Living Food et 1ère fraîcheur nouvelle génération : vers une intégration verticale de la production

Le 27 janvier 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Contrôler sa nourriture et ses dépenses en maîtrisant sa production. Ces arguments séduisent de plus en plus de consommateurs qui cultivent des végétaux sur les toits ou devant leurs fenêtres. Ces nouvelles attentes et pratiques bousculent l’offre produit et les organisations pour redonner du sens à toute la chaîne de valeur.

 

Focus sur l'émergence et la multiplication d'initiatives convergentes en faveur de la production d'aliments "plus frais que frais" et encore vivants ! 

 

Agri-cube abrite un potager citadin

agri-cubeAgri-Cube est un potager citadin d’un tout nouveau genre. Imaginé par la société japonaise Daiwa House industry, il s’agit d’une unité hydroponique totalement autonome au look futuriste. Doté de technologies uniques, les fruits et légumes n'y poussent pas à l'air libre mais sous éclairage fluorescent, avec un système de drainage et de circulation des engrais. Le caisson, de la taille d’une grande voiture, est à installer où l'on veut. Son utilisation nécessite 3550€ pour un rendement de 10.000 légumes par an. Prioritairement développé pour les restaurateurs et les entreprises, une version plus petite et économique est en projet pour les particuliers.

 

Le supermarché Lotte Mart de Séoul fait pousser ses salades hors sol en magasin

 

salades lotte MartUn supermarché discounter Lotte Mart à Séoul produit une partie de ses légumes dans une ferme verticale. Les clients assistent donc à la culture, la récolte via des parois en verre. L’enseigne se construit une image responsable et garantie des prix bas constants en réduisant les coûts (intermédiaires, transport). Son indépendance météorologique lui permet d’éviter la flambée des prix de certains légumes devenus trop rares du fait des intempéries. La politique de prix low cost de Lotte Mart démontre avec puissance qu’un comportement vertueux a des conséquences économiques directes et représente un double bénéfice pour le consommateur.

 

Ouverture du premier magasin Whole Foods Market avec des serres sur le toit 

 

serres whole foodLe magasin de la chaîne Whole Foods Market localisé à Brooklyn initie un concept-store unique prenant en considération les problématiques de développement durable. La grande nouveauté de ce type de magasin esprit « locavore » est la présence d’une ferme hydroponique de 1900m2 sur son toit. Elle alimente en circuit court les magasins Whole Food Market de New York : les légumes verts à feuille, herbes et tomates sont cultivés sans pesticides, avec un système d’irrigation avancé qui utilise jusqu’à 20 fois moins d’eau que l’agriculture conventionnelle.

 

 

Ces initiatives ne sont pas sans rappeler l’initiative de Monoprix, ayant implanté pendant 3 années consécutives des ruches sur les toits de 2 de ses magasins parisiens (avenue des Ternes et Porte de Chatillon). En partenariat avec l'artisan apiculteur, Rémy Vanbremeersch, le distributeur avait notamment produit 520 kilos de miel en 2012, soit plus de 2000 pots de 250g commercialisés sous la marque MONOPRIX GOURMET. 

 

Le Kit Prêt à pousser, produit de grande consommation témoin du courant « Living-Food »

 

prêt à pousserL’entreprise Prêt à pousser, petite start-up, met en vente son « kit à champignons ». Ce produit propose de faire pousser des pleurotes à domicile à partir d’un pré-kit contenant tous les ingrédients de base nécessaires. Il utilise notamment un substrat non valorisé, le marc de café, pour créer de la valeur.

Que contient le kit ? un sac de marc de café recyclé et préparé pour faire pousser les champignons, un spray pour l’arrosage et un sac pour conserver les pleurotes après la cueillette.

 

 

Ces premiers signes du « made in chez nous » donnent une place de choix à la réassurance consommateur  qui a besoin de comprendre ce qu’il mange, de contrôler les ingrédients, le process de fabrication et le prix de ce qu’il consomme.

 

 

Ces initiatives convergentes permettent également d’appréhender la mutation des organisations : distribution, restauration, commerce et circuits courts… De premières et importantes transformations s’opèrent via l’absence de transport et de stockage, mais le process va-t-il jusqu’au bout d’un geste éco-citoyen ?

Pour garantir le succès des produits du futur, il est essentiel de comprendre les prochaines attentes consommateurs, de percevoir les grandes évolutions  sociétales avec une paire de jumelles… Demain, les consommateurs réclameront-ils des bacs potagers à la place des bacs à légumes ? L’usine du futur sera-t-elle naturellement conçue avec un toit jardin ?

 

A lire également

L'identité bretonne : entre le bio, le mélange des genres, le fun et décalé…

Le 06/12/2016

La Bretagne est particulièrement dynamique en matière d'innovation agroalimentaire et demeure une véritable vitrine internationale. En misant sur la naturalité, le terroir, les entreprises "made in Bretagne" répondent aux attentes évolutives et montrent le dynamisme du secteur en matière d’innovation et d’adaptation.

Tendances alimentaires émergentes à l’horizon 2030

Le 30/11/2016

Publiée par AlimAvenir avec Futuribles, l’étude Vigie Alimentation 2016-2017 vient de paraître. Elle analyse 10 principales tendances alimentaires et les projette à horizon 2030. Auront-elles modifié la chaîne alimentaire ? Cette étude est le fruit d’un croisement de données et de visions d’experts. Retour sur ces dernières…

Waitrose packaging en déchets alimentaires

Des déchets alimentaires pour faire des packagings alimentaires : la boucle est bouclée !

Le 10/10/2016

En Grande Bretagne, l’enseigne de distribution Waitrose vient de lancer deux références de pâtes alimentaires dans des packagings réalisés à partir de déchets de production de ces mêmes pâtes.