Une balance commerciale négative pour le e-commerce français.

Le 22 janvier 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le commerce en ligne français ne vend pas assez à l’extérieur de notre hexagone alors que le consommateur français n’hésite pas à acheter sur des sites internet étrangers. De ce fait la balance commerciale française du e-commerce accuse un déficit de 950 millions de dollars.

Les britanniques sont les gros gagnants dans ce jeu économique. Avec une balance positive de 1,19 milliards de dollars américains ils devanceraient les Etats Unis (180 millions de dollars) selon une étude de OC§C et Google.

 
Cela est-il dû à une offre internet agressive des enseignes anglo-saxonnes ? L’anglais est la langue la plus usitée à l’international. Les entreprises françaises pécheraient-elles par une absence de transcription en anglais de leurs sites internet ?


Le marché du e-commerce transnational serait estimé à 6.5 milliards de dollars.

 

Les achats faits dans un pays à partir d'une offre internet située dans un autre pays sont estimés à 6.5 milliards de dollars sur une pesée totale du commerce en ligne évaluée à 25 milliards de dollars en 2013. Le Chiffre d’affaires total du commerce en ligne devrait être porté à 130 milliards de dollars en 2020.


A la lecture des requêtes émises sur Google, l’enquête fait ressortir un classement quantitatif par catégorie d’activité professionnelle.

  • Le deux premières places des pure-players sont occupées par les américains eBay et Amazone. L’enseigne Allemande Zalendo s’octroierait la 3ème place.
  • Les deux enseignes scandinaves Ikéa et H§M prendraient les premières places dans le classement de la distribution multicanale. L’américain Avon occupant la 3ème place.
  • Parmi les marques internationales du sport et du luxe, nous trouvons dans l’ordre l’allemand Adidas, et les français Louis Vuitton et Hermès qui seraient le plus demandées sur le moteur de recherche Google.

Ces requêtes restent des indicateurs et ne traduisent pas les ventes réalisées après consultations en termes de CA.


Les conseils de la réussite pour la vente à distance de OC§C :


• Investir dans une plateforme de solutions évolutives de paiement.
• Investir dans les marchés clés.
• Repérez les interrogations client.
• Réinventez la chaine d’approvisionnement.
• Développer une approche clients globale.
• Déterminer une approche multicanale.
• Développer et investir dans une stratégie claire pour se faire connaître et générer du trafic.
• Élaborer une stratégie de prix de façon à être rentable sur les marchés internationaux.

A lire également

Passion Commerce : Les commerces du Pays de Rennes à l’honneur.

Le 30/09/2016

Quel commerce pour demain ? Renaud Sore-Larregain a apporté des clés de compréhension sur les évolutions des offres aux consom’acteurs. La dernière édition de Passion Commerce à la CCI Rennes mettait le focal sur ces nouveaux commerçants qui anticipent les exigences des consommateurs.

L'aide Stop essuyage

Risques professionnels en restauration : aide financière sèche-verres

Le 06/09/2016

Suite à une étude qui a été réalisée sur les TPE en 2013, il s’est avéré que le métier de la restauration était un métier à risque (chute dans les escaliers, chute en cuisine et en salle, des coupures avec des couteaux, des coupures avec du verre cassé).

Les français adeptes du commerce en ligne.

Le 26/08/2016

Le commerce en ligne des français ne cesse de progresser. Une étude de Journal du Net (JDN) fait ressortir une forte progression des commandes en ligne et de la valeur globale des achats.