L’étude Nutrinet-Santé 2013 dresse le profil des consommateurs d’aliments Bio en France

Le 24 février 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Selon l'étude Nutrinet-Santé, les consommateurs réguliers de produits Bio ont des profils socio-demographiques particuliers : ils possèdent un niveau d’éducation plus élevé et sont plus en accord avec le concept d’alimentation durable et bénéfique pour la santé. Plus surprenant, ils disposent de revenus comparables aux non-consommateurs de bio. [...]

 

Objectif de l’étude : profiler et mieux comprendre les consommateurs de produits Bio

 

L’intérêt et le nombre de consommateurs Bio est croissant : d’après la 10ème édition du Baromètre Agence BIO/CSA, 64% des Français ont consommé bio en 2012 et la part des consommateurs réguliers s’élève désormais à 51%, alors qu’elle atteignait 37% en 2003 et 40% en 2011.


Parmi les consommateurs de produits Bios, 7% sont des consommateurs assidus «Bio-quotidiens», 15% sont des «Bio-hebdos»,  20% sont des «Bio-mensuels» (au moins une fois par mois) et 21% sont des consommateurs «Bio-occasionnels».


Le style de vie, les usages et attitudes, les profils nutritionnels et l’état de santé des consommateurs de produits de l’agriculture biologique n’ont jusqu’ici pas fait l’objet de beaucoup d’études. L’étude NutriNet-Santé, pilotée par Denis Lairon, directeur de recherche à l'Inserm, a porté sur un échantillon de 54 311 nutrinautes français volontaires de près de 44 ans d'âge moyen (dont 77% de femmes), non consommateurs, consommateurs occasionnels ou consommateurs réguliers de produits Bios, interrogés durant 30 mois sur leurs fréquences de consommation alimentaires.


5 profils comportementaux distincts vis-à-vis de la consommation Bio

 

Une analyse statistique a permis d’identifier 5 groupes comportementaux :

 

profils 

Parmi les non-consommateurs de bio, seul le groupe soulevant des motifs economiques se distingue des consommateurs de bio par des revenus inférieurs. En effet, les consommateurs de bio ne sont pas particulièrement fortunés. Contrairement à une idée assez répandue, ils ne disposent pas de revenus supérieurs aux non-consommateurs de produits bio. La moitié d'entre-eux considèrent d'ailleurs que ces produits sont trop chers.
 

Habitudes de consommation des consommateurs réguliers de produits bios

 

Les consommateurs réguliers de produits Bios présentent des caractéristiques de consommation  et des choix alimentaires différents des non consommateurs :

  • Ils mangent plus  de produits d'origine végétale et peu raffinés que les non-consommateurs : fruits (Hommes +20 % et Femmes +31 %), légumes (HF +27%), légumes secs (H +49 % et F +85 %), fruits à coque (noix, amandes, noisettes : H +239 % et F +381 %), d’huiles végétales (HF +37 %) et de céréales complètes (H +247 % et F +153 %)

 

  • Ils mangent moins de charcuterie (HF - 31%) et moins de lait (HF -43%),

 

  • Ils se rendent moins souvent au "fast-food" (H -22% et F-25%)
  •  

 

  •  Ils boivent également moins de boissons sucrées (H -34% et F -46%) ou alcoolisées (H -18% et F -8%).

Le consommateur Bio régulier présente un profil alimentaire proche des recommandations du Programme national nutrition santé (PNNS)

 

PNNSLes premières raisons invoquées en faveur de la consommation de produits bios sont les bénéfices attendus pour la santé (69,9%) puis les bénéfices pour l’environnement (83,7%).

Les résultats confirment ainsi un comportement globalement meilleur, en terme d’hygiène de vie, des consommateurs réguliers de produits bios . Ces consommateurs sont plus sensibles que les autres aux messages de santé publique, pratiquent davantage d’activités physiques, suivent moins de régimes hypocaloriques et consacrent un budget plus élevé à leur alimentation.

Leurs apports caloriques journaliers sont comparables à ceux des autres participants, mais ils ont des apports supérieurs en :

- Vitamines et minéraux (+10 à 20 %)

- Acides gras oméga 3 (+20 %)

- Fibres (+27 %)

Ainsi, leur alimentation globale respecte mieux les recommandations du PNNS.  Ils sont également moins souvent en surpoids (H -36% et F -42%) ou obèses (H -62% et F -48%). Ce résultat soulève l'hypothèse d'une influence des pesticides sur le développement de l'obésité.


Les consommateurs occasionnels obtiennent quant à eux des données intermédiaires à celles obtenues pour des consommateurs réguliers et des non-consommateurs.

 

L’étude Nutrinet-Santé ouvre la voie à un programme spécifique BioNutriNet

 

BIONUTRINETCette première photo instantanée des mangeurs de bio va être affinée grâce au lancement le 11 février dernier d‘un nouveau protocole BioNutriNet, pour une durée de 5 ans. Il sagit du plus grand programme de recherche jamais effectué en la matière, permettant de préciser les déterminants socio-démographiques, psychologiques, environnementaux et économiques d'une consommation régulière, occasionnelle ou inexistante de produits bio sur le long terme et ainsi mesurer leurs effets sur l’état nutritionnel et toxicologique. Ce sont pas moins de 50 000 consommateurs de produits bio qui seront concernés, sur quelques 100 000 internautes pour une comparaison optimale.

 

 

A lire également

Peligourmet, le nouveau BlaBlaCar de la distribution alimentaire

Le 13/02/2018

A l’heure où la distribution alimentaire cherche son nouveau visage, Peligourmet mise sur une dimension communautaire et collaborative à travers une plateforme de "co-voiturage alimentaire". Une sorte de "BlaBlaCar" de la distribution alimentaire… !

Face à l'urgence environnementale les packagings alimentaires ont leur carte à jouer.

Le 23/01/2018

Les tendances de consommation évoluent et la façon de concevoir les emballages s'en voit naturellement impactée. Dans son étude Global Packaging Trends 2018, Mintel a identifié cinq points qui devraient avoir une incidence quant à la réflexion portée sur les emballages de demain… Quid du rôle des packagings dans la préservation de l'environnement ?

RE-BELLES, RE-GRAINED… : les produits "100% récup" ont vraiment leur mot à dire…

Le 10/01/2018

S’intéresser à l'anti-gaspi, c’est s’intéresser à chaque maillon de la chaîne de valeur : sélection de la matière première et des emballages, gestion et traitement des déchets... L’audace et l’inventivité sont nécessaires dans un contexte devenu favorable où le consommateur est demandeur et l’impact "image" si puissant… !