Prise en compte des spécificités du covoiturage pendulaire : illustration par l'approche de nouveaux entrants

Le 04 décembre 2013

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

 

Conscients du potentiel considérable du covoiturage pendulaire en matière d’exploitation des sièges vacants sur les trajets quotidiens, de nouveaux entrants tentent de se positionner en prenant en compte les spécificités de cette typologie de covoiturage que nous tentions de mettre en évidence dans une précédent article.

 

Horaires de covoiturage

horaire de covoiturageL'approche d'Horaires de covoiturage repose sur l'exploitation des aires de covoiturage qui, suite à une volonté des collectivités, sont désormais présentes en nombre sur la quasi totalité du territoire français. Sur la plateforme d'Horaires de covoiturage, l'aire est ainsi considérée comme une gare, un lieu de rendez-vous et de départs/arrivées de trajets réguliers aves des horaires précis. Sur la plateforme, l'usager déclare son heure de passage à l'aire, sa destination et sa fréquence de passage. Le système assure ensuite la mise en relation entre les membres de la communauté. Le service est actuellement en test sur le département de l'Ille-et-Vilaine.

 

weepil

weepilLa plateforme weepil s'affiche comme une communauté de "smart covoirturage" pour les trajets domicile/travail. Au delà de la mise en relation intitiale, les fonctionnalités proposées par weepil concernent la gestion opérationnelle de l'équipage : bilan temps réel des tours de conduite, planification, gestion des membres du groupe. Récemment lançé, le service souhaite bientôt proposer des fonctionnalités premiums pour assurer son développement.

 

 

WayzUp

wayz-upLe service WayzUp est disponible sur smartphone (androïd et apple store) mais également sur plateforme web classique. Les fonctionnalités du smartphone sont exploitées via une option baptisée "ScanRide" qui doit permettre de trouver un véhicule ou des passagers de manière impromptue. L’application intègre également la variabilité des horaires, le calcul automatique des coûts des trajets et propose en temps réel une visualisation des rétributions dues entre les usagers. WayzUp propose également une offre entreprise afin de développer le covoiturage entre collègues et communique sur un possible co-financement des trajets par l’entreprise et sur l’intégration de cette participation à son rapport RSE. A noter que l'application WayzUp a été sélectionnée par Renault pour intégrer sa tablette embarquée R-Link.

 

Wedrive

we drive 1L’approche de Wedrive sur le trajet domicile/travail entend constituer localement des réseaux de transport autorisant flexibilité, variabilité des horaires et imprévus. Les transferts d’argent liés aux trajets sont intégrés et automatisés par la plateforme. L’ambition du service est de permettre à termes, à un usager se déclarant la veille conducteur ou passager pour son trajet du lendemain d’être assuré de trouver des passager ou un véhicule pour l’emmener. Une fois la mise en relation effectuée, la rencontre physique est guidée via géolocalistion. Wedrive affirme pouvoir assurer le retour de ses usagers via la mise en place de partenariats locaux, sans doute avec des opérateurs de transports publics et/ou privés (taxis, VTC…).

 

Coovia

cooviaCoovia propose une solution de mobilité qui va au-delà du covoiturage. Sa plateforme a en effet pour particularité de coupler le covoiturage avec l’offre de transport public disponible pour afficher plusieurs propositions de trajets et de modes de transport en fonction des lieux de départ et d’arrivée renseignés. Le service est actuellement disponible à Toulouse où il intègre l’offre de transports publics de la ville. Ce service multimodal s’articule autour d’un monnaie virtuelle, des "crédits", que l’on échange lorsque l'on a recours au covoiturage.

 

 

La présentation de cinq nouveaux entrants du covoiturage pendulaire et le contraste évident avec une plateforme comme BlaBlaCar confirme la prise en compte désormais effective des spécificités du covoiturage pendulaire. La diversité d’approches de ces nouveaux entrants montre également que le modèle est encore en phase d’expérimentation et pourrait éventuellement varier en fonction des spécificités territoriales rencontrées (présence d’aires de covoiturage, qualité de l’offre de transports publics, densité de population, localisation des bassins d’emplois...). La notion de « réseau de transport local » présentée par un des opérateurs illustre bien cette idée et pose la question de l’effort commercial nécessaire à une stratégie de déploiement nationale ou internationale là où justement chaque réseau de transport local créé ou à créer se distingue par son unicité.

A lire également

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.

Rennes/Ille-et-Vilaine : des mobilités aux mobilités intelligentes [par inOut]

Le 08/09/2017

L’AUDIAR vient de publier un diagnostic sur l’écosystème de la mobilité de Rennes et de l’Ille-et-Vilaine. La rédac’ d’InOut a rencontré Ronan Viel, analyste en économie territoriale et coordinateur de l’étude, qui dresse le portrait des acteurs bretiliens qui font vivre ce secteur et préparent les mobilités de demain.