Les alternatives végétales se multiplient. Dernier en date, le fromage à tartiner.

Le 28 janvier 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
L’univers laitier a vu, depuis une vingtaine d’année, éclore des substituts, dont bon nombre sont élaborés à base de soja. Le lait, la crème, les yaourts… Seul le fromage ne semblait pas avoir de véritables gammes en alternative végétale. C’est chose faite chez Sojami avec les fromages à tartiner Sojabio.

 

 

Intolérants au lactose et allergiques aux protéines de lait de vache se voient aujourd’hui proposer tous les produits laitiers en version végétale. Dernier né ? Le fromage à tartiner.

 

 

 

Sojabio lance un fromage végétal : le début d’une série ?

La marque Sojabio vient de lancer des fromages à tartiner au soja, qu’elle fabrique grâce à un procédé de lacto-fermentation du jus de soja. Plusieurs références de fromages végétaux sont disponibles : ail & fines herbes, basilic, olives, poivre 5 baies et curcuma. Le « lait » de soja utilisé est issu de l’agriculture biologique et est fourni par la société Nutrition et Nature.

sojabio3sojabio2sojabio1

A ce jour, les produits sont référencés dans des enseignes spécialisées en produits biologiques, dans plus de 80 magasins Système U et doit également intégrer Auchan, dans les régions du Sud-Ouest.

sojabio4A noter que Monoprix, dans le cadre du développement de sa gamme de spécialités végétales, propose également un fromage végétal à tartiner, aromatisé à l’ail et aux fines herbes. Le produit est vendu au rayon traiteur et non au rayon fromage.

Le soja a le vent en poupe.

sojabio5A l’origine de la « success story » du soja, Sojasun, qui a su créer un nouveau marché en détectant une tendance de fond. La marque du groupe Triballat, visionnaire à l’époque, a alors eu l’idée de démocratiser en France la consommation de soja. Devenue depuis incontournable sur ce marché qu’elle a «inventé», la marque Sojasun voit la concurrence se densifier, avec des gammes de produits très diversifiés et toujours plus gourmands. Les raisons ? Un engouement accru de la part de consommateurs désireux de végétaliser leur alimentation, pour des raisons éthiques ou de santé.

Les sources de protéines végétales (soja, avoine, riz…) pourraient bien voir leur notoriété s’accroitre davantage.

Les chiffres de la consommation responsable démontrent que les produits végétariens sont de plus en plus plébiscités. Par exemple, les ventes de boissons au soja et laits végétaux, en progression constante depuis 2008, ont gagné 6 points en 2012.
En parallèle, le marché des produits pour les personnes souffrant d'allergies ou d'intolérances alimentaires se développe rapidement : + 30 % entre 2009 et 2012.

Le marché existe donc et semble voué à un bel avenir.

Que les motivations soient écologiques ou de santé, il semble que le consommateur recherche non pas quelque chose de nouveau, mais un substitut mimant parfaitement l’aspect, la texture et même le goût du produit d’origine. Du côté des viandes et des charcuteries, le challenge semble relevé au travers de steaks, saucissons, jambons végétaux… De même pour les desserts lactés.

Les fromages au lait végétal apporteront-ils la même satisfaction organoleptique ? Les versions « pâte molle » ou « pâte pressée » auront-elles également leur version végétale ?

Innovations à suivre…

A lire également

Free-from : ces marques alimentaires qui prônent le "non".

Le 21/02/2017

Portés par les attentes de santé et de naturalité, les produits "sans" continuent de remporter les faveurs des consommateurs. Et les marques se positionnent de manière de plus en plus affirmée sur le segment, revendiquant un "Non" assumé. Illustration par deux exemples : les biscuits apéritifs "Say Yes to No" et les eaux aromatisées "No&More".

Facilité de préparation : pizza, croque-monsieur et sandwichs au grille-pain.

Le 13/02/2017

Praticité, simplicité, gain de temps, les consommateurs sont à la recherche de solutions pour optimiser la préparation des repas. Après le développement d’emballages permettant une cuisson directe au micro-onde puis la vague des produits à poêler, serait-ce au tour du grille-pain d’évincer nos batteries de cuisine ?

Food Hacking : finie la néophobie alimentaire, vive les expérimentateurs

Le 08/02/2017

Nouvelle manière d’envisager notre alimentation, à la croisée des expérimentations scientifiques et des nouvelles technologies, au service de nouvelles saveurs ou d’avantages nutritionnels, le food hacking bouscule nos usages et nous propose un avenir alimentaire riche d’expériences gustatives innovantes.