Après le son d'avoine, le konjac joue la carte de la minceur sans privation.

Le 28 janvier 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Tubercule venu d'Asie, le konjac fait partie, depuis près de 2000 ans, de l'alimentation traditionnelle des Japonais. Encore peu connu en Europe, l’autorisation d’allégation dont il bénéficie pourrait bien en faire un ingrédient star et insuffler un vent de santé dans certaines catégories de produits…

 

 

 

Dans le cadre du règlement 1924/2006, de très nombreuses demandes ont été formulées auprès des autorités européennes pour alléguer sur la « perte de poids ». Seul le konjac (Amorphophallus konjac), d’où est extrait le glucomannan, a été reconnu comme présentant suffisamment de garanties et de preuves d’efficacité coupe-faim. Ainsi, en dehors du régime hypocalorique et des substituts de repas, le konjac est donc la seule substance à avoir été reconnue par les experts de l’EFSA : « le glucomannane consommé dans le cadre d'un régime hypocalorique contribue à la perte de poids. »

 

 

 

Les glucomannanes bénéficient d’un double effet minceur : satiétogènes et pièges à calories.

Fibres très absorbantes, elles peuvent retenir jusqu’à 100 fois leur poids en eau. En gonflant dans l’estomac, elles ont une action coupe-faim, sans avoir elles-mêmes de valeur énergétique. De plus, elles piègent les graisses et les sucres ingérés lors du repas.

Traditionnellement utilisé en Asie sous forme de vermicelle, en gelée ou cuisiné comme un légume, le konjac n’avait guère franchi les frontières des compléments alimentaires en Europe (en général vendu sous forme de poudre de racines, généralement en gélules). Depuis quelques mois, l’ingrédient se dissémine pour gagner de nouveaux univers.

La minceur sans privation : le konjac donne une image santé à des aliments parfois diabolisés, souvent écartés des régimes minceur 

Alors que le régime Dukan avait fait du son d’avoine la star des régimes entre 2010 et 2012, le konjac serait-il en passe de prendre le relai ? Cela pourrait bien être le cas, à s’en référer aux statistiques de lancement de la base de données Mintel :

KONJAC2

Même si les innovations en Europe sont encore timides, certaines marques diététiques - Régime Dukan, Léa ligne, Karéléa, Gerlinéa…- ont adopté l’ingrédient pour développer des substituts de féculents au konjac (shirataki ou noodles), des plats cuisinés ou des soupes.

KONJAC1

Qu’en sera-t-il des marques n’officiant pas dans les linéaires de la diététique mais souhaitant développer des versions minceur de leurs gammes ? L’incorporation de konjac (et non la substitution totale) est elle envisageable sur des produits appartenant à d’autres univers que celui de la diététique pure ?

A lire également

L'identité bretonne : entre le bio, le mélange des genres, le fun et décalé…

Le 06/12/2016

La Bretagne est particulièrement dynamique en matière d'innovation agroalimentaire et demeure une véritable vitrine internationale. En misant sur la naturalité, le terroir, les entreprises "made in Bretagne" répondent aux attentes évolutives et montrent le dynamisme du secteur en matière d’innovation et d’adaptation.

Tendances alimentaires émergentes à l’horizon 2030

Le 30/11/2016

Publiée par AlimAvenir avec Futuribles, l’étude Vigie Alimentation 2016-2017 vient de paraître. Elle analyse 10 principales tendances alimentaires et les projette à horizon 2030. Auront-elles modifié la chaîne alimentaire ? Cette étude est le fruit d’un croisement de données et de visions d’experts. Retour sur ces dernières…

Les tendances Food & Drink 2017 selon la société d'études de marché Mintel.

Le 29/11/2016

Mintel, société d'études de marché et gestionnaire de GNPD, base de données mondiale de l'innovation, dévoile ses prédictions pour 2017 en matière de tendances alimentaires. Jenny Zegler, Global Food & Drink Analyst, propose une vision à l'échelle mondiale qui repose sur des attentes fortes en matière de santé, de praticité et de confiance.