et penser à les allumer en cascade.
•    Régler les températures de chauffage (19°C dans les bureaux administratifs, 16°C dans les ateliers, 10à 12° C dans les magasins). Séparer les zones chauffées des zones non chauffées. Asservir la ventilation à l’occupation effective des locaux.
•    Vérifier les bonnes conditions du système de climatisation, vérifier également que la température de la salle informatique est celle recommandée par le constructeur.
•    Mettre hors tension les matériels lorsque l’activité est terminée.
•    Air comprimé : Il représente de 10 à 15% de la facture électrique et la vérification de leur fonctionnement permet de faire de réelles économies
•    Froid : la vérification de la fermeture des portes, de l’étanchéité des zones réfrigérées, d’un bon entretien et d’une calorifugation des canalisations de distributions sont à contrôler.
•    Process : asservir le fonctionnement des machines à la présence d’un opérateur, disposer d’interrupteurs de coupure des machines et si possible adapter le process aux heures creuses.
•    Instaurer une dynamique « d’économie d’énergie » dans toute l’entreprise (sensibilisations, formations, groupes de travail…)

Les économies à coût faible :
•    Choisir des équipements «haute performance énergétique»
•    Raisonner en coût global pour tout achat
•    Pratiquer de la maintenance préventive
•    Sur le poste éclairage qui représente de 10à 15% de la facture électrique en industrie et 30% dans le tertiaire. Il faut adapter le niveau d’éclairement des zones de travail aux besoins de l’activité. Privilégier l’éclairage ponctuel à l’éclairage, élaborer un programme de nettoyage de l’éclairage. Penser à la programmation horaire, aux détecteurs de présence et à une gestion en fonction de l’éclairage naturel.


Les économies à investissement :
•    Isoler les bâtiments et délimiter les zones à chauffer, cloisonner les zones avec des portes souples. Installer du double vitrage.
•    Investir dans un système de pilotage des équipements
•    Investir dans une démarche de management de l’énergie

 

Financer ses actions d’amélioration :

Les entreprises peuvent accéder aux dispositifs suivants :
•    Certificats d’économies d’énergie C2E  (confère notre article précédent sur les C2E)
•    Le prêt BPI France
Le PEE s’adresse aux micro-entreprises, TPE et PME, en affaire personnelle ou constituées sous forme de société, créées depuis plus de 3 ans et financièrement saines. Elles doivent engager un programme d’investissement dans le but d'améliorer leur efficacité énergétique.
•    L’appel à projets de l’Ademe « Maîtrise de la demande en électricité dans l’industrie » (cahier des charges en pièce jointe).
•    L’Ademe dans le cadre du Pacte électrique breton invite les entreprises à présenter les projets qu’elles déploient pour réduire leurs consommations électriques ou abaisser leur besoin de puissance.
•    Les possibilités d’effacement rémunéré :
A la demande de RTE, les grandes entreprises énergivores peuvent accepter d’effacer leur consommation d’électricité sur certains sites. Ces sites seront rémunérés.  Cette compensation est versée annuellement par RTE et jusqu’à présent chaque site peut être mis à contribution au maximum 10 fois par an. D'autres solutions sont à l'étude.

*(soit l’ensemble des consommations en combustibles et en électricité, ainsi que les achats de vapeur)

Crédits

© creative soul - Fotolia.com

A lire également

Retrouvez l'atelier "Le territoire, levier de la transition écologique et énergétique

Le 10/09/2015

Le troisième atelier "transition énergétique" de l'année 2015 a eu lieu le 10 septembre 2015 à la CCI Rennes de 8H30 à 12H00.
regardez en différé la vidéo et retrouvez les présentations.

Territoires, facilitateurs de la transition écologique et énergétique des entreprises

Le 01/09/2015

Pour faire face au enjeux de la transition énergétique, chaque entreprise peut mettre en oeuvre des actions individuelles d'adaptation. S'intégrer dans une dynamique collective lui permet d'aller plus vite et plus loin. C'est l'objectif des collectivités qui développent des démarches territoriales.

Retrouvez les présentations de l'atelier " Autoconsommation/autoproduction" du 9 juillet 2015

Le 09/07/2015

L'atelier du 9 juillet 2015 a été l'occasion de présenter la question de l'autoconsommation et de l'autoproduction pour les entreprises.
Pourquoi est-il pertinent de s'intéresser à une démarche d'autoconsommation dans le cadre d'une démarche de performance énergétique globale ?