Park Slope : un modèle pour le commerce de demain ?

Le 07 janvier 2014

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Supermarché coopératif du quartier de Brooklyn à New-York, Park Slope Food Coop propose une grande variété de produits frais à des prix très compétitifs. Pour en bénéficier les clients doivent adhérer et assurer quelques heures de travail bénévole dans le magasin. Le succès est impressionnant.

Institutrice, travailleur social, cadre ou mère de famille : tous les membres de la coopérative doivent donner chaque mois 2h45 de leur temps au magasin. Chez Park Slope Food Coop, entre 75 et 80% du travail est réalisé bénévolement par les adhérents : ainsi les caissiers, manutentionnaires, les personnes qui découpent et emballent le fromage, répondent au téléphone, réceptionnent la marchandise à 5h30 ou restent nettoyer les rayons le soir après la fermeture, tous sont bénévoles. Ce qui permet à la coopérative d'offrir des prix de 20 à 40% inférieurs à ceux des commerces traditionnels.


Des produits frais, produits localement, à des prix attractifs

Le succès est au rendez-vous : avec un chiffre d'affaires annuel de 49 millions de dollars (35 millions d'euros) pour une surface de 600 m2, Park Slope Food Coop compte un peu plus de 16.000 adhérents. Désormais tout nouvel adhérent doit attendre qu'une place se libère.

Joe Holtz, un des fondateurs de la coopérative dans les années 1970, explique dans Libération les raisons d'un tel succès : le consommateur est de plus en plus attentif à la qualité des produits alimentaires, de préférence produits localement. Et dans le contexte économique actuel, les prix attractifs sont un facteur déterminant.

Au-delà de ces éléments, les adhérents semblent apprécier autant l'ambiance du magasin que les gens rencontrés : le commerce est aussi un lieu de vie et d'échange, où le profit n'est pas le seul enjeu.

Les membres ont aussi la possibilité d'exprimer leur point de vue et de participer aux décisions : ainsi ce sont les adhérents qui ont décidé la suppression des sacs et bouteilles d'eau en plastique.

Autre atout mis en avant par les membres : au même titre que les salariés, ils peuvent bénéficier d'une crèche aménagée dans les locaux de la coopérative.

Parmi les services offerts à la clientèle : des bénévoles proposent d'accompagner les clients jusqu'à leur voiture ou leur domicile pour rapporter ensuite le chariot au magasin. D'autres bénévoles participent à la rédaction du journal de la coopérative que les clients lisent en faisant la queue en caisse.

Au Danemark, en Israël, des concepts inspirés de Park Slope Food Coop ont ouvert. A Paris un projet équivalent est en préparation : La Louve Coopérative, avec un supermarché coopératif qui devrait voir le jour en 2015 dans le 18ème arrondissement. Les soutiens enregistrés sont déjà nombreux et 42.000 euros ont été collectés via une campagne de financement participatif.

A lire également

Transformation numérique des TPE en Bretagne.

Le 18/11/2016

La Région Bretagne lance un appel à projets expérimental qui a pour but d'accompagner les TPE dans leur transformation numérique. L’objectif est de valider si ce type de programme peut réellement constituer un effet de levier sur les petites entreprises et de promouvoir le caractère transformant par les outils numériques.

Challenge du Commerce : promouvoir et récompenser les commerçants dynamiques.

Le 18/11/2016

Le Challenge du Commerce et des Services est une occasion de mettre en lumière l’activité des commerçants, des prestataires de services, et des unions commerciales.

Passion Commerce : Les commerces du Pays de Rennes à l’honneur.

Le 30/09/2016

Quel commerce pour demain ? Renaud Sore-Larregain a apporté des clés de compréhension sur les évolutions des offres aux consom’acteurs. La dernière édition de Passion Commerce à la CCI Rennes mettait le focal sur ces nouveaux commerçants qui anticipent les exigences des consommateurs.