Les conditions de réussite de la veille : questions à Jérôme Bondu

Le 03 février 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Créateur et dirigeant de la société Inter-Ligere.fr, spécialisée en veille, intelligence économique & réputation numérique, Jérôme Bondu est intervenu à la CCI Rennes le 28 janvier 2014 pour animer un atelier sur la veille concurrentielle. Il répond aux questions de Themavision sur les facteurs de réussite pour la mise en place d'une veille.

Quel est l’intérêt de la veille concurrentielle pour les entreprises dans un contexte de rupture ?

La veille concurrentielle, comme son nom l’indique, est une activité qui vise à surveiller au mieux l’activité de ses concurrents. C’est l’un des axes de surveillance de ce que l’on appelle l’intelligence économique. Les autres axes étant la veille commerciale (suivi des clients et prospects), veille marketing, la veille e-reputation, technologique, juridique…

Dans le contexte actuel marqué par la rapidité des innovations, la mondialisation de la concurrence, la volatilité des comportements des clients (surtout en BtoC), faire de la veille concurrentielle est un « passage obligé ».

Quelles sont vos recommandations pour mettre en place une veille ?

Chaque fois que je rencontre une entreprise qui veut mettre en place une dynamique de veille je rappelle qu’il n’y a pas de système idéal. Il y a autant de systèmes de veille qu’il y a d’entreprises. L’important est que le système corresponde aux objectifs de la direction générale, à la structure de l’entreprise, à la culture de l’entreprise et à son actualité. Ce sont ces quatre points qui vont définir l’organisation globale.

En outre, pour mettre en place une dynamique optimale, il faut tenir compte de trois éléments : les outils, qu’ils soient gratuits ou payants ; d’une répartition des rôles (l’organisation) ; et enfin du facteur humain. Ce dernier point est souvent délaissé car plus difficile à maîtriser. Pourtant c’est le plus important.

La mise en place d’une dynamique de veille passe par une analyse des besoins. Puis la rédaction d’un schéma directeur. L’implémentation dans un service ou un département. Et enfin le déploiement dans toute l’organisation.

Comment exploiter les résultats de la veille ?

Un bon système de veille doit normalement contribuer à augmenter l’intelligence individuelle et collective d’une organisation. Le système doit permettre d’alimenter en informations utiles les personnes en position de décision. Une des critiques classiques consiste à dire que les informations sont « partout présentes » et que l’on n’a pas besoin de mettre en place une veille qui va encore plus surcharger les collaborateurs. Cette pathologie que l’on a baptisée « infobésité » est justement maîtrisée par la mise en place de la veille. La veille n’augmente pas le nombre d’informations envoyées aux collaborateurs. Elle réduit la quantité et en augmente la qualité. A ce titre la veille peut être assimilée à un système de filtrage des informations.

Quels points de vigilance souhaitez-vous souligner sur les aspects humains ?

Il existe différents  freins.

Le premier est « l’ignorance » des collaborateurs du monde de l’information. Mes mots sont durs mais la réalité l’est encore plus : très peu de personnes savent réellement bien utiliser Internet et rechercher des informations avec efficacité. Il faut donc faire comprendre aux collaborateurs qu’ils ont beaucoup à apprendre. Mais comme par définition « on ignore ce que l’on ignore » il faut d’abord les convaincre de se mettre en position d’apprentissage.

Le second frein est la rétention d’information. Dans les situations de crise les collaborateurs ont tendance à entrer dans un mode de rivalité. Les informations circulent moins, et chacun essaye de se promouvoir. Le rôle de l’animateur de la veille sera donc de montrer qu’un système basé sur le partage d’informations bénéficie de manière plus efficace à tous, et permet de rentrer dans une spirale vertueuse de conquête.

Les derniers entretiens

Construire une stratégie d'influence : entretien avec Johann Fourmond

Le 27 avril 2015

Johann Fourmond, fondateur et dirigeant du cabinet Influence & Vous, est intervenu à la CCI Rennes le 5 février 2015 sur le thème de l'influence. Johann Fourmond répond aux questions de Themavision sur l'élaboration d'une stratégie d'influence, les règles à prendre en compte et les retombées qu'une entreprise peut en attendre.

La sécurité économique des entreprises : entretien avec Jérôme Lainé

Le 19 novembre 2014

Chargé de mission régional à l'intelligence économique à la DIRECCTE Bretagne, Jérôme Lainé est intervenu à la CCI Rennes le 23 octobre 2014 à l'occasion d'un atelier sur la sécurité économique de l'entreprise. Jérôme Lainé répond aux questions de Themavision sur les risques qui pèsent sur les entreprises et les outils pour y faire face.

La veille sur les réseaux sociaux : entretien avec Marie Armand

Le 06 juin 2014

Consultante et dirigeante de l'Œil au Carré, agence de communication sur les médias sociaux, Marie Armand répond aux questions de Themavision sur l'usage des réseaux sociaux dans une démarche de veille, thème d'un atelier organisé à la CCI Rennes en mai 2014.

A lire également

Enquête 2015 sur les pratiques de veille et intelligence économique des entreprises bretonnes

Le 29/04/2015

Portée par CCI Innovation Bretagne et réalisée par l'ARIST Bretagne, en partenariat avec les CCI bretonnes, la Région Bretagne, BDI et la Direccte, cette enquête permet de recueillir et analyser les pratiques de veille et IE des entreprises de la région, de mesurer leurs réussites et difficultés, enfin d'enregistrer les principales évolutions.

Enquête 2013 sur les pratiques de veille et intelligence économique des entreprises bretonnes

Le 10/12/2013

Réalisée par l’ARIST Bretagne en partenariat avec les CCI bretonnes, Bretagne Développement Innovation, la Direccte et le Conseil régional de Bretagne, cette enquête permet de recueillir et analyser les pratiques de veille et IE des entreprises de la région, de mesurer leurs difficultés et d'enregistrer les évolutions sur une douzaine d'années. [...]

IECourtage : lancement du premier service de courtage en intelligence économique

Le 05/09/2013

Créateur du concept de courtage en intelligence économique et dirigeant de IECourtage, Patrick Grosse présente son métier puis expose sa vision des besoins des entreprises et de l'offre de conseil en IE.