Consommation durable et typologie de consommateurs 2013 : la compréhension et la prise de conscience progresse et s’élargit !

Le 17 décembre 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Les résultats de l’enquête Ethicity, cabinet de conseil en développement durable, dresse les portraits de 8 groupes de consommateurs français. Ils mettent en perspective leurs profils socio-démographiques, leurs axes d’engagement, leurs préoccupations et leurs visions de l’avenir pour mieux comprendre les évolutions de la consommation.

Le climat est à la perte de confiance en l’avenir, à la défiance vis-à-vis des acteurs politiques et des grandes entreprises. 47,5% des français comptent désormais avant tout sur eux-mêmes et leurs propres convictions pour agir concrètement en faveur du développement durable. Leurs préoccupations et conduites sont par ailleurs encore majoritairement dictées par leur bien être (la hausse de la pollution, le réchauffement climatique, la préservation de leur santé...), avant toutes considérations purement écologiques (extinction des espèces, déforestation…).

 

Des « Eclaireurs réactifs » aux « Eco-restreints fatigués » 

 

Parmi les 8 typologies de consommateurs observées face à la consommation responsable, les profils extrêmes, en nombre stable, sont de plus en plus pessimistes :

  • Les plus révoltés et engagés, les influenceurs radicaux, marqués par les enjeux sociétaux, sont de plus en plus impatients, critiques et pessimistes.
  • A l’inverse, les plus démotivés sont fatigués et en situation de repli. Frappés de plein fouet par la crise, ils rejettent absolument le développement durable qui pénalise leurs préoccupations matérielles premières.

Entre ces 2 profils opposés, se dressent 6 autres portraits de consommateurs en transition et aux préoccupations plus partagées. Sur fond de prise de conscience, ils sont davantage tiraillés entre une vision court termiste et leurs actions en faveur des préoccupations sociétales, entre difficultés financières et prise de conscience, entre environnement (respect du vivant) et utilité (traitement du gaspillage)…

 

 

Small is beautiful : petites entreprises, tirez votre épingle du jeu !

 

small is beautifulLorsqu’il est question des enjeux de la consommation responsable, 77% des Français accordent plus de confiance aux petites entreprises qu’aux grandes entreprises, celles-ci renvoyant une image plus forte de proximité. Or, pour 55% des Français, un produit de consommation responsable est un produit local, privilégiant une implantation locale, favorisant les économies de transport et le développement de l’emploi au niveau local (+12 points versus 2012). L’enjeu pour les entreprises est donc de réussir à répondre à la nécessité de retrouver du lien social, de renouer avec la nature ou avec l’origine des produits

 

Pour accédez à l’intégralité des résultats de cette étude  :

Consommation responsable : on s'oriente vers la fin du déni et le début de l'action

A lire également

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...

Biodéchets : des ressources alimentaires en or !

Le 26/07/2017

La valorisation des biodéchets, enjeu environnemental conséquent et reflet d'une prise de conscience sociétale, est devenue une tendance de fond aujourd'hui. Les déchets organiques représentent environ 40 % de la totalité des résidus. Des starts-up aux acteurs de la restauration, certains ont décidé de profiter de ce nouveau potentiel.