Les commerces vacants en hausse dans les centres-villes

Le 14 janvier 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Selon une enquête Procos parue fin 2013, la proportion de commerces vacants en centre-ville est proche de 8% sur l'ensemble du territoire français. La situation n'est pas nouvelle mais continue de se dégrader en raison de plusieurs facteurs qui se conjuguent.

Fédération du commerce spécialisé, Procos a étudié l'évolution du commerce de centre-ville en France de 2001 à 2013. Durant cette période, la proportion de commerces vides en centre-ville est passée de 6,1 à 7,8%. Seules les agglomérations de plus de 500.000 habitants sont épargnées par cette tendance. En revanche dans les villes petites et moyennes (jusqu'à 250.000 habitants) le taux de vacance commerciale en centre-ville est passé de 6 à 8,5%. Procos note une situation critique dans quelques villes : c'est le cas à Lannion, Alençon, Arras ou Vierzon.

 

Vers une crise du commerce en centre-ville ?

Plusieurs facteurs sont mis en avant par Procos pour expliquer cette évolution. Leur conjugaison accentue encore la tendance.

Premier élément : la croissance démographique est plus forte en périphérie des villes, en première, deuxième ou troisième couronne. Ce phénomène d'étalement urbain s'observe en particulier le long des axes routiers empruntés quotidiennement pour les trajets domicile-travail. En cause : le coût du foncier et de l'immobilier.

Deuxième élément : entre 2001 et 2013 le parc commercial de périphérie a vu sa surface doubler, passant de 70 à 140 millions de mètres carrés.

D'autres facteurs permettent de comprendre les difficultés que rencontre le commerce de centre-ville, dans des proportions qui varient d'une commune à l'autre :

  • les difficultés de circulation et de stationnement en ville
  • la hausse des loyers commerciaux
  • le manque de diversité de l'offre et l'uniformisation du paysage commercial : près d'un commerce sur trois en centre-ville est un commerce d'habillement selon Procos. Pourtant en 2013 la baisse du marché de l'habillement s'est poursuivie pour la sixième année consécutive, et d'après l'Institut français de la mode la baisse devrait se prolonger en 2014
  • l'essor du e-commerce, qui ne concurrence pas uniquement les magasins de centre-ville mais représente pour les commerçants un nouveau défi
  • enfin le contexte économique local avec une multiplication des fermetures d'usines et des plans sociaux dans certaines régions.

Certains territoires touchés par la désindustrialisation peuvent compenser par d'autres facteurs : ainsi Lens et Metz misent sur le tourisme et bénéficient incontestablement d'un attrait nouveau du fait de l'implantation du Louvre et du Centre Pompidou dans ces deux villes. A Brest, l'ouverture d'une première ligne de tramway, l'aménagement d'un port de plaisance en centre-ville et la création d'un nouveau quartier sur le plateau des Capucins visent à inverser la tendance qui a vu la population baisser depuis plusieurs années.

A Châteauroux, l'union des commerçants a dénombré quarante-cinq fonds de commerce vacants sur un total de trois cents. Cette commune de l'Indre, qui ne possède pas le charme touristique de sa voisine Bourges, est l'une de celles où Procos a relevé une situation critique. En centre-ville l'offre commerciale s'est progressivement réduite. Le 7 novembre 2013 le journal Le Monde titrait : "A Châteauroux, la détresse des petits commerçants". Interrogé par le quotidien, le directeur de cabinet du maire reste pourtant optimiste : "Si l'offre du centre est moderne et dense, les gens reviendront" déclare-t-il. Bonne nouvelle pour Châteauroux : un magasin Fnac pourrait s'implanter en centre-ville. Si elle se confirmait, l'arrivée de l'enseigne culturelle pourrait donner un nouvel élan au commerce local.

En savoir plus
Mots clés

centre ville

A lire également

L'aide Stop essuyage

Risques professionnels en restauration : aide financière sèche-verres

Le 06/09/2016

Suite à une étude qui a été réalisée sur les TPE en 2013, il s’est avéré que le métier de la restauration était un métier à risque (chute dans les escaliers, chute en cuisine et en salle, des coupures avec des couteaux, des coupures avec du verre cassé).

Les français adeptes du commerce en ligne.

Le 26/08/2016

Le commerce en ligne des français ne cesse de progresser. Une étude de Journal du Net (JDN) fait ressortir une forte progression des commandes en ligne et de la valeur globale des achats.

Le centre-ville : un lieu de convivialité plébiscité par les français.

Le 17/06/2016

Dans le cadre des onzième assises nationales du centre-ville, une étude réalisée par Consumer Science et Analytics (CSA) réalisée en mai 2016 fait ressortir l'intérêt que porte le français à son centre-ville comme lieu de vie.