L'ensemble des viandes françaises, plats préparés y compris, ont désormais leur logo.

Le 03 mars 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Nombre de personnalités du monde politique et des médias étaient présentes à la Grande Tablée organisée par le ministère de l'Agriculture au Salon de l'Agriculture de Paris, le 27 février 2014. L’occasion était parfaite pour présenter le nouveau label « Viandes de France », adopté depuis le 11 février.

 

 

Un an après le scandale de la viande de cheval frauduleuse, le Parlement européen a voté une résolution invitant la Commission à revoir ses règles d’étiquetage de l’origine des viandes. La signature « Viandes de France » a été adoptée le 11 février. Tous les produits pourront désormais bénéficier du logo dés lors qu’ils sont 100 % français.

 

 

 

Etiquetage de l’origine : le SNIV-SNCP a eu gain de cause

La Commission européenne a adopté en décembre 2013 un règlement sur l’étiquetage de l’origine des viandes fraîches porcines, ovines, caprines et volailles, nettement en dessous des attentes exprimées par les consommateurs. En effet, ce texte ne prévoyait d’étiqueter que les pays d’élevage et d’abattage. L’omission du pays de naissance étant potentiellement trompeuse car, dans la filière porcine notamment, de nombreux animaux naissent dans un pays mais sont ensuite exportés pour être engraissés ailleurs.

Suite à la publication de ce règlement, le Parlement européen a ouvert une procédure d’objection contre la Commission, adoptée en session plénière le 6 février dernier à une très large majorité.

Une nouvelle donne qui permet d’étendre à l’ensemble des viandes les dispositions déjà en vigueur pour le bœuf...

« Viandes de France » : une démarche transversale annoncée le 11 février dernier par les interprofessions et les trois ministres concernés.

Le projet, nommé « Viandes de France », est destiné à rassurer le consommateur sur l’origine des animaux nés, élevés, abattus, découpés, transformés sur le territoire français. Et cela pour l’ensemble des produits carnés, jusqu’aux plats préparés et aux produits de charcuterie.

L’identification visuelle est simple et commune à toutes les espèces (porc, bœuf, veau, agneau, cheval et volaille). Les logos seront en magasin à compter de fin février et seront soutenus par une information sur le lieu de vente.

logos viandes

 

L’ensemble des éléments (logos, cahiers des charges et règlements d’usage, charte graphique, dossier de presse et éléments de PLV) sont disponibles auprès du SNIV-SNCP.

LOGO VIANDE 2A noter que ce même mois, commence également une campagne pour la promotion de la volaille, avec le même objectif : « La volaille française, ça se défend ! », « Non aux volailles sans papiers ! », « Oui aux poulets bien élevés ! ».

 

Une requête légitime qui se positionne en réponse à une demande claire des consommateurs.

Selon une étude(*) menée par Ipsos en 2013, 70 % des consommateurs sondés se disent inquiets de ne pas réussir à se procurer une alimentation saine pour leur santé. Ils estiment à 62 % manquer d'informations sur les produits alimentaires qu'ils consomment. Les crises alimentaires successives n’ont fait que nourrir davantage cette anxiété. Pour se rassurer, les consommateurs accordent une grande importance à l'origine (46 %) et à la composition des produits (41 %).

Autant d’éléments qui rendent légitime cette nouvelle signature, destinée à répondre aux attentes de transparence des consommateurs en matière de traçabilité.

 (*) étude menée par Ipsos du 30 septembre au 7 octobre 2013 auprès d’un échantillon de 1005 personnes représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.

Charal et Intermarché ouvrent la voie.

Après Charal le 10 février, c’est au tour d’Intermarché d’adopter ces nouveaux logos.

Le groupe des Mousquetaires appuie cette décision par un dispositif de communication en points de vente dès le 22 février. Les 1 500 boucheries d'Intermarché disposent d'affiches pour valoriser l'origine française des produits disponibles dans les rayons. Des stickers sont également à la disposition des magasins pour étiqueter les viandes emballées en magasin et proposées en libre service.

La démarche est également appliquée en amont puisque le logo sera prochainement visible sur les steaks hachés Jean Rozé et sur les produits transformés et élaborés issus de leurs filières…

A lire également

RE-BELLES, RE-GRAINED… : les produits "100% récup" ont vraiment leur mot à dire…

Le 10/01/2018

S’intéresser à l'anti-gaspi, c’est s’intéresser à chaque maillon de la chaîne de valeur : sélection de la matière première et des emballages, gestion et traitement des déchets... L’audace et l’inventivité sont nécessaires dans un contexte devenu favorable où le consommateur est demandeur et l’impact "image" si puissant… !



Tremplin, un jus issu de pommes dont les vergers sont en conversion vers le bio.

Le 08/01/2018

Avec plus de 7 milliards d'euros de chiffre d'affaire en 2016 et des ventes en croissance de 20% le marché du bio performe et n'arrive pas toujours à répondre à la demande. L’accompagnement de la conversion reste une priorité pour certains distributeurs comme Biocoop, afin de développer l’agriculture biologique en France. Exemple du jus Tremplin…

Le "gender marketing" en alimentaire ne mise pas que sur la taille de la portion.

Le 19/12/2017

A l'heure où le "gender marketing" bat son plein dans les rayons jouets, certaines initiatives se démarquent en alimentaire. Non sans rappeler Charal et sa gamme "petit Appétit", les burgers genrés de Spar en Autriche misent sur le format pour créer des besoins différenciés entre hommes et femmes et donc multiplier les intentions d’achat.