Les allégations fonctionnelles : cibler des populations spécifiques pour booster l’innovation.

Le 09 décembre 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le marché français de l’ultra frais connait actuellement une période de décroissance. Si le plaisir le tire vers le haut, la santé aurait plutôt tendance à le retenir… Pour redynamiser ce segment, des initiatives se profilent chez de nouveaux acteurs. Cas de La Ferme De Grignon…

 

 

Un contexte règlementaire qui bouscule l’innovation sur la sphère santé fonctionnelle.

Le règlement 432/2012, entré en application le 14 décembre 2012, a changé la donne en matière de communication dans l’univers de la santé fonctionnelle. Certains produits emblématiques du segment santé de l’ultra-frais ont été bousculés par la perte des allégations santé, notamment sur les probiotiques… Mais cette clarification règlementaire constitue également une opportunité pour de petits opérateurs de se démarquer.

 

 

Un système de production se souciant à la fois de la santé des animaux et des consommateurs.

La Ferme de Grignon, rattachée à l’école d’ingénieurs AgroParisTech, s’est associée à Alltech - leader dans la santé et la performance des animaux - pour développer un yaourt enrichi en sélénium. Signé « Sé la vie », ce nouveau produit contient environ 4 µg de sélénium par pot, ce qui est 2 fois plus que les yaourts classiques. Cette forte teneur en sélénium repose sur l’enrichissement de la ration alimentaire des vaches laitières. Ce principe rappelle la démarche Bleu-Blanc-Cœur ou le programme Linus de Danone, permettant de renforcer la qualité nutritionnelle du lait via l’amélioration de l’alimentation des vaches.

Les allégations relatives au sélénium, encore peu exploitées et pourtant reconnues par l’EFSA.

Outre les effets positifs de cet oligoélément sur la reproduction et les défenses immunitaires des ruminants, le sélénium non mobilisé par l’animal sera transmis dans le lait, permettant d’obtenir des produits laitiers enrichis.

Chez l’homme, le sélénium joue un rôle important au niveau du métabolisme : il contribue à la lutte contre le stress oxydatif, au bon fonctionnement du système immunitaire, améliore la beauté des ongles et des cheveux… Et cerise sur le gâteau, le sélénium a obtenu le Saint Graal puisque six allégations autour de cet élément ont été retenues par la Commission Européenne dans le cadre du règlement 432/2012.

« Sé la vie » repose donc sur la promesse « des vaches en bonne santé pour un yaourt de qualité » et, compte tenu des vertus du sélénium reconnues par l'EFSA, est particulièrement adapté aux séniors. Il n’est cependant pas stigmatisant puisqu’il cible également les sportifs.

Le produit serait disponible en pot plastique de 125g, vendu par 4 ou par 12, dans un premier temps dans des GMS de la région parisienne.

Miser sur des cibles spécifiques, une stratégie prometteuse pour innover dans la sphère santé…

Le yaourt bénéficie naturellement d’une image santé forte : son impact positif sur l’équilibre alimentaire est reconnu par 95 % des Français. L’innovation santé dans cet univers demeure donc prometteuse, notamment avec des initiatives misant sur des cibles spécifiques

Le cas de La Ferme de Grignon, ciblant les séniors et les sportifs pour innover dans la sphère santé, n’est donc pas isolé…

  • Se la vie 3Après différentes tentatives plus ou moins fructueuses -Essensis, Densia ou Danacol-, Danone lance  une nouvelle signature, Danio, un yaourt hyperprotéiné, faible en matières grasses dont le lancement est prévu en janvier 2014. Avec Danio, Danone cherche principalement à viser les 25-45 ans et espère toucher les hommes, cible que les industriels de l’agro-alimentaire ont dû mal à rallier avec les yaourts classiques.
  • Se la vie 2Chez Yoplait, Calin+, qui bénéficie d’une allégation santé « pour des os solides », se revendique être le premier produit à couvrir 100 % des besoins en vitamine D et 50 % des besoins en calcium. La gamme s’étend aujourd’hui avec le lancement de Calin+ à boire, particulièrement destiné aux femmes et aux seniors dont les besoins en vitamine D et calcium sont rarement couverts de manière satisfaisante.
  • se la vie 4Du côté de Lactel, le groupe a lancé les yaourts Matin Léger, une gamme à teneur réduite en lactose, ciblant une population d’intolérants de plus en plus significative. Lactalis entend implanter cette nouvelle offre à côté des bifidus et autres probiotiques.

Pour se démarquer, les industriels semblent aujourd’hui orienter leurs efforts en ciblant des populations spécifiques : séniors (mais sans les ghettoïser), hommes, sportifs, allergiques ou intolérants

Le champ des possibles est donc encore relativement large pour innover sur la sphère santé. Implantations dans les linéaires à suivre…

A lire également

Innover sur le segment de la minceur : Coca-cola Plus, le brûleur de graisses ?

Le 18/05/2017

Partout dans le monde, les politiques font la chasse aux calories, accusant divers produits, dont les sodas, de l’épidémie d'obésité. Charge aux industriels d'être proactifs et, avant toute coercition, de s'adapter tantôt par des stratégies de reformulation, tantôt par des actions de communication ou d'éducation nutritionnelle. Cas de la minceur...

L'art de découper les légumes : un atout pour des innovations de rupture ?

Le 15/05/2017

Le consommateur recherche la facilité et privilégie le prêt à cuisiner voire le prêt à manger. Si l'art de la découpe est mis à l'honneur au rayon boucherie et est source d'innovation, il est peu valorisé sur les fruits et légumes. Et si ré-enchanter la consommation de légumes passait par la manière de les découper à la façon "vegetable butcher" ?

Chiche! L'apéro, un nouvel usage pour les légumineuses

Le 05/05/2017

Des légumineuses à l’apéro : la marque Chiche! offre une nouvelle place aux légumineuses. Souvent positionnées sur l’axe santé, les légumineuses ne sont pas synonyme de plaisir. Et pourtant, une start-up incubée par l’Isara de Lyon, mise sur un instant de consommation inattendu et un marketing plutôt fun pour ces légumes secs.