Bonnes pratiques de mobilité en entreprises : la preuve par l’exemple

Le 11 décembre 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le Breizh Mobility Tour, salon itinérant de la mobilité en Bretagne, est l’occasion pour les professionnels de découvrir les pratiques gagnantes de mobilité, notamment à partir de témoignages d’entreprises ayant déjà mis en œuvre des bonnes pratiques. Illustration à travers 5 témoignages d’entreprises rencontrées sur le salon…

Electromobilité : un choix responsable et pragmatique

Témoignage de Patrick Bellec, propriétaire du centre E.Leclerc de Pont-l'Abbé

Une question de convictions. C'est ainsi que Patrick Bellec, propriétaire du centre E.Leclerc de Pont-l'Abbé, explique son choix d'inscrire, depuis une dizaine d'années, son entreprise dans une démarche de développement durable. Outre le tri sélectif, la récupération d'eau pluviale ou encore l'installation de panneaux photovoltaïques, le chef d'entreprise a mis à disposition de ses cadres douze voitures électriques (modèle ZOE Renault), et a installé, depuis 3 ans, des bornes électriques à la disposition des clients. « Mes collaborateurs sont très satisfaits de leur voiture, notamment sur le plan économique, explique-t-il. Avec ce véhicule, le prix de revient est l'un des plus bas du marché pour une voiture de société. » Bénéficiant d'une autonomie de 150 km, la ZOE convient parfaitement à l'usage sédentaire des cadres du centre E.Leclerc qui disposent, outre celles du magasin, de bornes de recharge installées à leur domicile. « Au-delà de l'aspect économique, c'est vraiment une question de responsabilité sociétale. Il appartient à chacun de déterminer le sens qu'il veut donner à ses actions. »

Une solution simple, économique et adaptée

Témoignage de Nicolas Bresciani, propriétaire de La Cabane à crêpes

Nicolas Bresciani ne regrette absolument pas son choix. Depuis mars 2012, le responsable de La Cabane à crêpes, un restaurant basé à Quimper, effectue l'ensemble des trajets liés à son activité, et notamment ses livraisons, au volant d'une Renault Twizy. Ce véhicule, ultra compact et 100 % électrique, conçu essentiellement pour les déplacements urbains, est devenu l'un des emblèmes de la crêperie. « Ça ne fait pas de bruit, c'est écologique et très économique, explique le propriétaire de la crêperie. La Twizy est même devenue un excellent moyen de communication. L'originalité de cette voiture, en termes de design notamment, correspond bien au concept moderne de la crêperie. Même si ce véhicule est silencieux, il ne passe pas inaperçu ! » Avec ses 60 km d'autonomie, Nicolas Bresciani peut également alimenter sans problème ses dépôts de Locronan et Combrit, situés à une vingtaine de kilomètres de Quimper. « Je n'ai ensuite qu'à me garer devant la maison et brancher la voiture à une prise électrique, poursuit-il. Cette simplicité d'utilisation me permet de la recharger tout le temps, comme n'importe quel téléphone. »

Compte épargne CO2 : la prime à la réduction des émissions de dioxyde de carbone

Témoignage de Jean-Luc Barada, président de la start-up 450

Inciter positivement les citoyens à réduire leurs émissions de CO2, tel est l'objectif de l'entreprise 450, jeune start-up innovante qui vient de lancer un projet aussi novateur qu'ambitieux. « A travers le compte épargne CO2, 450 récompense les entreprises, les collectivités et les ménages en leur distribuant des kg de CO2 lorsqu'ils réduisent leurs émissions de CO2, explique Jean-Luc Baradat, président de l'entreprise et grand artisan du projet. Ces kg de CO2 sont ensuite utilisés comme une monnaie pour acquérir des biens et services sobres en CO2. » Via ce compte, c'est donc un véritable écosystème « bas carbone » qui est mis en place, et au sein duquel circule la nouvelle monnaie. De fait, plus ce cercle économique comptera de membres, plus les émissions de CO2 diminueront et plus leur réduction aura de la valeur. « S'agissant des particuliers, ils peuvent récupérer les sommes, les échanger ou bénéficier d'offres spéciales auprès des partenaires de 450 : billets de train, places de spectacles ou encore tickets de bus ». Ainsi poursuit Jean-Luc Baradat, payer une partie de ses achats quotidiens en CO2 devient possible. »

