Nouvelle avancée du marketing sensoriel : première publicité comestible pour Fanta

Le 18 décembre 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Afin de promouvoir sa nouvelle boisson gazeuse saveur très "orangée", la célèbre marque de soda innove et lance la toute première communication papier comestible au monde ! Avec cette campagne de communication ludique et étonnante, Fanta créé le buzz.

 

 

 

 

 

 

 

 

fanta-page-publicite-qui-se-mangeLa marque Fanta a fait appel à l'agence très design OgilvyOne de Dubaï pour développer sa publicité comestible et ainsi faire goûter à sa nouvelle référence. En feuilletant son magazine, le lecteur/consommateur pourra découvrir la publicité visuellement comme n'importe quelle publicité papier dans un magazine. L'originalité est qu'il pourra déchirer un morceau de papier et déguster la nouvelle saveur de la marque.

 

 

Pour des raisons d'hygiène, le papier comestible est renfermé sous un blister (pochette plastique). Cette page magazine mangeable est composée de farine de riz, d'eau, de sel et de glycérine puis aromatisée à l'orange et imprimée avec du colorant alimentaire. Avec cette nouvelle expérience gustative, Fanta offre aux consommateurs une nouvelle vision de la publicité.

Démonstration par l'image



Le nouveau marketing par le goût : l'originalité surprend !


Après des avancées considérables en marketing olfactif, le marketing sensoriel s'attaque  au gustatif autrement. Effectivement, utiliser le goût pour promouvoir un produit existe depuis bien longtemps avec la distribution d'échantillons gratuits, mais le cas de Fanta interpelle.

Ce n'est plus le produit via la dégustation qui séduit mais l'outil de communication via l'expérience gustative. Pour l'industriel et la marque, ce nouveau marketing revêt différents avantages : 

  • Toucher un plus large public qu'une campagne de communication classique. Effectivement, les non acheteurs de la marque peuvent, en feuilletant leur magazine, découvrir cette publicité et être séduits par l'expérience et par le goût.
  • Economiser les dépenses d'échantillonage produits : la publicité comestible remplace ainsi l'échantillonage produit, souvent onéreux.
  • Faire coup double avec ce nouvel outil d'aide à la vente précurseur. Celui de véhiculer les avantages produits via un argumentaire construit et un design soigné en en même temps celui de tester le produit gustativement.
  • Marquer les esprits et les papilles en faisant parler de la marque de façon ludique et surprenante.

Cette nouvelle forme de communication pourrait ouvrir la voie à d'autres marques alimentaires. Alors restons attentifs à l'intérêt porté à ce type de publicité.

A lire également

Si le végétal gagne du terrain, les Français restent attachés à la consommation de produits carnés. Les chiffres en faveur du flexitarisme…

Le 14/12/2017

En 2016, le Petit Robert intégrait dans ses pages le mot "vegan". En 2017, c'est le mot "flexitarisme" qui a fait son arrivée dans les dictionnaires de la langue française. Ce terme bénéficie ce jour d’une forte notoriété auprès des médias, sur les réseaux sociaux et, par conséquent, dans la stratégie des marques.

Consomm-acteurs : les entreprises qui mettent le bien-être animal au cœur de leur projet d'innovation.

Le 11/12/2017

Biodiversité, sauvegarde des espèces menacées, bien-être animal… Les exigences des consommateurs vont en faveur des produits "animal friendly"… Entre 2011 et 2017, les innovations positionnées "éthique - animal" ont été multipliées par 4 en Europe. Point sur ces innovations qui axent leur communication sur l'éthique.

Nouveaux instants de consommation : y’aura-t-il du cochon à Noël ?

Le 05/12/2017

Créée en 1954 à Mordelles en Bretagne, la charcuterie Brient lance un jambon de Noël avec un sachet d’épices. Alors qu’il était considéré comme un met d’exception à l’époque de l’empire romain, servir du cochon pour les grandes occasions était passé de mode ! Une initiative qui fait remonter le temps et décloisonne le jambon du quotidien...