Covoiturage : le covoiturage professionnel, un outil de gestion conciliant avec l'environnement

Témoignage de Françoise Busson de Montfort, coordinatrice du club Saint-Brieuc Entreprises

Saint-Brieuc Entreprises est un club d'entreprises de l'agglomération briochine qui, chaque année, organise une quinzaine de réunions entre ses adhérents. C'est pourquoi l'association, depuis deux ans, a mis en place un covoiturage professionnel pour ses membres en passant par la société Ikinoa, dont la particularité, outre le fait de proposer des covoiturages aux collaborateurs inscrits, est de gérer la gestion des démarches en amont (inscriptions, invitations, relances). « Pour nous, c'est un gain de temps énorme, explique Françoise Busson de Montfort, coordinatrice de Saint-Brieuc Entreprises. Les rappels se font automatiquement, nous avons les statistiques de participations. Il suffit d'un simple clic pour s'inscrire. » Un système qui permet, en outre, de créer une forme d'interaction entre les adhérents de l'association. « Même entre eux, ils peuvent s'envoyer des messages, poursuit la coordinatrice. En termes de gestion, c'est un mode de fonctionnement extrêmement bénéfique. »

Télétravail : un mode de fonctionnement en accord avec les principes du développement durable

Témoignage de Jocelyne L'Hyver, chargée de mission Agenda 21 à Quimper Communauté

Initiée dans le cadre du plan climat énergie et fruit d'une volonté forte de Quimper Communauté, l'expérimentation du télétravail, menée d'avril à novembre 2013 au sein de la collectivité finistérienne, pourrait être généralisée en début d'année prochaine. « Les retours ont vraiment été positifs, indique Jocelyne L'Hyver, chargée de mission Agenda 21. En contribuant à la réduction des transports, à la diminution des coûts et à une meilleure évolution des temps de vie, le télétravail constitue un mode d'organisation qui s'inscrit parfaitement dans la philosophie du développement durable. » Menée à travers dix agents, de professions et de hiérarchies différentes, l'expérimentation a généré, sur environ 200 journées, une épargne de 161 000 kms, 10 000 litres de carburant et 20,8 tonnes de CO2. « Cette expérience a clairement démontré que le télétravail peut être adapté à une collectivité, insiste Jocelyn L'Hyver. Au sein de Quimper Communauté, 400 des 1700 agents sont susceptibles de télétravailler. C'est aussi un mode de fonctionnement qui, rappelons-le, réduit considérablement les risques d'accidents routiers. »

A lire également

MétroMix : un marathon créatif pour penser et agir sur les mobilités [par inOut]

Le 27/10/2017

Du 17 au 19 novembre 2017, la maison des associations de Rennes vivra au rythme de Métromix, un marathon créatif sur le thème des mobilités. Richard de Logu et Norbert Friant nous expliquent la philosophie de cet événement qui vise à faire émerger de nouvelles solutions de mobilité et à les prototyper.

Concours Crisalide Numérique : les mobilités bien représentées !

Le 13/10/2017

Le concours Crisalide Numérique a pour objectif d’identifier des entreprises bretonnes qui ont su se développer ou se différencier en intégrant des usages innovants du numérique dans leur organisation et sur leurs marchés; et de valoriser ces usages exemplaires auprès des entreprises bretonnes et des acteurs du territoire.

Rennes/Ille-et-Vilaine : des mobilités aux mobilités intelligentes [par inOut]

Le 08/09/2017

L’AUDIAR vient de publier un diagnostic sur l’écosystème de la mobilité de Rennes et de l’Ille-et-Vilaine. La rédac’ d’InOut a rencontré Ronan Viel, analyste en économie territoriale et coordinateur de l’étude, qui dresse le portrait des acteurs bretiliens qui font vivre ce secteur et préparent les mobilités de demain.